Partagez | 
 

 Lysandre A. Hill [Crois en cette drogue et sombre dans la folie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Lysandre A. Hill [Heaven]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 48
AGE : 25

MessageSujet: Lysandre A. Hill [Crois en cette drogue et sombre dans la folie]   Jeu 24 Déc - 15:26

#_La vostra identità




MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com



NOM; Hill
PRÉNOM; Lysandre, Ange
SURNOM; Peu importe.
SEXE; Masculin.
DATE DE NAISSANCE; Un certain 31 Décembre 2005.
LIEU DE NAISSANCE; Paris, en France.
SITUATION SOCIALE; Célibataire.
APPARTENANCE; Pactisant.
MÉTIER; Etudiant (en médecine, pauvres patients...).

#_La vostra persona



INTÉRIEUR;

Vous êtes des crétins de la pire espèce. Des êtres méprisables et pathétiques qui se tortillent désespérément dans la poussière, se salissant un peu plus à chaque mouvement des vicissitudes de ce monde et de tout ce dont l’homme a tort de s’enorgueillir. Vous êtes moches et laids. Fous et aliénés. Menteurs et hypocrites. A vous seuls, vous regroupez toutes les horreurs de l’univers. Pourquoi donc devrait-on abaisser notre regard vers votre personne si dénuée de sens et si inutile ? [Haine, mépris]. Vous n’êtes rien – répugnante patine de misère – mais en même temps, vous êtes nécessaires à la composition de cette brave Terre [Acceptation, rejet].

[Mais alors toi, Lysandre, qui es-tu ?]

On dit que la folie est le propre de l’Homme. Si tel est le cas, alors pourquoi doit-on nécessairement condamner tous ceux que l’on juge légèrement différents de la normale, que ce soit au niveau mental ou au niveau physique ? Peu importent les problèmes ou les erreurs, il aurait simplement suffi d’un regard plus conciliant et moins dédaigneux pour réussir à s’infiltrer dans la psyché d’un fou un peu trop bavard.
Et toi, Lysandre, qu’en penses-tu ?
Il en pense que le monde est tout simplement trop misérable pour daigner s’abaisser à de pareilles sornettes. Que l’air que l’on respire, que les paysages qui acceptent de se dévoiler à notre regard, que les bienfaits de la vie, que tout ce qui compose et fait que nous soyons là, ne sont rien de plus que des perles rares et inestimables jetées au visage de cochons et d’imbéciles incapables d’en saisir la valeur.
Il hait les humains [MISANTHROPE] autant qu’il s’aime [NARCISSIQUE]. Après tout, pourquoi devrait-il se complaire dans une observation béate des autres quand il ne voit en eux que de pauvres insectes gluants ? Les yeux tournés vers un avenir trop lointain pour qu’il puisse s’en saisir, il continue d’entretenir le pauvre espoir que les races changeront un jour. En attendant, il se contente de les regarder de haut, de s’apitoyer sur leur sort, de ne pas échanger un quelconque sentiment à leur égard. Les autres ne sont là que pour assouvir ses désirs, combler son plaisir et lui servir de pions lorsque c’est nécessaire [STRATEGE].
Certains le jugeront mauvais et fourbe, d’autres s’abandonneront aux bras d’une admiration ridicule, essayant vainement de comprendre ce qu’il est et ce qu’il représente. Mais Lysandre n’en a que faire. Perdu dans un monde psychédélique connu de lui seul, égaré au détour de l’une des ruelles du bonheur, il avale sans en prendre conscience les pilules sacrées, injecte dans son réseau sanguin des substances qui le font planer au-dessus des autres [DROGUE]. Il n’est jamais vraiment là, Lysandre. Il se joue du monde, il se joue des gens, il se joue même de ses employeurs tout en les respectant, seules personnes à même de lui faire prendre conscience du mot « fidélité », concept encore bien trop précaire.
Il paraîtrait que son QI largement supérieur à la moyenne aurait fini par lui bousiller quelques neurones [GENIE]. Une matière grise constamment en surchauffe n’a rien de bon et Lysandre en est la preuve vivante. Mais pour un génie, se faire passer pour ce que l’on n’est pas n’a rien de sorcier ou de magique. Après tout, agencer les uns derrière les autres des mots pour former des phrases et dresser devant sa véritable personnalité des décors suborneurs… Qui ne l’a jamais fait ?

Lysandre vous déteste. Et il vous le montre. Votre identité n’a aucun sens à ses yeux. Il vous renomme à son goût. Vous pouvez tout aussi bien devenir « Toutou » que « Dieu » ou « L’allumeur de réverbères ». Libre à lui de choisir [FOU]. Vous ne représentez rien à ses yeux. Vous n’êtes rien, sinon une poussière de plus pour polluer son univers en jérémiades et en rires hystériques. Fou. Le monde est fou. Lysandre l’est aussi. Il est aussi fou qu’il est intelligent. S’il le pouvait, il attraperait le monde, l’écraserait et laisserait couler la poussière créée entre ses doigts pour façonner un nouvel univers. A son image. Plus coruscant, plus lumineux, moins strict et moins idiot.
Il vous tuerait tous si cela lui était possible. Il s’amuserait avec votre chair, tracerait de profonds sillons dedans, chemins carmin qu’il suivrait du bout de sa langue en laissant échapper ce rire démentiel et pathétique. Rares sont ceux qui ont la chance d’être accepté par cet être bourré de paradoxes et de drogues. Il vous hait ! Il vous hait ! Oh ! Si vous saviez à quel point ! Ridicules vers de terre, adorateurs de l’argent et du luxe, immondes et repoussants. Il voudrait vous étrangler, arracher tout ce qui vous compose, tout ce que vous ne méritez pas.
C’est un gus bizarre, étrange, pas normal, adepte des paradoxes et de l’imperfection. Tout ce qui est parfait doit être détruit. La pureté agaçante et rutilante l’aveugle et le rend malade. Il n’hésite pas à casser et à briser tout ce qu’il juge trop blanc et trop beau.

[ Pauvres gens ! Ce n'est pas du dégoût qu'ils m'inspirent, mais une immense pitié. Parmi tous les mystères de la vie humaine, il en est un que j'ai pénétré : notre grand tourment dans l'existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls, et tous nos efforts, tous nos actes ne tendent qu'à fuir cette solitude. Ceux-là, ces amoureux des bancs en plein air, cherchent, comme nous, comme toutes les créatures, à faire cesser leur isolement, rien que pendant une minute au moins ; mais ils demeurent, ils demeureront toujours seuls ; et nous aussi.]
Maupassant – Solitude.

EXTÉRIEUR;

« Ce n’est pas la lumière qui manque à notre regard, c’est notre regard qui manque de lumière. »

Gustave Thibon.


« Ne détourne pas les yeux ! Avance et regarde ! Vois ! vois ! La réalité du monde que j’essaye de t’inculquer ! Imprime cette horreur au fond de ta rétine ! »

Ses yeux d’un vert aussi profond que la plus pure des émeraudes se détournèrent avec répugnance de cette folie. Le monde était fou. Tout était fou. Et cette même folie commençait à se graver dans son esprit, ses yeux en proie à une terreur à la fois fugace et violente, reflet d’un bleu aussi noir qu’une nuit sans lune où même les étoiles ne parviennent à s’extirper des filaments de nuages qui les masquent au monde.
L’univers accomplissait un nouveau tour dans l’incroyable cycle du temps. La main se levait à nouveau, frappant ce visage à la peau de porcelaine, les ongles délaissant sur leur passage une trace d’où une rose carmin jaillissait, dégoulinant le long du galbe de la joue pour aller s’écraser entre les plis des vêtements colorés.
L’autre œil n’était plus, souvenir faiblard aux abords d’une psyché précaire. Perdu lorsque la folie s’en était emparée, anéanti pour toujours au moment où ce doigt plein de haine y avait apposé sa marque. Son œil droit n’était à présent plus qu’un membre vide et morne de son anatomie, uniquement composé de ce noir profond, ayant abandonné derrière lui sa pupille et étant à présent dans l’incapacité de voir le monde qui l’entourait. Un œil inexistant, témoignage de sa fausseté et de ses vicissitudes.

Pour combien de temps encore le monde allait-il tourner à contre temps ? Pour combien de temps les aiguilles remonteraient la pente raide des heures pour s’attacher à lui faire revivre encore et encore les mêmes moments ? Les mêmes instants. Similaires aux anciens et annonciateurs des nouveaux. Il avait peur que la course du temps ne soit à jamais la même et qu’il ne parviendrait pas à s’en détacher, à se sortir de ce piège dans lequel il se débattait jour après jour, les liens se resserrant toujours plus autour de ses poignets fins et faibles.
Les doigts s’abattirent une nouvelle fois, éraflant son nez, glissant le long de ses lèvres rosées. Il ferma ses paupières, détournant son regard du massacre, se refusant à observer et à conserver à jamais l’image de cette névrose écrite au fer rouge dans l’unique prunelle qu’il lui restait. Il ne pouvait pas la gâcher.
La main si redoutée s’abattit sur ses cheveux d’un noir aussi enchanteur que les yeux verts qu’ils encadraient. Une légère frange qui lui mangeait une partie de front était à présent collée par la sueur d’avoir accompli un effort trop dur pour lui. Chaque fibre de son être suintait la peur et l’angoisse. Il guettait, dans un dernier soubresaut d’inquiétude, le prochain coup, la prochaine slave de douleur, se débattant quelques fois, constatant avec crainte que ses forces n’étaient plus qu’un vague souvenir.
Son cou fin fut pris d’assaut par deux mains qui s’unirent pour serrer. Encore. Toujours plus. Son visage efféminé ne reflétait plus que la persuasion que la fin était proche.

« Pourquoi ? Pourquoi ? »

Et ces questions sonnaient comme un cri de détresse émanant de la bouche de cette femme. Elle regardait son fils. Attendait ses réactions. Espérait. Criait. Dévorait du regard chaque courbe de son corps aux allures androgynes.
Il n’avait pas l’allure d’un homme.
Malgré son jeune âge, elle sentait qu’il n’en aurait jamais la carrure. Petit de taille, elle lui pressentait aisément un léger mètre soixante-dix, si ce n’est moins. Les muscles étaient peu proéminents, malgré une stature d’athlète. Elle l’avait habitué à courir, à souffrir, à recevoir des coups.
Amaigri par les mauvais traitements qu’elle lui dispensait, il n’était plus que l’ombre de lui-même. Maigre. Trop. Lysandre ressemblait à ces cadavres délaissé sur les bords des routes en temps de guerre. Mais le monde était souillé. C’était pour son bien !

Elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver une attirance, une envie de l’embrasser, de goûter à ses lèvres qui lui faisaient tant envie. Il se dégageait de lui un charme qu’elle ne s’expliquait pas. Qu’elle ne comprenait pas. Qu’elle ne voulait pas comprendre. Cet enfant était une malédiction et, pourtant, tout son corps dégageait l’envie et le désir. Elle le trouvait beau malgré les blessures qu’elle lui infligeait, elle voulait qu’il l’aime malgré tous les maux dont elle était responsable.
Elle se sentait avalée par ses yeux pareils aux pâles reflets d’une aurore boréale, elle voulait que cette lune qu’elle discernait en leur cœur n’appartienne qu’à elle. Elle voulait le posséder. Et ce sentiment la dégoûtait.
Les longs bras fins de son fils partirent en quête d’air, griffant son visage. Ses doigts à lui étaient longs, fins, et aussi pâles que la mort. Elle se pencha, déposant un baiser sur son œil invalide que Lysandre s’acharnait à ne pas cacher. Il lui rappelait à chaque minute, à chaque heure, l’horreur de sa folie.

Pour parfaire à son image féminine, elle l’habillait avec des vêtements allant de pair avec son allure. Colorés. Les nombreux plis aux reflets irisés étaient couverts du sang qui s’écoulait de ses blessures. Elle sentait l’hémoglobine, s’en écœurait.
Sa pression sur son cou se relâcha légèrement tandis qu’elle tentait de reprendre contenance. Avait-elle face à elle une fille ou un garçon ? Un garçon. Si semblable à une fille. L’étrangeté de la chose lui faisait perdre la tête. L’une de ses mains se détacha de ce cou pour aller errer sur cette poitrine plate où jamais rien ne poussera.

« C’est pour ton bien, tu le sais ? »

Oui, il le savait. Du moins, il le pressentait. Le reflet du monde n’était qu’une pâle copie de ce qu’il discernait. Sa mère, apostolique, n’avait pour seule envie que de le voir pur et dénué de péchés. Etait-ce un mal ou un bien ?
Peu à peu, l’air retrouva le chemin de ses poumons, son teint pâle reprit des couleurs. Quelques rougeurs, preuves bien incertaines que la vie habitait encore ce corps, vinrent agrémenter la pâleur de sa peau. Lysandre était de ceux dont le soleil n’est pas un bienfait. Il ne bronzait pas. Ne prenait pas de couleurs, demeurant aussi blanc que la neige.
Bientôt, il put se relever, se tenir sur ses deux jambes, retrouver sa condition de bipède qu’il affectionnait tant. Sa physionomie rongée par la folie d’une mère destructrice était pauvre, faiblarde. Pourtant, il savait que ses jambes pouvaient le soutenir pour plusieurs heures de course, que son ventre qui criait sa faim et sa soif pouvait supporter pire, que les bleus qui parsemaient son corps, signe de l’erreur et du péché, étaient acceptés sans hurlements.
Ses membres endoloris le portèrent jusqu’au canapé aux bras usés et râpés. Il sentait l’alcool et la cigarette qui prirent d’assaut son nez fin. Son visage d’ange se tourna vers la femme qui se tenait prostrée dans un coin de la pièce. Il aurait aimé la rassurer, lui dire que ce n’était pas grave, qu’il comprenait et qu’il l’acceptait, mais les mots refusèrent de sortir de sa bouche.
Pourtant, sa voix valait tous les trésors du monde. Elle rassurait sa mère, suave, légèrement plus aigue que la moyenne. Avec le temps, les sonorités qui s’échappaient de sa bouche deviendraient plus graves et plus masculines, mais toujours aussi envoûtantes. Néanmoins, il se doutait que s’il parlait, les coups seraient plus meurtriers. Si sa voix plaisait, elle dégoûtait aussi. Parce qu’elle réveillait chez sa mère le désir de le posséder.
Il était trop jeune. Son visage juvénile le resterait pour quelques temps encore. Ses traits enfantins le poursuivraient dans l’adolescence, lui enlevant peu à peu des années à son compteur. A treize ans, il en paraîtrait dix. Mais le temps le forcerait à grandir et il finirait par adopter le visage d’un homme androgyne.

A ses oreilles, se dresseraient bientôt avec toute la vanité des vieux souvenirs encore trop présents, deux piercings le long du cartilage de son oreille gauche tandis que d’autre viendraient simplement compléter le lobe de l’oreille, à raison de trois à gauche et quatre à droite. Une touche d’excentricité pour masquer sa vision déformée de l’univers.
Un tatouage le long de son omoplate gauche, représentant un lys, rappellerait les années passées avec sa mère. Le lys, signe de la pureté et de ce désir inassouvi et dévastateur qui avait ravagé ce qui aurait pu représenter un foyer.
Dans son regard, seulement la pitié et l’indifférence. Parfois la joie, parce qu’on n’est jamais totalement malheureux. Mais ce bonheur serait perverti par une folie contagieuse et indomptable.
Ses lèvres réapprendraient à sourire, le rire traverserait son corps de temps à autre et il passerait parfois pour un joyeux luron un peu dément. Et pour cause ! Il le serait. Il se moquerait. Il s’amuserait de la douleur des autres et il haïrait la pureté. Dans l’avenir, il n’y aurait plus les coups et les blessures, seulement quelques cicatrices et cet œil vide pour conserver quelques traces du passé.
Dans l’avenir. Maintenant. Il garderait pourtant cette peur irascible et cette envie de s’enfuir, bien enfouies au fond de lui. Il s’attacherait à sa mélancolie, la noierait sous des drogues.

Pauvre arlequin au sourire spleenétique et moqueur.

#_la vostra vita



« Je ne t’ai jamais demandé de me comprendre. Je ne t’ai jamais demandé de m’expliquer. Je ne t’ai jamais rien demandé. Alors, toi, ne me demande pas pourquoi j’ai fait ça. Ne me demande pas ce qui m’a poussé à ça. Certains diront que je me suis simplement défendu. D’autres réclameront ma mort pour mon acte épouvantable. Mais toi, tu le sais, n’est-ce pas ? Que je t’ai seulement délivrée de ce monde aux pâles reflets irisés. Tu ne m’en voudras pas. Tu ne me haïras pas. Je le sais. Alors cesse de me regarder comme si j’étais un monstre de la pire espèce. Ne sont-ce pas eux, les monstres ? Les créatures maudites et perfides ? Ne me condamne pas pour leurs péchés. »


. :.

La neige tombait à gros flocons du ciel le long de l’avenue qu’il remontait péniblement, par la seule force de sa volonté. Son visage était à demi emmitouflé sous une pauvre écharpe, empêchant les volutes de vapeurs de s’échapper de sa bouche. Mais son nez rouge et meurtri par cette froideur hivernale témoignait de sa condition. Il ne faisait pas bon de traîner dans le quartier lorsque la nuit était tombée et les étoiles, déjà haut dans le ciel, lui hurlaient de rentrer s’abriter le plus vite possible… De la brise glaciale et des prédateurs qui rodaient lorsque le noir envahissait chaque parcelle du terrain qu’il habitait avec sa mère.
Il savait très bien qu’il n’aurait jamais dû se trouver là, et lui-même aurait préféré être au chaud devant un ordinateur ou un quelconque jeu vidéo, comme n’importe quel enfant ayant des parents possédant les moyens de payer ces objets, mais, outre le fait qu’il ne verrait probablement jamais cette technologie, sa mère l’avait instamment prié en début d’après-midi d’aller « faire ses preuves » et de se nettoyer de toutes les impuretés qui le souillaient au quotidien, considérant qu’il passait trop de temps enfermé au milieu de livres qu’il feuilletait à longueur de journée, et que le temps était venu pour lui qu’il aille voir qu’il y avait aussi un « extérieur ». Malgré son jeune âge, elle ne rechignait pas à le laisser sortir seul, préférant lui faire accepter la dure réalité de force plutôt que de s’armer de gants en laine et d’y aller en douceur. Certaine mère l'aurait considérée comme imprudente, mais elle n'était pas de cet avis. Un enfant a besoin d'être autonome. Quelle idée saugrenue !
C’était une nouvelle maison. Un nouveau quartier. De nouveaux voisins. Un nouveau boulanger. De nouveaux sourires. Tout avait changé, son monde était différent. Il avait du mal à s’acclimater à cette nouvelle vie que sa génitrice, si heureuse de leur déménagement, lui offrait à Milan. D’après elle, leur ancienne ville ne convenait à personne et, même si Lysandre avait eu un ou deux amis chers, ils ne comptaient pas assez pour lui manquer. Elle espérait qu’avec le temps, l’oubli ferait son œuvre et viendrait effacer toute trace de tristesse ou d’amertume.
Un désir d’adulte, en somme. Des souhaits égoïstes. Mais comme il ne s’était toujours pas plaint, sa mère en avait conclu qu’il était parfaitement heureux et que rien à présent ne viendrait perturber leur petit nid d’amour.
Il savait pourtant que, contrairement à ce qu’on voulait lui faire croire, la vie n’était pas aussi douce et paisible. Il voyait sa mère, constamment aux aguets, sombrer peu à peu dans une folie paranoïaque. Ses désirs de pureté devenaient plus violents. Plus sauvages. Sa main devenait plus ferme, plus vive. Ses longs doigts pâles étaient toujours tentés de se serrer autour de son cou pour renier à tout jamais cette erreur. Une erreur. Lysandre n’aurait jamais dû voir le jour et malgré l’indolence de sa mère sur la question, il sentait, dans son âme d’enfant, toute l’horreur qu’elle éprouvait en le voyant ; et les blessures qui meurtrissaient son corps apportaient un nouvel élément à ce puzzle encore incomplet.

A cette pensée, un frisson se répandit dans tout son corps, allant heurter son cœur et dérangeant son cerveau. Ce n’était ni le bon moment ni le bon endroit pour aborder les sujets qui fâchent. Les yeux mi-clos, il continua d’avancer, tentant de se faire le plus petit possible et d’éviter d’avoir à tomber sur un ou deux adolescents à l’air revêche qui n’auraient sans doute pas envie de lui lancer un gentil sourire et un « bonne soirée ! » poli.
L’appartement n’était plus très loin. Carré, petit, miteux… Lysandre était ce que ceux qui jouissaient d’une vie de prestige appelaient avec beaucoup d’aigreur un « gosse de pauvre » et on l’avait prévenu sur les éventuels voyous qui traînaient dans les environs prêts à le détrousser malgré son manque évident d'argent, voir à aller plus loin si leur libido était trop prononcée. Mais à priori, l’avenue était calme. La neige occultait tous les bruits, et même le silence pesant qui aurait dû régner à cette heure de la nuit lui parut bien lointain. Il se trouvait dans un tout autre univers, blanc, limpide, dépourvu d’imperfections. Une petite bulle joyeuse et fraîche. Si la nuit ne l’avait pas autant terrorisé, probablement que Lysandre en aurait profité pour rester un peu plus longtemps dehors, à profiter de cet instant de solitude si rare et si précieux.
Mais il n’avait pas le temps. La course des aiguilles jouait contre lui. A tout moment, il pouvait se faire attaquer. Prudent. Toujours.

Son pas s’accéléra alors que derrière lui retentissait un nouveau bruit, pareil au frottement d’un vêtement contre la neige. Son cœur manqua un battement tandis qu’il se pressait encore, ignorant du mieux qu’il le pouvait cette déformation dans l’univers blanc. Ne pas se retourner, marcher encore. Au fur et à mesure qu’il avançait, le bruit se faisait plus net. Plus précis. Il se dépêcha.
Il apercevait les contours de l’immeuble. Ses yeux étaient rivés vers cet unique endroit. Il en décelait chaque craquelure, chaque petite imperfection si caractéristique. S’il parvenait à l’atteindre, il serait sain et sauf. Il ne comprenait pas cette peur irascible qui le saisissait tout à coup. C’était comme si son instinct lui hurlait le danger imminent.
Il jeta un coup d’œil furtif derrière lui. Un coup d’œil de trop. Tout devint noir

. :.

Le monde s’effondra une nouvelle fois dans un dernier soubresaut. La terre trembla, le sol se déroba sous ses pieds tandis que les coups pleuvaient au-dessus de sa tête et que les cris hystériques s’abattaient sans ménagements sur ses oreilles. Il l’entendait. Il la sentait. Il voyait ce que le monde avait fait d’elle.
Ses yeux s’ouvrirent brusquement. C’était elle. A la douleur au niveau de son crâne, il comprit qu’elle l’avait assommé alors qu’il remontait l’avenue. Il était sorti et elle l’avait suivi, abattant son poing sur son être pour le ramener de force à la maison. Il avait l’habitude des coups, il avait l’habitude des griffures et des morsures… Mais cette fois, c’était différent. Il sentait un changement et il pressentait une fin abominable.
« Pur ». Il n’y avait que ce mot qui se projetait inlassablement le long des murs, rebondissant, courant, revenant vers leur émissaire. Il envahissait tout l’espace, s’imposait, grossissait jour après jour, plus important qu’auparavant. Vaniteux et narcissique, il se faufilait partout où il le pouvait, se proclamant sans élection roi d’un monde psychédélique. Persuadé d’être le meilleur, le plus beau, il s’était emparé des rênes d’un esprit trop faible pour supporter l’horreur d’une naissance fortuite.
Une erreur. Un viol. Cet enfant était le fruit de son péché, le souvenir de la douleur. Il n’aurait jamais dû se trouver là, il n’aurait pas dû être de ce monde. Il ne méritait pas d’exister… Alors elle devait le laver de toutes les marques de souillure qu’elle lui avait transmises. Il devait être plus pur qu’elle, moins sale.
Les yeux écarquillés par la rage, elle griffait cette peau qui n’était jamais assez blanche, elle se dégoûtait de ces yeux trop verts, trop inquisiteurs. Elle plongeait son regard dans son âme, cherchant d’infimes traces de saleté… Et les larmes dégringolaient le long de ses joues, suivant le galbe rougi par la honte et la satisfaction pour aller se répandre une nouvelle fois sur les planches qui constituaient le sol. Cette répugnante patine de misère les écœurait tous les deux, mais, plus que tout, cette femme sentait s’insinuer en elle la douce graine de la démence.

A travers les barreaux symboliques séparant les deux mondes, la grande route du château, Lysandre observait celle qu’il ne reconnaissait plus. Il ne comprenait pas. Son jeune âge ne lui permettait pas de saisir toutes les subtilités du monde de la folie, habité par des déités impalpables et extravagantes.
Il se contentait d’accepter, de soutenir sa mère dans son incessante recherche. Il savait que le temps ferait son œuvre, que les jours, les heures, les minutes et les secondes finiraient par chasser les maux pour un moment de tranquillité. Les coups ne seraient plus qu’un passé encore trop vif pour totalement l’oublier. Un passé qui reviendrait avec force dès que sa mère en ressentirait le besoin. Il ne se plaindrait pas.

« Tu n’aurais pas dû naître ! »

Il ferma les yeux et se recroquevilla, cherchant à se protéger des blessures et de la peur. Au fond de lui, il sentait l’angoisse. Il voyait ses beaux yeux languissants, d’une couleur ténébreuse et indécise, ressemblant à des violettes, chargés encore des lourds pleurs de l’orage. Elle le regardait avec ses yeux inconsolablement navrés, d’où s’écoulait une insidieuse ivresse. Ses belles manières insinuantes tentaient de le faire basculer, à son tour, dans le monde de la folie. Il s’accrocha à son propre corps pour ne pas basculer. En équilibre précaire sur un fil à peine tangible, il gardait les yeux rivés sur les flots tumultueux de l’inconscience.
Une main aux doigts fermes se saisit de ses cheveux avec violence, l’obligeant à relever la tête. Il ne comprit pas le danger imminent. La scène lui paraissait trop irréelle pour être crédible. Ce moment appartenait aux rêves et aux cauchemars, pas à la réalité. Un doigt, un seul, suffit à faire pénétrer en lui une douleur qui surpassait toutes les autres.

« Et ces yeux, sans cesse à m’observer ! »

Dans un ultime cri, elle déchaîna toute sa rage sur son œil droit qui, bientôt, ne fut plus qu’une effusion incandescente de souffrance. Pour la première fois, il hurla. Il avait l’impression que son œil n’était plus qu’un horrible trou béant par lequel pouvait entrer toute la folie et la haine. Son hurlement eut pour effet de décupler la colère, de la rendre plus vivace, plus pénétrante.

« Ne crie pas ! Accepte ! »

Malgré les injonctions, il ne pouvait s’empêcher de laisser sa voix jaillir hors de ses lèvres. Folle. Elle était folle. Et sa folie avait avalé son œil, dans un ultime bâillement.

. :.

Le blanc écœurant d’une chambre d’hôpital fut son refuge pour les quelques mois qui suivirent. Le sang avait étalé ses appas, épongé par des médecins avides de savoir et remplis d’un orgueil qui tempérait la froideur de cette austérité soudaine. Lui, Lysandre, le produit avarié né d’un siècle vaurien, s’enlaidissait dans le fade reflet de cette chambre pleine de moisissures et de vices.
Les médecins et les infirmières étaient aussi pourris que le reste de l’humanité. Baisant encore et encore dans les recoins de cet hôpital miteux, s’enfermant dans les placards, inconscients du jeune Lysandre qui entendait leurs gémissements de plaisir et enfonçait sa tête dans son oreiller lorsque surgissait le moment de l’extase. Tout lui donnait envie de vomir. L’hypocrisie humaine lui sautait à la figure, plantant ses griffes dans sa chair, s’insinuant par le réseau veineux qui parcourait son corps et se logeant dans son cerveau.
Pourtant, ces quelques mois sonnèrent comme une libération. Un répit. Une pause. La folie de sa mère ne l’atteignait pas ici. Il pouvait se maintenir en bordure de cette vague dévastatrice qui n’attendait que son retour pour le faucher à nouveau. Il redoutait l’instant où il lui faudrait quitter cet endroit, malgré les sourires condescendants, et les infirmières qui le droguaient de leur compassion et leur gentillesse avant de s’envoyer en l’air dans les chambres voisines.

Il se plaisait ici.

Pourtant, vint le moment où il lui fallut sortir, retrouver sa mère et sa démence, réentendre sa voix aigue hurler toute sa douleur, observer cette décadence.

« Crie, Lysandre, crie ! »

Et il criait. Suppliait. Priait. Pleurait… Jusqu’au jour où la Lune Rouge fit son apparition dans le ciel de Milan. Belle, grosse et ronde, elle choqua le monde, retourna l’esprit de ces scientifiques tordus et incapables d’expliquer ce phénomène, se jouant de ces humains inintéressants qui grouillaient à ses pieds, cherchant à l’expliquer. Elle était inaccessible, annonciatrice d’un nouveau monde, d’une nouvelle ère, de nouvelles légendes…

« Le savais-tu ? Il parait que si tu formules ton vœu une nuit de pleine lune, il se réalisera à coup sûr. La Lune Rouge le promet ! »

Lysandre se laissa berner par cette légende. Il accepta de croire en cette rumeur loufoque et murmura son souhait à la Lune, se trouvant à la fois idiot et désespéré. Il devenait fou lui aussi. Il haïssait les gens. Mais il y en avait une qu’il haïssait plus que tout…

« Faites que ma mère meurt… »

La poussière tomba, pénétra son corps, le liant ainsi aux Etoiles, à son Stella. Le lendemain, il eut le plaisir et la tristesse d’apprendre le décès de sa mère. Accident de voiture. « Tragique », fut le seul mot qui sortit de sa bouche. Il ne sut jamais s’il était heureux ou non de cet événement. Mais une chose était sûr, il y avait quelque chose de nouveau en lui. Quelque chose qui le suivait, s’incrustait dans sa vie malgré son désir de le faire disparaître et qui lui permettait de manipuler l’esprit des autres à sa guise, de leur faire croire mille et une merveilles ou de les plonger dans un labyrinthe tortueux, il pouvait être qui il voulait, jouer avec les autres, les blesser et les détruire… Et ça l’amusait.
Mais il haïssait son Stella. Cette fille qui était apparue avec la mort de sa mère.

#_un mostro ?



RANG; A
POUVOIR; Manipulation des esprits (particulièrement dans l'émission des phéromones).

#_la vostra stella !



TYPE; Stella Ombra
NOM; Heaven.
RELATION; Lysandre ne s'entend pas avec Heaven. Il la déteste et celle-ci le lui rend bien. Ils passent leur temps à se chamailler et ne se supportent que parce qu'un pacte les lie. C'est la seule raison qui font qu'ils sont ensemble. Pourquoi, autrement, Lysandre aurait-il accepter la compagnie d'une personnalité aussi dérangeante, curieuse et fouineuse ? Heaven représente tout ce qu'il déteste. Tout ce qu'il ne peut pas supporter. Et Heaven juge Lysandre, le critique et le taquine autant qu'elle le peut. Les relations entre ces deux-là sont apocalyptiques.
EN FAIRE UN PREDEFINI ? Non =).

#_voi



Avez-vous lu le règlement ? Code Validé par Luna Rossa.
Comment avez-vous connu le forum ? RdC !
Un mot à dire ? 👽


Dernière édition par Lysandre A. Hill [Heaven] le Ven 25 Déc - 7:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna Rossa

PNJ


MESSAGES : 323

MessageSujet: Re: Lysandre A. Hill [Crois en cette drogue et sombre dans la folie]   Jeu 24 Déc - 21:18

Bonsoir et bienvenue sur Ultima Alluvione !

Que dire sur cette fiche quasi-parfaite ? J'ai littéralement adoré. Complétement, totalement, entièrement. Lysandre n'est pas le genre de personnage que j'aime particulièrement mais ton style fait que je me suis très vite attachée à lui, tant c'est fluide, recherché et très beau.

Avant que je ne puisse te valider, j'aimerais que tu rectifies quelque chose. Pour "La vostra Stella", pour le type du Stella, il s'agissait plus de Luce, Voce, Ombra, Specchio ou Umana. Le type de Stella qu'est Heaven ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://ultimaalluvione.forumactif.org
avatar

Lysandre A. Hill [Heaven]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 48
AGE : 25

MessageSujet: Re: Lysandre A. Hill [Crois en cette drogue et sombre dans la folie]   Jeu 24 Déc - 22:38

Merci beaucoup =D !
Et excuse-moi, je crois que j'ai commencé à penser à autre chose au moment de remplir ce champ XD. J'étais persuadée d'avoir mis "Ombra" derrière le "Stella". Distraction quand tu nous tiens... !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna Rossa

PNJ


MESSAGES : 323

MessageSujet: Re: Lysandre A. Hill [Crois en cette drogue et sombre dans la folie]   Ven 25 Déc - 8:08

C'est parfait, alors ! ♥️
Bon jeu parmi nous !

Revenir en haut Aller en bas
http://ultimaalluvione.forumactif.org

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Lysandre A. Hill [Crois en cette drogue et sombre dans la folie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lysandre A. Hill [Crois en cette drogue et sombre dans la folie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Prima Storia.

 :: Ce que nous devons savoir :: Siete accettati. :: Pactisants
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit