Partagez | 
 

 Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Tullia Scalabrino [Nar]

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 15
AGE : 26

MessageSujet: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Dim 19 Fév - 18:45

La vostra identità
NOM; Scalabrino
PRÉNOM; Tullia. Nommée après une courtisane. Si c'est pas la classe...
SURNOM; Tute. No comment. Nar était bourré. J'espère...
SEXE; Féminin. Duh.
DATE DE NAISSANCE; 29 Janvier; 23 ans.
LIEU DE NAISSANCE; Venise. La capitale des pigeons...
SITUATION SOCIALE; Célibataire.
METIER; Thanatopractrice indépendante. C'est pas glamour, mais j'adore mon job.
NATIONALITÉ; Italienne. En tout cas, c'est ce qu'il y a de marqué sur mes papiers.


La vostra persona
INTÉRIEUR;

Elle est un peu bizarre, Tullia. Pas bizarre façon psychopathe potentielle, ni bizarre façon bébé-bercé-trop-près-des-murs. Bizarre façon Tullia, bizarre façon gamine trop vite grandie, bizarre façon petite fille trop vite désillusionnée. Bizarre façon "je traverse la vie avec un point d'interrogation au-dessus de la tête".

Mais ce n'est pas de sa faute si elle est bizarre. C'est juste qu'elle ne comprend simplement pas que l'on puisse s'accrocher à des illusions, imaginer être emportée par un Prince Charmant, se dire que tout ira mieux demain. Où est le sens là-dedans ? Rien ne prouve que demain ira mieux, on ne peut pas sauver un couple qui a pris l'eau, et le Prince Charmant a probablement laissé une horde de bâtards dans son sillage. Dans le monde réel, les Bisounours se font bouffer par le grizzly qui leur sert de voisin. Dans le monde réel, les contes de fées finissent avant même d'avoir commencé, parce que la princesse en a tellement marre d'attendre le Prince Charmant dans sa cabane qui prend l'eau qu'elle se fait la malle avec le premier bûcheron venu. Et, sans s'en rendre compte, Tullia est aussi naïve que ceux contre lesquels elle râle, toute persuadée qu'elle est que le monde n'obéit qu'à la Loi de Murphy.

Après tout, les faits indiquent que le monde a été créé par un pessimiste, et qui est Tullia pour aller contre la volonté divine et agir en optimiste ? Mieux vaut se fier aux apparences et aux faits. Après tout, ils sont comme les chiffres, ils ne mentent pas. C'est juste que leur vérité change en fonction du contexte.

Elle trouve ça rassurant, Tullia. La stabilité l'effraie. Si les choses sont stables, si elles ne changent pas, rien ne les empêche de pourrir, et si elles commencent à pourrir, il n'y a plus vraiment moyen d'arrêter le processus. C'est pour ça qu'elle aime son métier, aussi étrange soit-il. Traiter les cadavres, faire en sorte qu'ils s'abîment le moins vite possible et les préparer de sorte à les rendre aussi presque-vivants qu'elle le peut la calme. Les morts sont l'image même de la stabilité, de l'inaction, et pourtant, Tullia et ses solutions parvient à ralentir l'inévitable. Chaque corps préparé est une victoire pour elle, et qu'importe si on la regarde de travers lorsqu'elle annonce sa profession avec un grand sourire radieux.

Tullia est euphorique après avoir fini de préparer un corps, aussi euphorique que lorsqu'elle utilise son pouvoir et que sa migraine cesse, aussi euphorique que lorsqu'elle met la main sur des ours en guimauve. Assez euphorique pour que ses éternelles questions la laissent tranquille.

Le reste du temps, Tullia est juste instable. Un instant curieuse, l'autre indifférente, la minute suivante très occupée à flirter, l'heure d'après hilare, ou de mauvaise humeur. Elle ne voit pas l'intérêt de garder ses émotions sous contrôle. De toute façon, elle est incapable de rester sérieuse plus de vingts minutes d'affilée, à moins d'être en train de travailler ou d'être sur le terrain. De toutes façons, il n'y a pas plus instable que ces moments où elle se retrouve avec d'autres Protecteurs, son pouvoir, un revolver et un stylet pour toute défense. Et Tullia est rarement aussi rassurée, rarement aussi sûre d'elle, que dans ces moments.

Elle est bizarre, Tullia. Et elle ne changerait pour rien au monde.

EXTÉRIEUR;

Même physiquement elle est bizarre, Tullia. A croire que la normalité et elle, ça fait trois. Parce que sinon, comment expliquer que cette perche d'un mètre soixante-six aux jambes assez longues pour donner l'impression de lui arriver aux coudes se fasse tout le temps remarquer ? Et pas parce qu'elle est grande et qu'elle a des seins, non. Enfin, si, ça doit jouer. Mais c'est surtout son allure qui fait qu'elle ne sait pas se faire oublier.

La discrétion ? Tullia ne connait pas. Elle ne trouve absolument pas étrange de se balader en collants, talons, short en cuir, chemise boutonnée jusqu'en haut, cravate parfaitement nouée et cardigan ceinturé au niveau des biceps. De même que sortir de chez elle en robe d'été, collants de laine et blouse de laboratoire en automne lui semble totalement approprié. Les saisons ? La mode ? Ça vole quelques kilomètres au-dessus de sa tête.

Pourtant, si on passe outre l'étrangeté de son style, elle est plutôt mignonne, Tullia, avec ses longs cheveux auburns et sa peau à peine dorée. Elle a des traits de poupée, avec son visage en goutte d'eau et ses joues pleines. Elle en a même la bouche fine et bien ourlée, aux lèvres rendues brillantes par le baume hydratant rendu nécessaire par sa manie de se lécher les lèvres lorsqu'elle réfléchit. Si seulement elle n'avait pas l'air aussi paumée la plupart du temps... quoiqu'elle n'est guère mieux lorsqu'elle est sérieuse. Il y a juste quelque chose de profondément perturbant dans le fait de la voir sortir posément ses lunettes, les percher sur son nez, et commencer à fixer les gens et les lieux comme si elle évaluait leur intérêt.

C'est sans doute la faute de ses yeux. Ils sont trop pâles, trop enfoncés dans son crâne, les paupières un peu trop tombantes. Leur couleur est trop étrange, les vaisseaux sanguins qui parcourent la sclérotique rendue jaunâtre par le foie fatigué par les médicaments se mêlant aux pigments bleu de ses iris pour les faire virer au violacé. Bizarre, bizarre, Tullia est bizarre. Assez bizarre pour collectionner les lentilles colorées, du marron barbant au blanc Marilyn Manson, du vert lutin au rouge tomate. Changer ses yeux l'amuse. Elle va jusqu'à couvrir ses cils longs et fins et ses sourcils bien taillés (la devise de Maman était : "les sourcils d'une femme, c'est ce qui fait la différence entre une cruche et une reine") de mascara de couleur.

En dépit de ses excentricités, Tullia s'entretient. Elle aime sentir son sang battre dans ses veines, son souffle accélérer, son coeur battre contre sa cage thoracique. Donc, elle court, et elle va à la salle de sport. Pour muscler ses jambes et ses bras, pour s'assurer de rester souple et réactive. Son poids et son ventre qui plisse un peu quand elle s'assoit, elle s'en moque, comme elle se moque des cicatrices sur ses jambes et ses épaules, résidus de sa maladresse d'adolescente et de son incapacité à ne pas toucher ses plaies et les quelques boutons qui avaient le courage de s'installer sur sa poitrine, ses épaules et son dos plutôt que sur son visage.

Et si, une fois par mois, quelques idiots suicidaires s'amusent à pointer le bout de leur nez sur son front et ses joues, désormais, elle réplique aussi sec. Pas de quartiers. Tullia se moque de sentir le formol les jours où elle s'occupe de plusieurs cadavres, et elle se moque de savoir qu'elle risque sa santé chaque fois qu'elle s'occupe d'un client. Aussi longtemps que son teint est sans défauts.

Chacun ses obsessions.


un mostro ?
RANG; A
POUVOIR; Manifestation des cauchemars

Tullia a le pouvoir de donner forme à ses cauchemars. Les yeux privés de visages qui pleurent du sang, les silhouettes sans visages qui parlent avec la voix de ses parents, les monstres grotesques assez forts pour broyer un humain entre leurs mains-pattes-serres, sont pour elles aussi réels que les humains. Ils prennent forme lorsqu'elle dort et disparaissent quelques minutes après son réveil - le temps de la faire bondir de peur et de définitivement chasser les derniers vestiges de sommeil.

La jeune femme peut par la suite manifester les créatures de jour comme de nuit, pour une durée de temps allant de deux à dix minutes. Les cauchemars, bien que peu discrets, sont parfaits pour une diversion, et forment une infanterie des plus honorables, solide et efficace. Leur loyauté envers Tullia aide. Elle est leur monde, leur maîtresse, et leur bourreau, de même qu'ils sont ses serviteurs, ses enfants, et ses tortionnaires. C'est un cercle vicieux, au sein duquel chacun trouve son parti.

En contre-partie, Tullia a des migraines qui se déclenchent chaque fois que les cauchemars se dissipent et ne cessent que lorsque les cauchemars sont présents. Au début, ce n'était que des maux de tête, désagréables mais assez simples à ignorer. Ils ont gagné en intensité à mesure qu'elle utilisait son pouvoir. Les bons jours, Tullia fonctionne presque normalement. Les pires jours, elle s'évanouit. Le reste du temps, elle lutte contre les vertiges et évite le bruit comme la peste.

CAMP; April


la vostra stella !

TYPE; Umana
NOM; Nar
RELATION; "Tu peux te taire ? J'ai mal à la tête."
"Et alors ? T'as tout le temps mal à la tête."

Nar et Tullia, c'est le chêne et le roseau. L'un est inflexible quand l'autre vit pour, et dans, le mouvement. Opposés qui s'opposent sans cesse l'un à l'autre. Constamment en train de se disputer, se chamailler, se chercher des puces. C'est à se demander comment ils font pour vivre ensemble sans être constamment à la gorge l'un de l'autre.

En fait, c'est très simple. Lorsqu'ils sont "chez eux" ( c'est-à-dire chez Tullia; c'est pas le salaire de Nar qui va payer le loyer, déjà qu'il suffit à peine à payer la bouffe ), c'est chacun dans une pièce, et basta. L'espace vital, c'est sacré. C'est bien pour ça que, dés que l'un des deux s'ennuient, il va rejoindre l'autre pour bavarder ( dans le vide, bien sûr ).

Pourtant, gare à celui ou celle qui insulterait ou menacerait le Stella ou sa Pactisante. Les insultes et autres, c'est leur privilège. De même pour les coups. Et le chantage. Et tout le reste. Un ivrogne qui drague Tullia d'un peu trop près ? Super-Nar à la rescousse. Une dinde qui laisse courir ses mains là où il ne faut pas ? Tullia est sur les rangs.

Ils sont possessifs, jaloux, rappelant constamment à l'autre leur présence. Peut-être qu'ils s'aiment, peut-être que non. En tout cas, ils sont dépendants à leur relation.
EN FAIRE UN PRÉDÉFINI ? Oui

Missione ?
GROUPE; Protecteur
DATE D'ENTRÉE AU RESEAU; 12 Mars 2026
RAISON; Tullia s'est faite recruter. Et elle n'a toujours pas compris pourquoi.


voi

Prénom ou pseudo habituel; Fanny
Avatar; Makise Kurisu; Steins; Gate
Avez-vous lu le règlement ? Validé par une sadique qui va s'amuser à te fournir en cadavre XD C'est meilleur que les fruits !
Comment avez-vous connu le forum ? Via un partenariat avec Fake Pearl
Un mot à dire ? Ce contexte ♥♥♥


Dernière édition par Tullia Scalabrino [Nar] le Lun 20 Fév - 15:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tullia Scalabrino [Nar]

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 15
AGE : 26

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Dim 19 Fév - 18:46

la vostra vita
HISTOIRE;

Assise à sa fenêtre, Tullia fixait le ciel. Elle avait du mal à croire que faire un vœu à la lune puisse réaliser un quelconque souhait. Après tout, rien ne l'empêchait de souhaiter visiter l'Atlantide, boire l'eau du Léthé, voler sur le dos d'un dragon, trouver Caledwch dans son jardin. Autant de souhaits scientifiquement irréalisables. Autant de raisons de ne pas souhaiter à la lune. Logique. D'autant plus logique qu'elle ne croyait pas aux contes de fées.

D'un autre côté, elle ne croyait pas à toutes ces histoires. Donc, rien ne l'empêchait de dire son vœu à voix haute. D'ailleurs, techniquement parlant, ce n'était pas un vœu. Juste une promesse qu'elle se faisait. Et rien ne l'empêchait de dire son souhait pour le futur de jour. Elle le faisait juste de nuit parce que c'était plus cool. C'est tout. Rien d'autre. Elle ne souhaitait pas de nuit parce qu'elle croyait à ces rumeurs, vraiment. Ce serait ridicule. Contre-productif. Un gaspillage de salive.

... Et combien même elle y croirait, ça ne changerait rien, puisque rien n'allait se produire. Na.

"Je veux que les morts que je prépare puissent passer pour vivants lorsque j'en aurais fini avec eux."

Une ambition normale de thanatopractrice normale. Personne ne se souciait de savoir qu'elle avait étudié les lettres, l'anglais et le secrétariat avant d'échouer dans la formation. A part ses parents, mais ils ne comptaient pas. Ne comptaient plus. De toutes façons, ils n'étaient jamais fiers d'elle. Elle aurait pu décider d'être Dictatrice Mondiale, et ils lui auraient demandé pourquoi elle s'était limité de la sorte. Aigris, tous les deux. Aigris avant l'âge, aigris par des évènements dont ils pensaient qu'ils étaient évitables. Parfois, Tullia se disait qu'être optimiste après les faits était encore plus stupide qu'être optimiste tout court. Et puis elle oubliait.

Elle avait failli louper la poussière qui se trouvait dans sa chambre, faillit louper ces particules qui entraient en elle. Sauf qu'elle les avait vu, et Tullia avait senti sa mâchoire se décrocher lorsque l'être avait pris forme, lui promettant de l'aider avant de l'embrasser délicatement.

Et merde.

"Merci de la visite mais tu veux pas... tu sais. Oublier ce que je viens de dire ?"

Un sourire arrogant pour toute réponse, qui étira les marques (des brûlures ? Depuis quand il faisait chaud dans l'espace ?) qui prenait la moitié du visage de l'être-alien-homme. Pas besoin de traduction.

"Et merde."
"Quel langage."

Sur le coup, avoir mal à la tête semblait normal.

Il était une fois, dans un royaume pas si lointain que ça, où les pigeons et les touristes étaient si nombreux qu'un dignitaire avait proposé d'en faire la monnaie officielle...


"Le Prince Charmant, il existe pas."
"Si, il existe"
"Non"
"Si, et même que c'est Papa"
"Non, et même que si Papa était le Prince Charmant, Grand-mère nous appellerait pas les bâtardes"
"Bah si. Elle aime pas Maman"
"Bah non. Si Papa avait été capable d'attendre, ils se seraient mariés d'abord et on aurait été légumes"
"Légitimes"
"Ça revient au même"
"Non"
"Si"
"Non"
"Si"
"Non, non, non et non !"
"Si, si, si, si et si !"
"Non, non, non, et deux fois non !"

Deux fillettes faisaient ce que deux sœurs faisaient de mieux, à savoir se chamailler et essayer de voir qui pouvait crier le plus fort. Car ces petites filles étaient intelligentes, voyez-vous, et elles avaient déjà compris la règle la plus importante lorsque l'on négocie avec quelqu'un, à savoir "plus on est bruyant, plus on a raison".

A mesure que les années passèrent, les deux petites filles grandirent et commencèrent à se ressembler de moins en moins. Physiquement, déjà. Car si l'aînée, avec ses cheveux auburns et ses yeux pâles, prenait d'après le père qui avait été au cœur de tant de leurs discussions, la cadette, elle, tenait ses yeux gris et ses cheveux roux de leur mère, dont elle avait aussi hérité la longue silhouette androgyne. Mentalement, ensuite. Là où l'aînée pouvait passer des heures à soupeser une décision avant d'envoyer ses réflexions au placard et faire ce qu'elle voulait, la seconde était impulsive et volontiers tête brûlée, réfléchissant après s'être assommée contre le mur. Et ensemble, elles désespéraient leur famille qui rêvait de les voir se concentrer sur leurs études avant de faire un bon mariage et de prendre l'hôtel que la famille gérait.

Chose qui, bien sûr, ne se produit pas, car en dépit des apparences, les deux sœurs ne vivaient pas dans un conte de fées. Elles avaient beau avoir grandi dans un hôtel luxueux, pris des cours de manières et étudié dans un établissement privé, côté, et religieux, le fait n'en restait pas moins qu'elles n'étaient pas des princesses, contrairement à ce que disait leurs parents et conformément à l'opinion de leur ô-combien-aimable grand-mère. Qui n'était pas du tout aimable, parce que tout conte de fée doit avoir sa sorcière, y compris les contes de fées qui n'en sont pas.

Malgré la sorcière qui leur rendait régulièrement visite et ne manquait jamais de les humilier et de pointer que la couleur de leurs cheveux indiquait qu'elles ne feraient jamais rien de bon de leur vie, les soeurs étaient heureuses et grandissaient comme font toutes les petites filles. Si l'aîné avait très vite pris l'habitude de râler contre les optimistes et que la cadette aimait s'asseoir sur les balcons des chambres, on ne leur reprocha jamais ces manies. Les parents parce qu'ils avaient un hôtel à gérer et que leurs filles grandissaient très bien sans eux, les employés parce qu'ils n'étaient pas payés pour éduquer les filles de leur patron.

Si bien que, le jour où la plus jeune des deux eut un vertige et s'écrasa dans la rue, Tullia fut la seule à ne pas pousser de haut cris horrifiés, de même qu'elle fut la seule à ne pas accuser le personnel. C'était prévisible, que Egle finirait par tomber de ses balcons. Tullia avait espéré qu'elle tomberait du premier étage plutôt que du septième, mais ce n'était pas le genre de choses qu'elle pouvait contrôler.

Ce qu'il y a de bien, dans les contes de fées, c'est que les princesses ne meurent jamais. Malheureusement, dans la réalité, on ne survit pas à une tête éclatée sur le pavé...


Les pires jours, Tullia avait l'impression que sa tête allait éclater sous la douleur, comme la tête d'Egle avait fait, six ans plus tôt. C'était une idée assez intéressante pour qu'elle réfléchisse à ce qu'elle ressentirait le jour où ça se produirait. Et puis, elle changeait d'idée et reprenait des analgésiques. Ça amusait Nar, de la voir gober des comprimés dans l'espoir de fonctionner à peu près normalement. Ça l'amusait autant que la voir étudier les photos des morts sur lesquels elle était intervenue, les comparant avec des photos d'eux vivants pour voir si ils semblaient assez vivants. Ce n'était jamais le cas. Le teint manquait toujours de vie, de sang circulant dans les veines, de lumière se reflétant à travers la peau et apportant un éclat de vie à sa sortie.

Les cauchemars avaient l'air plus vivants que ses morts, les rares fois où ils ressemblaient vraiment à des humains. Et ces cauchemars-là, Tullia les adorait au-delà des mots. Les jours encore plus pires que les pires jours, elle en manifestait un, se lovait sur ses genoux et se laissait câliner par le morceau de subconscient pendant une dizaine de minutes, jusqu'à ce qu'il perde forme. Le retour de bâton était violent mais ça, elle s'en fichait. Depuis deux ans que Nar squattait chez elle, Tullia avait eu le temps de saisir quelques détails pas si insignifiants que ça. Comme le fait que Nar se plaisait sur Terre, en dépit de ce qu'il disait. Ou le fait que ses maux de tête étaient la contre-partie de son don. Ou le fait qu'elle n'avait vraiment pas digéré la mort d'Egle, si les nombreuses fois où elle la trouvait penchée au-dessus d'elle en se réveillant était une quelconque indication. Ou, encore, le fait que la migraine devenait de plus en plus douloureuse à mesure qu'elle usait du "cadeau" de son Stella. Et vu qu'elle ne pouvait pas ne pas manifester ses cauchemars lorsqu'elle dormait... L'asile lui tendait les bras. A moins qu'elle ne décide de se suicider. Ou tombe dans le coma.

Quoique... quitte à mourir à cause de sa contre-partie, autant mourir avec classe. Ce qui pour Tullia se traduisait en "se faire sauter avec des membres du GDP".

Plus tard.

Genre, dans vingt ans.

En attendant, elle continuerait à démolir son foie à force d'antidouleurs les jours où elle ne démolissait pas les plans du GDP avec d'autres Protecteurs. Elle aimait bien faire partie du Réseau, même si elle ne savait toujours pas pourquoi elle avait été recrutée. Il y avait des Pactisants aux pouvoirs bien plus utiles. Et elle n'était pas la seule personne à Milan qui savait utiliser une arme à feu. Quoiqu'elle devait être une des rares personnes à ne pas ciller devant une tête éclatée. La seule chose qu'elle reprochait encore au Réseau, c'était de les avoir espionnés, Nar et elle, avant de les approcher. Elle détestait être paranoïaque, ça lui donnait encore plus mal à la tête.

Les contes de fées, ça n'existe pas. Les guerres entre deux entités surpuissantes et les guerres entre deux camps aux idées opposées, si. Leur seul défaut, c'est que quand elles finissent, il n'y a pas de "Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants" en conclusion du massacre...



Dernière édition par Tullia Scalabrino [Nar] le Lun 20 Fév - 13:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aya Murazaki [Sky]

Admin- Pactisant
Admin- Pactisant


MESSAGES : 1089
AGE : 30
LOCALISATION : derrière toi
HUMEUR : massacrante xD

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Dim 19 Fév - 19:33

Bienvenuuuue : heart : !
Contente de voir que notre contexte charme ^^
J'aime beaucoup le ton donné à la fiche dès le départ, c'est sans fioriture mais fort de sens et de mots- maux aussi d'ailleurs.
Bref, courage pour le reste de la fiche, j'ai hâte d'en savoir plus sur cette jeune femme au métier pas commun, et si tu as la moindre question n'hésites pas o/

ps : ah oui, et pour le prédef, il faudrait l'envoyer à Milo ou moi ;)

_________________________________________________

  Hopeless...
Léo, fidèle tornado 3000: Multifonction, fait la vaisselle, range votre linge, vous sauve la vie, vous fait rire, Waterproof, vous attrape contre un mur ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raffaele [Miguel Velasco]

Membre- stella
 Membre- stella


MESSAGES : 174

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Dim 19 Fév - 20:37

L'image de ton stella était mon wallpaper jusqu'à quelques jours. Kariya, krr krr
J'aime bien ton personnage. J'aime bien la relation avec Nar. Bienvenue \o/

*repart faire le membre fantôme*
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ares Galla [Nemo]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 345
AGE : 20
LOCALISATION : Dans le dos de Gérard41ans.
HOBBIES : Lecture, Rp, graphisme, dessin, cours ;_;.
HUMEUR : Hi Hi Hi.

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Lun 20 Fév - 12:06

    Bienvenue à toi sur UA /o/ !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tullia Scalabrino [Nar]

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 15
AGE : 26

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Lun 20 Fév - 13:43

Finito !

J'espère que ça conviendra (et que personne ne deviendra dingue en lisant l'histoire...)

[kyaaaah, des bienvenues !!! Merci !!!]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aya Murazaki [Sky]

Admin- Pactisant
Admin- Pactisant


MESSAGES : 1089
AGE : 30
LOCALISATION : derrière toi
HUMEUR : massacrante xD

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Mar 21 Fév - 6:20

Fiche Validée !






Coucou ^^! C'est tout bon pour nous, pouvoir bien proportionné avec une contrepartie à la hauteur, les esquisses d'une entrée dans le réseau assez logique et une histoire ma foi, qui titille notre curiosité ( mais dans laquelle j'ai adoré certaines phrases ! ). Bref ça promet tout ça ^^ Surtout n'oublies pas de créer ta fiche de liens, on l'attend avec impatience ! Et surtout amuses-toi bien ^, on est pas beaucoup à être réguliers mais on ne mange personne ;)



Edit: Et va savoir pourquoi le code bug ainsi ... °° M'enfin, l'essentiel est dit 8D

_________________________________________________

  Hopeless...
Léo, fidèle tornado 3000: Multifonction, fait la vaisselle, range votre linge, vous sauve la vie, vous fait rire, Waterproof, vous attrape contre un mur ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Milo Vasco

Admin-human
Admin-human


MESSAGES : 861
AGE : 25
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Râler.
HUMEUR : Je suis MECHANT.

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Mar 21 Fév - 8:54

Bienvenue sur Ultima Alluvione! Comme le dit Aya, on est pas trop à passer régulièrement en ce moment mais n'hésite pas à rpiser!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Livio Gianelli

livio
livio


MESSAGES : 382
HOBBIES : Fantasmer dans son coin
HUMEUR : Généralement, peu avenante

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Mar 21 Fév - 16:43

Bienvenue *fait un calin*

Ne te sens pas seule sur le forum nous reviendrons /sbaaaf/ D'ailleurs j'ai deux rps à faire. Ce week end promis, quand j'aurais le temps de respirer.

Et à part ça amuse toi bien parmi nous, profite du forum et n'hésite pas à chercher avec ardeur un partenaire de rp disponible !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tullia Scalabrino [Nar]

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 15
AGE : 26

MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   Mar 21 Fév - 16:59

Merchi pour l'accueil : love :

Et bien sûr que je compte rp et m'amuser ! Quelle question !

*ronronne dans le câlin*
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tullia Scalabrino [Nar] ~ Nightmare Parade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Prima Storia.

 :: Ce que nous devons savoir
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com