Partagez | 
 

 Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ahmed Al-Ahmed

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 7
AGE : 28
HOBBIES : Boire, tuer, regarder le foot, et gagner de l'argent.

MessageSujet: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   Mar 10 Avr - 5:29

La vostra identità

NOM; Al-Ahmed
PRÉNOM; Ahmed Hocine
SURNOM; Triple A. C’est le petit surnom qu’il a acquis au fil des années, dans le business. Est il vraiment nécessaire de vous expliquer le jeu de mots ?
SEXE; Masculin
DATE DE NAISSANCE; 12 aout 1989, 38 ans (Si j’ai bien calculé)
LIEU DE NAISSANCE; Doha, Qatar
SITUATION SOCIALE; Marié/veuf. Sa femme, Nora Al-Ahmed, avait 26 ans le jour où elle fut portée disparue. Elle n’a laissé aucune trace, et Ahmed a perdu tout espoir de la retrouver un jour en vie.
MÉTIER; Investisseur pour une grande société Qatari, il donne également des conférences sur l’économie dans nombres d’universités à travers le monde.

Il trouve le temps en revanche, dans son agenda chargé, de s’atteler à son hobby favori : Le meurtre en série.
NATIONALITÉ; .De nationalité Qatari, il détient en revanche un passeport britannique


La vostra persona

INTÉRIEUR;

"J’ai parfois du mal à savoir si ce mec est juste honnête et sympa, ou si c’est le plus gros menteur hypocrite de l’existence"


Ahmed est extrêmement intelligent. Mais ne vous méprenez pas, il n’est pas ce que vous pourriez appeler un génie Il réfléchit plus vite, comprend plus vite, et interprète les informations plus vite que le commun des mortels, mais toutes ces capacités ne lui permettent pas de « créer ». Une métaphore appropriée serait celle d’un ordinateur : Ahmed dispose d’un nombre impressionnant de processeurs, et tous ces processeurs sont extrêmement puissants Mais sans programmeur talentueux derrière, un ordinateur n’est rien de plus qu’une super-calculatrice. Ahmed n est parfaitement conscient, et ne considère donc pas réellement ce don en tant que tel. Tout au plus, c’est un atout.
Ahmed n’est de toute façon pas du genre à se vanter. Dans la vie de tous les jours, il s’avère être quelqu’un de très sympathique, toujours prêt à tendre la main à ceux qui en ont besoins. Les sarcasmes, la méchanceté gratuite, tout cela ne fait pas partie du vocabulaire d’Ahmed.
Mais n’interprétez en aucun cas cette gentillesse pour de la naïveté. Certes, Ahmed tend parfois à laisser croire qu’il est quelqu’un de faible. Mais il compense largement son manque de charisme naturel par une grande intelligence sociale. Il a appris à déchiffrer les codes de la société, et n’hésite pas à manipuler avec plus ou moins de succès son prochain pour obtenir ce qu’il veut. Tout en évitant au maximum de tomber dans l’antagonisme primaire. Manipulateur, oui, mais pas question d’en oublier ses principes pour autant.

Il existe cependant une autre facette de sa personnalité. Un côté sombre pour en revenir à un manichéisme primaire. Il y’a l’Ahmed sociable et sympathique, et puis il y’a le tueur, froid, calme et déterminé.
Ne cherchez pas de raisons particulières, ou des rituels spécifiques dans ses meurtres. Ahmed ne cherche que le simple plaisir d’ôter la vie. Pas de cruauté ou de violence non-nécessaire dans ses actes, il essaie au maximum de garder ses assassinats propres, et sans souffrances inutile pour sa victime. Pas par compassion, mais par sécurité.

C’est dans ces moments-là que l’intelligence supérieure d’Ahmed s’illustre le plus. La priorité pour lui, c’est de ne pas se faire attraper. La sécurité avant tout. Si Ahmed n’est pas sur a 100 % avant de commettre un meurtre, il se ravisera. Satisfaire ses pulsions est quelque chose d’important, mais rester capable de le faire sans être embêter par les forces de l’ordre l’est encore plus. Une fois le méfait accompli, s’entame alors un processus extrêmement efficace de nettoyage de la scène de crime. Des gestes qui sont devenus des réflexes au fil du temps. Corps propre, environs propres, aucune arme, aucune empreinte, c’était la garantie de rester serein, et de pouvoir aborder le prochain meurtre l’esprit libéré.
Bien sûr, Ahmed s’est souvent posé cette question : Pourquoi ? Pourquoi tuer, alors que cela va à l’encontre de tout ce qu’il avait appris étant enfant ? Le meurtre a toujours était le plus grand tabou de l’humanité, et pourtant, Ahmed violait ce dernier sans aucun état d’âme.

Une question qui n’a pas de réponse. Ahmed prend plaisir à tuer, pourquoi lutter contre ce simple fait ? Bien sûr que ce qu’il faisait était mal, mais pourquoi s’obstiner à refouler sa véritable nature ? Ahmed était un tueur, c’était la vérité. Et s’il devait être quelqu’un de mauvais pour ça, et bien ainsi soit-il. Il assumerait ce paradoxe, et en puiserait la force nécessaire pour continuer encore et toujours. Si le commun des mortels luttait pour faire de cette planète un monde meilleur, il était naturel pour lui, qui n’était pas un véritable humain, de se battre pour l’inverse.

Ce sont donc deux facettes radicalement différentes qui cohabitent dans l’âme d’Ahmed. Ou peut-être que cette dualité était sa véritable nature ? A l’heure d’aujourd’hui, lui-même n’est pas sur…





EXTÉRIEUR;

La première chose qui frappe chez Ahmed, c’est déjà le fait qu’il n’a pas vraiment le physique de quelqu’un qui s’appelle Ahmed. Si vous ne le connaissiez pas, vous auriez probablement du mal à croire qu’il est natif du Moyen-Orient. Et bien que la population du Qatar soit composée d’une bonne partie d’immigrés, Ahmed provient bel et bien d’une famille arabe. Mystères de la génétique. .

Pour le reste, Ahmed reste quelqu’un d’assez banal. Il n’est pas très grand (1m74), et affiche quelques kilos en trop. Il faut dire que la majorité de ses efforts sportifs se résument aux éventuelles courses-poursuites avec ses victimes, lesquelles laissent souvent Ahmed essoufflé, une fois finies. Le tabac, la bière et l’âge ne font pas bon ménage chez lui.

Quand a son faciès, pour dire les choses telles qu’elles sont, il n’est pas spécialement charmant. Sauf si votre idéal masculin se résume en un mec mal rasés, des cernes autour des yeux, les dents jaunies par la clope et le whisky, imperméable qu’il a probablement gardé sur lui depuis des mois, et pour la touche finale, des cheveux grisonnants de plus en plus rares. Ahmed, c’est un peu le détective privé des films noirs des années 30, mais avec la couleur. Pas vraiment le look que vous seriez en droit d’attendre d’un respectable homme d’affaire, responsable de plusieurs millions de dollars.

Mais Ahmed est capable de faire des efforts, et s’impose une mutation drastique quand il s’agit de s’occuper du travail. Et dans ses moments-là, il n’hésite pas à sortir le grand jeu ; Costume sur mesure qui vaut facilement le salaire annuel d’une famille d’ouvriers, cheveux en ordre, et sourire étincelant. Ahmed sait qu’il faut donner une excellente impression, et heureusement pour lui, il a les moyens adéquats. Dans ces moments-là, il devient presque attirant. Presque.




Missione ?
GROUPE; Informateur. La nature du travail d’Ahmed fait qu’il s’entoure de nombre de contacts, certains fortement lies à la Lune Rouge. De plus, ses ressources financières sont un atout.
DATE D'ENTRÉE AU RESEAU; 2026, un an après l’arrivée d’Ahmed sur le sol italien.
RAISON; Il a su s’entourer de nombre de collaborateurs qui savaient. De plus, son intérêt pour la Lune Rouge l’ont poussé a chercher autant qu’il pouvait des informations a ce sujet. La suite, vous la connaissez.


voi

Prénom ou pseudo habituel; Sam. Comme dans Samuel, pas comme dans Samantha.
Avatar; Personnage & manga d'où provient votre avatar. John Constantine, Hellblazer
Avez-vous lu le règlement ? Nan, et j’aime pas les légumes.
Comment avez-vous connu le forum ? Après les wiki walks, les partenaires walks. J’vais sur un forum, j’clique sur un partenaire au hasard, si ca me plait pas, j’continue, jusqu’à ce que je trouve un forum cool. Et c’est comme ça que je suis arrivé ici.
Un mot à dire ? C’est désert par ici. Mais ça a l’air vraiment cool. Desolé pour le pavé en dessous au fait, même moi j'suis un peu surpris. Enfin c'est bien la preuve, si il en fallait une, que quantité =/= Qualité



Dernière édition par Ahmed Al-Ahmed le Mer 11 Avr - 5:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ahmed Al-Ahmed

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 7
AGE : 28
HOBBIES : Boire, tuer, regarder le foot, et gagner de l'argent.

MessageSujet: Re: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   Mar 10 Avr - 5:30

la vostra vita

HISTOIRE;
"Ahmed, dès sa naissance j'avais compris qu'il serait un gagnant. Vous savez c'est quoi la première chose qu'il a fait en sortant du ventre de sa mère ? Rien. C'est comme si, en venant au monde, il était déjà blasé. Ils ont du s'y reprendre à de nombreuses fois avant de le faire pleurer. Il venait à peine d'être né, et déjà, il voulait montrer c'est qui qui faisait la loi."

Izyan Al-Ahmed parle toujours avec fierté de son 6ème et dernier fils. Entre tous ces frères, il fallait batailler pour obtenir l’affection du père. Mais cette dernière était d’ores et déjà acquise pour le cadet de la famille
Pour Saliah Al-Ahmed, ce petit dernier était un cadeau du ciel, au même titre que les 5 autres. Elle n’eut cependant jamais la chance de le voir grandir.

Un simple accident domestique comme il en arrive par millier chaque jour. Il suffit d’une poignée de seconde, d’un sol mouillé et une descente d’escalier pour ôter une vie. C’est une vérité que le petit Ahmed apprit à 7 ans. Ce fut triste évidemment, mais il s’en remit relativement vite. Comme disait son père, il faut continuer à vivre. Pleurer n’allait certainement pas la ramener sur Terre.

Si on exclue ce triste évènement, l’enfance d’Ahmed fut plus qu’heureuse. Loin d’avoir connu la misère, il fait partie de ceux qui ont eu la chance de naitre dans une famille plus qu’aisé. Pour dire les choses telles qu’elles sont, Izyan était riche. Très riche. Mais ce dernier n’a jamais laissé ses enfants grandir dans l’oisiveté et la paresse : Ils devraient apprendre la valeur du travail, et créer leur propre empire. C’est par avec ces principes qu’il grandit. Travail et effort donnaient droit à des récompenses. Mais gare à celui qui péchait à la tâche…

Comme dit précédemment, Ahmed avait 5 frères, tous plus âgés. Ce sont ces derniers qui lui ont inculqués le sens de la compétition. Encouragés par Izyan, ils n’hésitaient pas à se tester l’un l’autre pour n’importe quel prétexte. Si quelqu’un voulait prendre la dernière part du dessert, il devait prouver son mérite. Si il y’avait une dispute, cela se résolvaient en général avec une partie de foot, et pour avoir le droit d’accompagner Papa au boulot, c’était un concours de savoir qui déterminait le vainqueur. Ces batailles étaient toujours menées dans un bon esprit, mais elles restaient sérieuses. C’est ainsi qu’Ahmed avait appris a toujours se battre pour atteindre son objectif.

"Monsieur Al-Ahmed, si je vous ai convoqué, c’est pour parler de votre fils qui se comporte étrangement en classe. Non, rassurez-vous, il est sage et il s’entend bien avec les autres enfants. Mais pour être parfaitement honnête, votre enfant est paresseux. Son professeur d’anglais l’a surpris en train de dormir en plein cours ! Ce qui ne l’a pas empêché de répondre parfaitement aux questions sur le cours une fois pris sur le fait. Et ce n’est pas la première fois qu’un tel incident arrive. Votre fils ne se préoccupe pas de son travail. Oui, je sais, cela ne l’empêche pas d’être le premier de sa classe, mais comprenez que son attitude risque d’influencer les autres élèves, et nous avons une image à tenir. Peut-être puis-je vous conseiller une structure adaptée pour les enfants de ce type…Oui Monsieur Al-Ahmed, je parle bel et bien d’une école spécialisée pour les enfants surdoués."


L’éducation était quelque chose d’évidemment important pour la famille Al-Ahmed, et dans ce domaine, Ahmed détenait un certain avantage : Il retenait et comprenait ses cours beaucoup plus vite les cours par rapport aux autres enfants de son âge, et était énormément précoce et mature pour un gamin de 8 ans. Mais le problème des enfants surdoués, c’est qu’ils se reposent un peu trop sur leurs facilités. Et cela était le cas d’Ahmed, qui commençait lentement mais surement à négliger le travail, valeur si chère à son père.

Compréhensif, ce dernier tenta d’abord de suivre les conseils des professeurs, en le plaçant dans une école privée spécialisée pour les petits génies. Mais cela se révélera être une erreur. Ahmed était intelligent, très intelligent. Mais il n’avait rien de ces jeunes prodiges, capable de composer un concerto dès l’âge de 5 ans, ou ceux qui pouvaient coder un programme complexe avant d’apprendre à faire leurs lacets. Il n’avait aucun réel talent, si ce n’est celui d’être « simplement » surdoué.

Alors après 4 mois, Izyan Al-Ahmed réinséra son fils dans l’éducation publique. Mais cette fois ci, il veillerait au grain. Ahmed devra s’appliquer, et être un écolier modèle. Inutile de préciser, la scolarité d’Ahmed ne fut pas une période de sa vie qu’il garda en affection.

Jusqu’à ses 16 ans, Ahmed continua de jouer ce qu’il considérait être une mascarade ; Il avait deux longueurs d’avances sur chacun de ses professeurs, et l’école n’était pour lui qu’une distraction. Il était certes un enfant introverti, mais déjà, il savait comment éviter la plupart des problèmes : En faisant preuve d’une honnête gentillesse. Ahmed, c’était l’élève qui donnait discrètement les réponses aux contrôles a ses camarades, c’était celui qui n’hésitait pas à dépanner quelques pièces pour payer un soda, d’une manière générale, c’était « le mec sympa ». S’il ne s’est pas fait beaucoup d’amis durant cette période, il aura su ne se faire aucun ennemi.
Tout cela changea radicalement après le premier meurtre commis par Ahmed.


« Pour être honnête, j’ai rarement vu un travail aussi propre depuis que j’ai commencé à faire ce boulot. Coup de couteau droit dans le cœur, par derrière. Aucune trace de lutte, aucune autre blessure, et aucune tâche de sang en dehors de la zone environnant la plaie ! Le mec a même pris soin de recoudre la blessure. Soit c’est un pur professionnel, soit c’est un grand malade mental. Probablement les deux, si vous m’demandez mon avis. »


Avant de poursuivre, il est important de noter qu’Ahmed n’a jamais été, et n’est probablement pas un « psychopathe » tel qu’on a l’habitude de les voir dans les livres et les films. Et d’un point de vue médical, un psychiatre aurait du mal à le classer parmi les véritable « malades mentaux ». Bien sûr, Ahmed n’est pas totalement sain d’esprit (Ce qui est normal, pour un tueur en série.). Mais les émotions positives qu’il ressent en dehors de ses meurtres ? Elles sont réelles, il ne simule pas.

Mais revenons à son histoire, et plus particulièrement, à son premier meurtre. C’était un soir comme un autre dans la périphérie de Doha, et Ahmed attendait tranquillement le bus pour rentrer chez lui, après une soirée passé à travailler (On avait beau être riche chez les Al-Ahmed, Izyan tenait personnellement a ce que ses enfants apprennent la valeur du travail manuel). Les rues sont désertes, et soudain, un cri retentit. Il provenait d’une petite maison, non loin de l’arrêt de bus. Après observation, Ahmed constata que la porte de cette maison était grande ouverte. N’écoutant que son courage, le jeune lycéen prit l’initiative, et courut vers la maison. En y entrant, Ahmed comprit l’origine du cri. Une adolescente qui avait probablement son âge se faisait sauvagement agressée par ce qui semblait être un cambrioleur. Dans ces quartiers habités par la classe ouvrière, il n’y’avait pas de système d’alarme, ou de service policier en faction, et les petites habitations comme celles-ci étaient une proie facile pour des jeunes délinquants.

Là ou 99% des gens normaux auraient pris la fuite ou appelé la police, Ahmed eut une réaction particulièrement singulière : Il se saisit d’un couteau, et poignarda le voleur, droit dans le cœur. Une fois mort, il ne représentait plus une menace pour la jeune femme, qui semblait être seule dans la maison. Abasourdie par l’intervention d’Ahmed, elle ne put qu’assister, impuissante, a l’étrange rituel auquel s’attela le lycéen. Très calmement, il entreprit de nettoyer le couteau ainsi que le sang sur ses mains. Il s’occupa ensuite du cambrioleur, en compressant la plaie pour éviter un trop-plein de sang sur le sol. C’est qu’une fois ces précautions prises, qu’il détourna son attention sur la jeune femme, toujours prostrée sur le sol. Toujours calmement, il lui explique qu’il a besoin de toute sa coopération. Peut-être était-ce le choc, ou la peur, ou peut-être même un sentiment de gratitude, mais cette jeune femme entreprit d’obéir aux instructions d’Ahmed. Rapidement, et efficacement, ils entreprirent de se débarrasser de toute trace du meurtre ainsi que de l’agression. Le sang-froid avec lequel procédait Ahmed était presque effrayant. Il savait ce qu’il devait faire, et il le faisait très efficacement, comme si c’était déjà une habitude. Les deux adolescents entreprirent ensuite le transport du corps. Discrètement, ils s’en débarrassèrent dans une ruelle sombre, ou Ahmed estimait qu’il ne serait pas découvert avant au moins 24 heures. Vint alors le moment que le jeune lycéen redoutait probablement : C’était le moment ou l’adrénaline retombait, et ou la jeune adolescente se rendit finalement compte de ce qui venait de se passer. Ahmed prit l’initiative, et lui expliqua qu’il n’avait pas le choix, que ce qui était arrivé faisait d’ores et déjà partie du passé. Il lui fit promettre de ne jamais piper mot des évènements de la soirée à qui que ce soit. Et puis, aussi vite qu’il était arrivé, Ahmed disparut dans la nuit.

Il ne le savait pas encore, mais ce soir-là, il venait de rencontrer sa future épouse.

Le plan original était bien entendu de ne plus jamais rencontrer cette (jolie) jeune femme. Mais dès le lendemain, ce plan tomba à l’eau. Il s’avéra qu’elle fréquentait le même lycée. Elle avait un an de moins, mais ils ne s’étaient alors jamais vraiment croisés (La séparation garçon/fille aidant). Cette fois-ci, ce fut elle qui prit l’initiative, en accostant Ahmed a la sortie des cours. D’abord peu enclin à lui adresser la parole, il finit par craquer, et accepta de la rejoindre un peu plus tard, à l’abri des regards et des oreilles indiscrètes.

Nora (Puisque c’était son nom) commença en abreuvant Ahmed de remerciement. Si il n’avait pas été là, elle aurait probablement été violée, ou pire. Le lycéen est tout d’abord surpris par cette réaction, puis intriguée. La veille, il n’avait pas réellement fait attention à elle, mais en plein jour, dans le calme, il put constater que Nora s’avérait être une jeune fille très belle. Ahmed ne s’était jamais vraiment intéressé a la gente féminine, mais en ce jour, il découvrit un très beau spécimen de cette étrange espèce.
Ils continuèrent à discuter, de tout et de rien. Elle tenait à oublier cette histoire autant que possible, mais une question taraudait l’esprit de Nora : Comment avait-il fait pour faire…ce qu’il avait fait d’une manière aussi calme ?

C’était une question qui avait également troublé Ahmed. En y réfléchissant, il avait trouvé une solution qui était au finale, très simple : Il avait pris plaisir à tuer cet homme. Il avait pris plaisir à enfoncer le couteau dans son cœur, et à ôter sa vie. Il avait pris plaisir à nettoyer la scène du crime, tous ces rituels étaient quelque chose d’extrêmement plaisant pour Ahmed, et il n’avait qu’une envie : Recommencer.

Il se garda de divulguer cette information a Nora, et se contenta de répéter ce qu’il lui avait dit hier soir : Il avait fait ce qu’il devait faire.

Les deux adolescents continuèrent à se voir de temps en temps. Nora était tombée amoureuse malgré elle de cet étrange gars, qui ne parlait pas beaucoup, mais qui l’avait sauvée malgré tout. Ahmed, de son coté, était également tombé sous le charme, mais ce qui hantait avant tout son esprit, c’était cette envie incessante de recommencer. Ce qu’il avait ressenti en tuant le cambrioleur était unique, et la seule manière de retrouver cette sensation, c’était en recommençant. Ahmed avait besoin de tuer.

Mais il faut attendre deux ans avant qu’Ahmed obtienne une opportunité de commettre un nouveau meurtre. Pendant ce temps, il s’était inquiété, quant au cadavre qu’il avait laissé derrière lui. Et s’il avait oublié quelque chose ? Et si la police remontait jusqu’à lui ? Cela n’a pas duré longtemps, quand après deux mois, il comprit que la police avait classé cette affaire. Encore une bagarre de rue qui ne finit mal, aucune preuve, personne pour pleurer le mort, et d’autres affaires bien plus urgentes à résoudre. Ahmed était sauf ;
Durant ce lapsus, Ahmed a également entamé une mue, pour se rapprocher de l’être qu’il est à ce jour. Comme libéré par ce plaisir qu’il a ressenti en commettant son premier meurtre, il s’ouvre au monde extérieur, ne se contentant plus d’être un simple spectateur. L’ancien Ahmed, timide et discret laisse place à quelqu’un qui s’assume entièrement. Il élargit son cercle social, devient un garçon populaire, et affiche désormais ses talents intellectuels au grand jour. Il a appris à se servir de son intelligence pour manipuler son monde à son avantage. Ne vous méprenez pas, il n’est pas devenu du jour au lendemain un marionnettiste, sournois et arrogant : Il reste quelqu’un d’extrêmement sympathique. Mais quitte à être gentil, autant être apprécié en même temps, non ?

Son désir de tuer n’a pas disparu, mais au fil du temps, Ahmed a appris à se contenir, et le principal objet de ses désirs s’appelle Nora désormais. Ils continuent à se voir en cachète aussi souvent que possible. Ils discutent, et parfois, font plus que parler…

Vint alors l’heure d’entrer à l’université. Ses excellentes notes et les recommandations de son père le mènent à l’Université de Doha, ou il apprend le business et l’économie. Nora, de son coté, s’oriente vers l’éducation. C’est à cette période qu’Ahmed commet son deuxième meurtre.

Cette fois-ci, pas de cambrioleur. La victime est une simple étudiante, qui avait commis une seule faute : Rentrer chez elle toute seul un soir. Ahmed n’avait pas prévu de la tuer, mais en la croisant dans une ruelle sombre, ce désir qu’il avait presque fini par oublier refit surface d’une manière soudaine.

Ce fut allé très vite. S’approchant rapidement de sa cible, Ahmed agrippa son coup, et serra de toutes ses forces. L’étudiante eut la force de se débattre, et commença à fuir. Mais Ahmed ne comptait pas la laisser s’échapper. Il prit la poursuite, et malheureusement pour elle, s’avéra être le plus rapide.
Une fois sa cible morte, Ahmed ressenti une émotion bien plus intense que lors de son premier meurtre. Cette sensation de supériorité, le frisson de la chasse, le craquement des os cervicaux, tout cela était un bonheur sans fin pour lui. Bien sûr, ce qu’il avait fait était mal, très mal. Mais qui s’en souciait ? Il venait de ressentir un plaisir inégalé, qu’aucun autre être humain ne pouvait ressentir ; Ce soir-là, en nettoyant la scène du crime, Ahmed était enfin sur d’une chose : Il était un tueur, et il allait continuer à tuer toute sa vie.
Entre ce soir et l’obtention de son diplôme, Ahmed tua 12 autres personnes. Tous étaient différentes, provenaient de divers horizon, et n’avaient en point commun que la malchance d’avoir croisé Ahmed. Strangulation, poignardage, chute « accidentelle », crâne brisé avec un objet contondant : La manière avec laquelle Ahmed commet ces meurtres lui importe peu. L’important, c’est de ressentir ce plaisir quand il chasse sa proie, pour au final, lui ôter la vie. Il veille toujours à ne pas se faire attraper. Les corps sont propres, les scènes de crimes également, et aucun modus operandi précis ne se dégage. La police ne devinera jamais que toutes ces morts sont l’œuvre d’un seul et même homme.

Quand j’ai pris Al-Ahmed en stage, je n’avais pas vraiment beaucoup d’espoir le concernant. Pour moi, c’était encore un fils à papa des pays du Moyen-Orient, qui avait assez de fric pour rien foutre pour deux générations, mais qui voulait jouer au patron dans une quelconque boite la bas, dans son pays. Il ferait comme tous les autres stagiaires : Corvée de café, de photocopieuse, et si il est gentil, chargé des inventaires. Inutile de vous décrire ma surprise quand le gamin se pointe dans mon bureau, et me sort un rapport de 320 pages sur comment améliorer mon profit en moins de deux ans. Je l’ai à peine survolé sur le coup, mais j’avais déjà compris que ce gamin allait devenir une putain de requin dans ce business.

Nora avait peut-être grandit au Qatar, mais sa véritable patrie était la Grande-Bretagne, où elle était née. Son père, businessman anglais, avait d’ores et déjà entendu parler d’Ahmed, et il invita ce dernier dans son entreprise, pour sa première expérience professionnelle. C’était un défi qu’il accepta sans hésiter. Ses frères avaient déjà acquis une bonne expérience à l’étranger, et Nora voulait de toute façon rentrer dans son pays natal. Il était hors de question de l’abandonner : Ahmed avait de toute façon décidé depuis longtemps de l’épouser.

S’en suit alors ce qu’Ahmed considère comme la plus belle période de sa vie. Son mariage avec Nora était parfait, il gravissait les échelons de son entreprise tranquillement, et surtout, il avait tout un tas de nouvelle proie à chasser. Ce fut 5 belles années pour lui, ou il jongla entre sa vie de mari, de businessman, et de tueur en série avec habilité.
Et un jour, Nora lui annonça la meilleure des nouvelles : Dans moins d’un an, ils seraient parents. Ahmed allait enfin pouvoir fonder la famille dont il rêvait. Il avait à ce moment, réussi sa vie. De beaux jours l’attendaient…
Jusqu’au 17 novembre 2015. Ce jour-là, Ahmed rentrait du travail, comme d’habitude. Nora, elle, n’était pas là. C’était étrange, puisqu’elle finissait toujours avant lui, et le prévenait quand elle sortait. Curieux, il tenta une première fois de la joindre sur son portable. Répondeur. Pour un moment, Ahmed ne s’inquiète pas outre-mesure. Elle est probablement chez une amie, et son téléphone n’a plus de batterie.
Et avant même qu’il s’en rende compte, il est déjà 9 heures. Ahmed inonde le répondeur de Nora, sans aucune réponse. Il tente de joindre toutes ses amies, mais aucune ne l’a vue aujourd’hui. Pris d’inquiétude, il décide finalement de joindre la police.

Disparue. Aucune piste, aucune trace, et ce malgré le travail acharné des enquêteurs. Ahmed ne connait que trop bien ce schéma, pour en avoir été la cause a maintes reprise. Pendant 6 mois, Ahmed se consacre corps et âme à la recherche de sa femme, avant de se rendre à l’évidence : Elle ne reviendra pas. Combien de fois avait-il était la cause de ce genre de disparition ? Triste ironie que de voir ce destin appliqué a sa propre vie.

Alors Ahmed tenta de reprendre une vie normale. Mais cela fut un échec total. Effort vain que de vouloir faire comme si de rien n’était. Il venait de perdre le seul et unique amour de sa vie. Mais plutôt que de rester prostré dans sa maison, à ruminer sur le passé, Ahmed continua à fuir. La perte de Nora avait créé un vide dans son cœur. Il comblerait ce dernier de la seule manière qu’il connaissait : En tuant. Encore et toujours. C’était le seul plaisir qui lui restait.

Peu après, un appel du pays lui parvenait. Les échos de ses exploits dans son entreprise actuelle avaient résonnés dans les plus hautes sphères, et il était courtisé par le Prince lui-même. Sans aucune attache avec l’Angleterre, Ahmed décida d’accepter ce nouveau travail.

Désormais, il serait en charge d’un portefeuille de plusieurs milliards de dollars. Son rôle était de trouver les opportunités à travers le monde, et de ramener encore plus d’argent pour le pays. C’était un travail qui demandait beaucoup d’efforts et de voyages. Exactement ce dont Ahmed avait besoin, pour continuer sa fuite en avant.

Commença alors un long périple à travers le globe. Japon, Russie, Etats-Unis, France, Brésil, Afrique du Sud, autant de pays dans lesquels Ahmed résida, investit, et tua. Il n’avait plus besoin de penser a Nora, le travail lui prenait déjà tout son temps. Il n’avait plus besoin de la pleurer, les meurtres toujours plus nombreux étaient une compensation acceptable. Peu à peu, et douloureusement, Ahmed parvint à se reconstruire. Il n’était plus aussi heureux qu’avant, mais cela importait peu. Il avait ce dont il avait besoin, il avait ce qu’il méritait. Il n’était pas digne de Nora. Il ne l’a jamais été.

Ahmed réside depuis deux ans à Milan. Ce qui l’a attiré dans cette ville, en dehors des opportunités financières, c’est principalement les rumeurs qui entourent cette ville. Il parait que d’étranges choses s’y passent. Et que certaines personnes, sous certaines conditions, voient leurs vœux exaucés. Sans vraiment y croire, Ahmed y voit une occasion d’épicer ses chasses nocturnes. Et qui sait, peut-être pourra t’il lui aussi voir son vœu exaucé. Même si lui-même n’est pas vraiment sur de ce qu’il souhaite. Au fur et à mesure de son travail, il tisse un réseau de connaissances et de contacts, chacun plus ou moins liés à la Lune Rouge. Et quand l’inévitable invitation du Réseau arriva, c’est sans hésitation qu’il accepta. Dans le meilleur des cas, il pourrait trouver les réponses à ses propres questions. Et si ça ne marche pas, il aura gagné beaucoup d’informations sur d’éventuelles cibles…



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Leo Accettura

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 733
AGE : 25

MessageSujet: Re: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   Mar 10 Avr - 17:33

Re Bienvenue /o/

Même si ta fiche est longue, elle se lit relativement vite. J'étais étonnée. C'est agréable à lire. Ton style est leger et se laisse lire facilement, j'ai bien aimé.

Si tu as besoin pour trouver un avatar, je veux bien t'aider. (Tu n'as qu'à me mp pour ne pas polluer ta fiche : mad : )

_________________________________________________

J'SUIS VERT MWHAHAHAHAHAHA.
Aya Murazaki [Sky] : M'enfin, d'façon,
Léo, il fait toujours ce qu'il veut avec Aya xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ahmed Al-Ahmed

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 7
AGE : 28
HOBBIES : Boire, tuer, regarder le foot, et gagner de l'argent.

MessageSujet: Re: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   Mer 11 Avr - 5:31

J'reste peu convaincu perso. J'ai jamais vraiment aimé écrire des pavés quand il s'agit de RP. M'enfin bon.

J'crois pouvoir dire que cette fiche est terminée. Il ne me reste qu'a me soumettre a votre jugement, messieurs dames du staff.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ilana E. Acciari

Admin-GDP
Admin-GDP


MESSAGES : 300
AGE : 30

MessageSujet: Re: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   Mer 11 Avr - 14:02

Coucou & Bienvenue o/
Juste un petit message pour te dire qu'on ne t'oublie pas ;)
Je devrais pouvoir te lire et m'occuper de ta fiche ce soir mais j'viens de rentrer du boulot donc pause XD

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ilana E. Acciari

Admin-GDP
Admin-GDP


MESSAGES : 300
AGE : 30

MessageSujet: Re: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   Mer 11 Avr - 17:05

Double post, mais qui vaut le coup :p !

Un profil atypique et légèrement amoral pour un rôle qui l'est tout autant. Comme l'a dit Leo, je trouve aussi que ta fiche, malgré le petit pavé se lit très bien, et c'est loin d'être indigeste ^^!
Je n'aurais jamais pensé à un meurtrier au sein du Réseau, mais l'idée est intéressante et originale ^^ ça présage du bon !
Je ne vais pas te mentir, on est beaucoup à ne pas/plus être disponible d'où ton impression, justifiée, mais j'espère que tu trouveras de quoi développer à souhait ton surdoué "particulier".
D'ailleurs, je pense que mon Aya ne verra pas la "concurrence"- qui n'en est pas réellement une - d'un bon oeil XD
Bref, tout cela pour dire que tu es officiellement Validé !
En avant les fiches de liens, demandes d'apart etc ... !
Amuse toi-bien o/

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ares Galla [Nemo]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 345
AGE : 20
LOCALISATION : Dans le dos de Gérard41ans.
HOBBIES : Lecture, Rp, graphisme, dessin, cours ;_;.
HUMEUR : Hi Hi Hi.

MessageSujet: Re: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   Mar 24 Avr - 9:02

    Bienvenue sur Ua :D !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ahmed Al-Ahmed s'intéresse à vous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Prima Storia.

 :: Ce que nous devons savoir
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit