AccueilAccueil  SiteSite  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 S'ils faisaient Turtle Pizza évidemment que j'irai chez Turtle Pizza ! ; Tomy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Blur Elyson [Summer]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 59
AGE : 30
LOCALISATION : A l'air libre.
HOBBIES : Tu veux pas savoir.
HUMEUR : J'en sais rien, barre toi.

MessageSujet: S'ils faisaient Turtle Pizza évidemment que j'irai chez Turtle Pizza ! ; Tomy   Mer 21 Déc - 12:19

Milan en hiver n'en restait pas moins une ville superbe au climat accueillant. Et ça c'était franchement sympa. Car notre énergumène aimait les climats accueillants, doux et chauds. Tout ce que l'Anlgeterre ne lui avait jamais accordé en fait. Finalement, le déménagement valait le coup. Et puis il était désormais incapable de s'imaginer vivre ailleurs. Après tout, c'était ici que Summer l'avait ancré à tout jamais, à cause des différentes histoires courant sur la Lune Rouge et compagnie. Il n'y comprenait pas grand chose d'ailleurs. Il avait saisi quelques trucs, certes, genre un camp de Stella et de Pactisants étaient pour le bonheur et l'avènement du pays des bisounours tandis que l'autre vouait un dégoût profond envers la société des humains qui les avaient ainsi exclus et blessés. En gros. S'il se souvenait correctement. Et il ne se souvenait pas correctement. Pas que ça à foutre non plus, de s'remémorer les termes d'une guerre silencieuse et invisible qui ne l'impliquait en rien. Oui, Blur faisait parti de ces gens qui ne considèrent pas les conflits comme leur problème tant qu'ils n'en comprennent pas tous les enjeux et surtout les avantages qu'ils peuvent en tirer. C'est la vie. Les Saints Maritains bienveillants et serviables n'avaient qu'à aller servir de chaire à canon, très peu pour lui.

Son chewing gum n'avait plus de goût depuis des heures, gobé en début de matinée alors que l'après midi était désormais bien entamé, mais il continuait de le mâcher, de jouer avec, de buller. Tout comme il lui arrivait, comme aujourd'hui, de ressasser quelques informations pénibles sur son nouveau statut de Pactisant. Et c'était d'un chiant... Franchement, Blur n'était pas fait pour ses réflexions sérieuses. Alors il augmenta le volume de son baladeur, s'emplissant les oreilles et le cerveau d'un concert sans queue ni tête, hululement incessant qui finit par lui vider la tête et lui faire fredonner Banquet. « A heart of stone, a smoking gun, I can give you life, I can take it away » Il aimait bien cette chanson. Il ignora royalement les regards curieux qu'on lui lançait. Encore un jeune déséquilibré dira-t-on. Il eut un sourire amusé. Mes pov'gars, si vous saviez.

Il passa devant un Pizza Rabbit et, comme à chaque fois, se demanda pourquoi un lapin. Alors que les Tortues Ninja avaient bercés l'enfance de tous les bouffeurs de pizza actuels, ils avaient choisi un lapin. Débile comme choix. M'enfin, les pizzas étaient bonnes, ça devait être l'important de la chose. En parlant de pizza... Fouillant les poches de son blouson, il en sortit son portable, parcourut la liste de noms dont les trois quarts étaient soit d'inutiles plans culs, soient d'inutiles idiots à qui soutirer du fric en cas de besoin et appela Tomy, l'une de ses rares vraies connaissances.

Tomy, c'était une nana bizarre, mais il l'aimait bien. Justement parce qu'elle était bizarre. Et puis elle avait un peu la même manière de penser donc il se sentait compris quand il traînait avec elle. Et en prime, elle était coursière. Le job idéal quand un glandeur dans son genre avait la flemme de courir aux quatre coins de la ville pour des broutilles. Toujours utile d'avoir un coursier à disposition. Cotoyer Raffaele avait ses bons côtés, on finissait par tomber sur des gens intéressants. Après tout, on croisait pas à tout les carrefours des personnes vous disant qu'elles n'avait pas de noms et que c'était à vous d'en trouver un. Pour Blur, c'était donc Tomy. Elle râlait souvent en disant qu'il manquait d'inventivité et de raffinement mais au fond, il était persuadé que ça lui plaisait un peu. L'anglais appela donc Tomy.

« Hey Tom'. T'es libre là ? J'aurais une course pour toi. Ouais. Ouais j'sais. Une pizza d'ici vingt minutes. Mais si, mais si. Puis tu m'en dois une pour la tournée de la dernière fois. J'laisserai l'atelier ouvert. Donc on dit une reine avec supplément. J'te laisserai même bouffer une part si tu veux. Vingt minutes ma poule, soit à l'heure ! »

Et de raccrocher au nez de la jeune fille qui entamait une litanie d'insultes toutes plus innovantes les unes que les autres à son égard. C'était fascinant d'ailleurs. Peut-être qu'elle était capricorne ? Il avait lu quelque part que les nés capricornes avait un sens de la création très sensible. Faudrait qu'il lui pose la question. M'enfin. Elle râlait mais c'était pas non plus comme si elle pouvait refuser. C'était son job après tout. Remettant son casque, il fut assailli par Atomic Dog et dû se retenir pour ne pas danser sur place. C'aurait été funky. Arrivant enfin à son appart', il entra, laissant le verrou ouvert comme convenu et brancha son baladeur sur de vieilles enceintes qu'ils avaient récupérées avec Summer et qui envoyaient un son du feu de dieu. L'garçon entreprit ensuite de ranger un minimum le bordel ambiant, laissé en plan depuis que Summer avait pété un câble la nuit précédente. Il commença par ranger l'étendoir où séchaient leurs fringues, à Sum et lui. Pas très délicat de laisser ses falzars sous les yeux d'une fille. Mine de rien, Blur avait un minimum de tac. Et histoire d'éviter d'éveiller les soupçon de Tomy, Blur passa ses doigts sur toutes les traces de peintures superflues dûes à leur pouvoir, redonnant une gueule normale aux murs et aux portes. Il bailla, songeant un instant à aller fumer une clope au balcon en observant, alangui, les va-et-vient trop énergiques de la population mais se reprit en main et continua de repeindre ses murs et fredonnant les chansons qui passaient au hasard. Le problème quand on fait quelque chose sans y prendre garde et en s'éclatant en même temps, c'est qu'on ne voit pas le temps passé et qu'on finit par ne plus rien percevoir. Absorbé qu'il était dans sa tâche et dans sa chanson, Blur n'entendit pas frapper à la porte. Pas plus qu'il ne vit la coursière arriver, pile à l'heure, avec sa pizza.

« Why must I feel like that, why must I chase the cat ? It's only the dog in me. Bow wow wow ypee yo ypee... Ah. Salut Tomy. Et ma pizza. Euh. Ca roule ? »

Sûr qu'il devait pas avoir l'air suspect, en train de chanter comme un idiot et les mains dégueulant de la peinture comme par magie sur les murs rien qu'en le touchant. Fuck. I'm screwed. Frottant ses mains l'air de rien, il fit mine de regarder sa montre et de râler qu'elle avait du retard et qu'elle n'aurait droit qu'à un champignon pour la peine. Ou comment essayer de la faire réagir sur autre chose que sur ce qu'elle avait vu. Et se foirer royalement. T'es un champion Blur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Numa [Zôon]

Numa
Numa


MESSAGES : 30

MessageSujet: Re: S'ils faisaient Turtle Pizza évidemment que j'irai chez Turtle Pizza ! ; Tomy   Jeu 22 Déc - 12:52

How Dare You. How old are you anyway ?

Tomy étira ses jambes. Elle avait décidé de s’asseoir deux minutes sur un muret. Histoire de se reposer un peu, d’ouvrir son manteau noir pour respirer, se laisser attraper par la fraicheur de l’hiver italien. Ses joues étaient rougies par l’air, les traits concentrés sur son visage. Enfin. Pas si sérieux que ça. Juste neutre en fait. Mais ça faisait tout de suite si strict sur son joli minois. Surtout quand elle se reposait seule, comme maintenant. Et qu’elle n’avait envie d’être dérangée par personne. Et je vous le donne dans le mille, elle n’allait pas avoir la paix. (Oh mon dieu ! comment t’as fait pour deviner ?) Le petit truc électronique perdu dans les tréfonds de son sac-à-dos vibra, elle pesta, se dépêcha de l’attraper. Qui sait, c’était peut-être du boulot ?

« Hey Tom'. T'es libre là ? » Eh merde. Elle aussi elle t’aime. « J'te laisserai même bouffer une part si tu veux. Vingt minutes ma poule, soit à l'heure ! »
« Tu sais qu’y en a qui ont un boulot, un vrai. Et qu’ils n’ont pas que ça à faire, glandeur ? Pis j’te… »

Comme les autres protestations que Blur, ce con, avait éludé en parlant trop vite, ici, ce fut la tonalité de l’appareil qui lui dit « t’égorges pas, il t’écoute même plus. ». Mais il fallut qu’elle prononçât encore plusieurs insultes toutes plus élogieuses les unes que les autres avant de s’en rendre compte, de jurer deux fois de plus et de jeter, un soupçon agacée, le téléphone dans le bordel de son sac. Toujours en marmonnant –sinon elle aurait moins de classe- elle se dirigea vers la pizzeria la plus proche. Autant vous dire qu’elle s’était déjà mise à courir.

Tomy, c’était une sorte de chiot obéissant. Alors qu’elle aurait très bien pu laisser l’anglais mourir dans le désordre de son appart’ – il l’aurait même mérité, elle en était sûre- elle l’avait imaginé pleurnichant devant une de ses peintures horribles, en marmonnant un « pizzaaaaaa », affamé. Ça lui avait fendu le cœur, ou ce qui s’y rapprochait. Pis, il lui demandait quoi, là ? Vingt minutes ? Pourquoi pas un paquet de clope et de la bouffe pour une semaine en plus ? Surtout qu’il ne la paierait même pas pour la course. Il était fauché. Comment voulez-vous qu’il rembourse sa dette envers la stella ? Elle faisait pas du bénévolat. Et une part de pizza n’allait pas la satisfaire, ventre sur pattes.

Tout en réfléchissant à un moyen de lui faire du chantage pizzaesque, elle attendit que le cuistot derrière son four se grouille, entre deux promesses de mort s’il la faisait pas chauffer plus vite. Pour finir par voler, en rogne, celle du client arrivé avant elle, et qui -Oh ! Miracle !- avait passé exactement la même commande. Le monde est bon parfois. Le monde est sympa. Le monde avait intérêt à se grouiller si elle ne voulait pas arriver en retard. Le monde lâcha un juron une nouvelle fois, déposa l’argent pour le service et partit. C’était mieux de fuir les foudres du milanais mécontent, pis il lui restait trois minutes.

Trois minutes longues. Trèèèèèèès longues, surtout quand l’odeur du jambon et du fromage chaud passe à travers la boite de carton pour rappeler que Tomy avait sauté un repas, ou deux, ou trois. Monsieur l’estomac cria pour marquer cette injustice. Le stella repartit dans des promettes de tortures et de mort envers le pseudo-artiste. Faut dire qu’elle n’avait pas trouvé de sujet pour en tirer plus qu’une simple part de cette bouffe vite-fait. Ca la foutait en pétard. Les quatre étages qui la séparaient de l’anglophone encore plus.

De nombreuses pensées, trop obscures pour être écrites, plus tard, une Tomy essoufflée, de la musique de mauvais goût crachée derrière une porte, elle entra, tant pis si Blur se baladait en caleçon. Elle en avait vu d’autres.

« Wesh connard, c’est quoi tes ultimatums de merde ? Je parie que t’avais juste la flemme de bouger ton- »

Tomy avait eu le courage de s’aventurer sur le chemin d’ordre parmi le foutoir de la pièce, pizza en main, elle passa à deux doigts de la lâcher. C’aurait été con. Pis elle avait trop la dalle pour faire un truc dans le genre. Blur, il venait de faire quoi avec ses doigts salopé de peinture ? Ses yeux brillèrent d’un air inquiétant, alors que des anges dansaient dans sa tête, trompettes en main, lançant des confettis tout partout. Bref, c’était la fête dans sa tête, les neurones clignotant en signe de fête. Elle l’avait trouvé l’objet de son chantage.

« Why must I feel like that, why must I chase the cat ? It's only the dog in me. Bow wow wow ypee yo ypee... Ah. Salut Tomy. Et ma pizza. Euh. Ca roule ? »
« Je veux la moitié de la pizza. T’as pas le choix. J’t’ai déjà dit que tu chantais faux ? Ouep. Surement. »

Elle n’aurait jamais pu passer à côté d’une monstruosité pareille sans faire un commentaire sur ses talents de chant. Hun ? Elle devait réagir sur autre chose ? Bah, en quoi devait-elle s’exclamer de peur devant Blur qui repeint ses murs (ça rime) de manière peu orthodoxe ? Faut dire qu’il s’était bien fait avoir par son pactisant si c’était son seul pouvoir. « Attention, moi je repeins les murs. Powaaaaaaa ! » Non, pas très sérieux toussa. Quoique ça restait dans le style de l’anglais… Faut voir s’il prenait la pause ou pas. Soit. Tomy s’égarait dans son imaginaire. J’vous ai dit qu’elle était capricorne ? :3

La rousse haussa les épaules, se retourna pour se vautrer dans le fauteuil le plus proche. Enlevant les couches de vêtements trop chaudes pour l’appart’, elle s’empressa d’ouvrir le carton. A nous deux ma belle. Son morceau entre les dents, le reste posé sur le sol, parmi le bordel, elle observa Blur. Gêné mon pote ? Est-ce qu’il savait seulement que Raffy était comme elle, et comme son stella.

« Oh merde. Mais Summer alors, c’est pas ta petite copine ? Faut dire qu’il paraissait juste assez chiant pour l’être. »

Zut. Elle qui avait parié avec Raffaele, justement, que la boule de poils chialant tout le temps après l’anglais n’était bon que pour écarter le cuisse. Le modèle du petit Uke parfait. Ah. Elle allait devoir payer une autre pizza. Fais chier.
Revenir en haut Aller en bas
 

S'ils faisaient Turtle Pizza évidemment que j'irai chez Turtle Pizza ! ; Tomy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Milano { RP }

 :: Habitations :: 194 via. :: Atelier de Blur Elyson
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit