Partagez | 
 

 Milo Vasco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Milo Vasco

Admin-human
Admin-human


MESSAGES : 861
AGE : 25
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Râler.
HUMEUR : Je suis MECHANT.

MessageSujet: Milo Vasco   Sam 30 Oct - 14:50

La vostra identità

NOM; Vasco.
PRÉNOM; Milo.
SURNOM; Rien : Milo c’est déjà assez court, pas besoin d’un surnom du style « Mimi » ou « Lolo ».
SEXE; Reste à déterminer. Masculin.
DATE DE NAISSANCE; 08 Octobre 2000. Enfant du second millénaire, c’est magnifique.
LIEU DE NAISSANCE; Foggia, dans le Sud-Est de l’Italie.
SITUATION SOCIALE; Concubinage avec une jeune femme de 25 ans, Marica Vespa.
MÉTIER; Lieutenant dans la police nationale.
NATIONALITÉ;Italienne.


La vostra persona

INTÉRIEUR;
Milo, c’est tout un programme d’amour, de bonté, de gentillesse, d’ouverture aux autres et de dévouement. Pense-t-il seulement à lui ? Jamais. Tout son être se dédie au reste de la société, comme le prouve son petit job. Protéger la paix et la vie. Aider les vieilles dames à traverser. Offrir quelques sourires dans ce monde de brutes. Voilà, on aurait pu débuter cette description comme ça.

Mais non. Déjà, il ne s’est pas du tout engagé dans la police pour ça, comme nous le verrons plus tard. Ensuite, son entourage en fait régulièrement les frais, Milo n’est pas un gai bisounours aux pays des toupoutous. Courir au ralenti dans une clairière illuminée par le soleil doré d’automne, c’est pas son truc. Rien que sourire, c’est la mer à boire. Milo affiche toujours l’air amer de celui qui a été condamné à sucer un citron pour le restant de ses jours, les yeux noirs de la personne qui pense que chaque inconvénient de la vie –la pluie, la circulation, l’imprimante qui ne marche pas- ont été placé exprès sur sa route à lui. Parce que chez les autres, ça ne serait pas drôle.

Pour un étranger, il apparaît comme renfermé et taciturne. Pas du tout le genre à vous mettre à l’aise avec quelques plaisanteries bien senties. Et c’est vrai qu’il est comme ça. Milo ne s’intéresse qu’à son petit monde. A sa copine, à la rigueur, et encore, l’entendre se plaindre, ça le soule. Mais de toute façon, en quoi cela vous gênerait-il ? Si Milo aime se plaindre tout le temps, pester contre tout et rien, il a la délicatesse de ne jamais vous en faire part. Jamais. Introverti, il garde la moindre de ses pensées pour lui et ne parle pas beaucoup. Quand il ouvre la bouche, c’est pour dire l’essentiel, pas pour le bavardage. Essayer de le pousser un peu à la confidence et non seulement il va se renfermer comme une huître, mais en plus il va s’irriter. Ah oui, parce que Milo, il est susceptible en plus. Ce qui le vexe –ou le fait sortir de ses gonds, mais c’est plus rare- c’est qu’on mette en doute ses capacités, physiques comme intellectuelles. Pas vantard mais imbu de sa personne, il sait ce qu’il vaut et aime bien broder sur les bords. De plus, comme il a le goût du travail bien fait et est consciencieux dans son travail –qu’on se le dise, Milo n’a pas que des défauts-, il ne supporte pas la moindre remarque dessus. Son irascibilité ne renforce que son côté ombrageux.et prompt à s’énerver, sur la vie ou le malheureux contrevenant. Rajoutant qu’on a rarement plus vu buté que lui. Même si vous lui montrez que par a plus b il a tort, il n’en démordra pas. Son entêtement frise parfois la bêtise et loin de s’excuser une fois que vous avez réussi à le convaincre de son erreur, il boudera ou trouvera un moyen de vous faire endosser la culpabilité. Et oui, rancunier, avec ça. Ceci dit, ce trait de caractère se vérifie moins dans son travail, où il reste très responsable.

Bref, si vous arrivez à dépasser ce premier aspect de sa personnalité et que malgré tout, vous n’avez pas envie de lui éclater la tête sur le bord d’une table, vous allez avoir du mal à devenir son ami. Oh, bien sûr, il en a. On ne sait pas trop comment c’est possible, mais ça l’est. Si vous êtes gentil avec lui, il va se méfier. Milo a du mal à concevoir que certains actes peuvent être désintéressés. Un tantinet paranoïaque ? Rien que sur les bords, ça tient plus de son côté ours des cavernes que d’un profond problème psychologique. D’ailleurs, léger aparté, n’allez jamais lui dire qu’il a un souci de confiance, hein. Rapport à sa susceptibilité et son amour-propre sur ses capacités mentales. Milo est fier de ne pas se classer dans la catégorie sans fond des anxieux, des tourmentés, des troublés, des chagrinés et autres dépressifs. Il estime qu’il est un homme particulièrement sain et équilibré. Enfin donc, il est méfiant avec le reste de la société. Voir carrément farouche. Pas toucher, pas parler, pas chercher. En un mot, foutez-lui la paix, sinon il va recommencer à faire l’huître –et à mordre-. Oui, une huître peut mordre. Si jamais vous réussissez à l’approcher un peu plus intimement qu’un simple collègue de travail, ne vous attendez pas à ce qu’il ouvre grand les bras, vous fasse des câlins et saute partout à votre vue. Ni qu’il vous invite chez lui. Son appartement aussi, c’est privé. N’allez pas vous y incruster, Milo ne fera preuve d’aucune délicatesse pour vous faire comprendre que votre présence vous indispose. Introvertie oblige. Misanthrope, le Milo.

Imaginons maintenant l’impossible, le bout du parcours du combattant, la fin de l’entraînement des marines américains. Vous êtes désormais un proche de Milo. Chapeau, soit dit en passant. Vous êtes allés au restaurant ensemble, vous avez partagés quelques discussions bien senties, vous connaissez on ne sait comment sa vie, bref, Marica Vespa, sa petite amie, vous invite parfois à dîner chez eux. On supposera même que Milo soit attaché à vous. Vous allez vite comprendre que sous cette carapace de tortue géante se cache quelqu’un de timide. Et là, vous saurez qu’en cas de dispute, il ne faudra surtout pas s’attendre à ce qu’il vienne s’excuser en premier, même si Milo sait pertinemment que tout est de sa faute. Il n’osera pas, tout simplement. Ce n’est ici qu’un grossier exemple, mais ce trait de caractère est profondément ancré chez lui et dirige, sans qu’il s’en doute, le moindre acte de sa vie. Cependant, évitez de lui balancer ça à la figure dans une tentative de psychanalyse de son cas, au détour d’une conversation et de confidences intimes.

Après cette longue énumération de défauts, passons plutôt aux qualités. Oui, parce que Milo en a, tout de même. Ce n’est pas juste une brutasse sans profondeur qui ne sait pas comment être gentil. En premier lieu, ces qualités se remarquent surtout dans son travail où il est assez irréprochable, mis à part qu’il ne supporte pas d’avoir un binôme. Studieux, minutieux, son côté taciturne et silencieux lui apporte calme –la plupart du temps- et discrétion. Il ne risque pas de révéler un élément de dossier aux oreilles inappropriées. Et être soupçonneux et suspicieux n’apportent pas beaucoup de tort dans l’exécution de son boulot, loin de là. Cela se transforme même en qualité. De même, son entêtement sait se transformer en opiniâtreté et son obstination en persévérance –notez la subtilité, je vous prie-. C’est un bûcheur et il a la rage, l’ambition de réussir. Mettez des obstacles devant lui et il va s’acharner. Pas du genre à baisser les bras dès le premier problème. Et puis, il a toutes les qualités pour percer dans sa filière. Directif, intransigeant –tyrannique sur les bords ?- il a beau être désagréable et à acariâtre, il sait comment utiliser ce qu’il a entre les mains et gérer les situations compliquées. Il sait aussi freiner ses impulsions et faire profil bas quand il le faut, ce qui est non négligeable quand on travaille dans une stricte hiérarchie. Savoir retenir sa langue, c’est bien vu. Pis c’est un mec sérieux, la tête bien sur les épaules.

Bon certes, il n’aime ni qu’on lui coupe l’herbe sous le pied, ni ne rien comprendre ou ne pas faire partie de ceux qui Savent, avec un S majuscule. Cela l’exaspère au plus haut point. Pour conclure ce rapide portrait qui vous permettra de découvrir Milo dans toute sa subtilité plus tard, nous dirons que certes, s’amuser insouciamment dans une boîte de son nuit, c’est pas son truc, mais ça ne l’empêche pas de tirer profit de ce que les filles appellent son « charme mystérieux et ténébreux », que nous, nous appelleront son très mauvais caractère et sa platitude, avec une certaine mesquinerie.

Pour résumer, Milo est un type qui n’aime pas les problèmes, n’en a pas et n’en veut surtout pas.

EXTÉRIEUR;
En tant que membre de la police nationale, Milo est fier de vous présenter la haute stature d’un homme au sommet de sa forme, grand, les épaules larges d’un ancien nageur… Oui, dit comme ça, on imagine tout de suite le gars baraqué avec des muscles soigneusement développés en salle de sport. Nuançons, voulez-vous. Car si Milo est de haute taille et respire la bonne santé, la ressemblance avec un athlète des Jeux Olympiques s’arrête là. Milo est plutôt mince, svelte, tout en délié, sans pour autant avoir cette finesse, cette délicatesse caractéristique d’un homme en manque de testostérone. Non, c’est juste un homme élancé, qui n‘en demeure pas moins capable de plaquer de vilains adolescents et des dealeurs s’il en a envie, et très bien pour intimider les spécimens en garde à vue en se plaçant près de la porte ou derrière son supérieur.

L’effet peut être accentué –ça dépend de la personnalité de la personne en face- par son visage aussi joyeux qu’un cadavre sur le point d’être enterré. D’un bel ovale un brin sinistre, sa tête pourrait être plus séduisante si seulement Milo n’affichait pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre un air flegmatique : Ses amis savent qu’il ne s’agit pas de l’expression d’un dépressif invétéré, seulement d’un gars particulièrement blasé et souvent de mauvaise humeur. Pour les inconnus, ceux qui l’observent, notamment les stagiaires, pensent qu’il s’agit d’un homme extrêmement sérieux et totalement dépourvu d’humour. Bonne pioche pour eux aussi. Disons que ça dépend du moment.

Des yeux marron noirs, sachant prendre un parfait air mauvais, s’accordent à la tignasse sombre, relativement longue, que porte sans grand changement Milo depuis son enfance. Les mèches brunes, composées de cheveux ébènes aussi fins que des fils de soie, mangent une partie de son front, jusqu’à la moitié du visage, et celles sur le côté viennent chatouiller les joues et le bas de la fine mâchoire. Un peu folles, celles qui couvrent son crâne aiment se glisser n’importe comment, comme s’enrouler autour de ses oreilles, confiant au jeune homme un air savamment décoiffé. Un peu plus court à l’arrière, des filaments viennent mourir sur sa nuque. Pas de raie soigneusement tracée au peigne, juste un point aimant tirer sur le tourbillon sur la partie droite de sa coiffure. Ses mirettes, assez petites, sont surplombées de sourcils acérés qui confèrent à son visage cette superbe expression pleine de vie. Nous ne nous attarderons pas sur le reste du visage qui est, ma foi, tout à fait banal. Un nez comme les autres, il en faut bien un, des lèvres un peu pincées, tirant vers le bas, qui ont cette étonnante capacité d’éclaircir totalement son visage dans les rares fois où il sourit, un menton un peu pointu, en avant, volontaire, des pommettes accentuant cette impression. Globalement, une frimousse assez ordinaire, qui en d’autres temps et d’autres lieux lui auraient peut-être donné une tête d’aristo. Encore une fois, Milo aurait pu faire le tombeur de ses dames en se la jouant un peu, misant sur le charme du Côté Obscur de la Force, ou sur celui plus espiègle d’un grand sourire et de yeux brillants. Mais non. Du coup, il est assez passe-partout s’il se donne la peine de prendre une expression plus dégagée. Ca aussi c’est bien, pour le boulot. Mais l’objectif de Milo n’est ni d’être charmant, ni d’être séduisant. Par contre, le rôle de l’inspecteur impassible qui en vu d’autres, lui va à merveille. C’est vrai qu’en général, il l’est, placide, endurant en silence et maîtrisant son agacement.

Pour le reste, Milo est tout en attaches fines et en membres déliés, sveltesse même, bras, jambes, genoux noueux, jusqu’à ces mains pâles aux doigts délicats de pianiste, aux ongles courts soigneusement coupés. Mais n’allez pas imaginer un jeune homme éthéré et aérien, s’envolant au moindre coup de vent. Non. Il est aussi tout en muscles nerveux, le Milo. Un vrai pur-sang qui attend le début de la course, dirons nous pour avoir une métaphore éblouissant les yeux de la galerie. Et puis, il est assez soigné, avec ses vêtements assez classiques. Chemises bien coupées, pulls, manteau épais et sombre digne d’un inspecteur du FBI de série américaine, écharpes vaguement enroulées autour du cou. Pas de fioritures, pas d’extravagance, sage du haut en bas, comme un étudiant timide. Enfin, il lui arrive de mettre des lunettes lorsqu’il travaille ou lit. A vingt-six, on est vieux, que voulez-vous.

Signes distinctifs ? Pas vraiment. A la rigueur, une cicatrice sur le poignet droit, là où l’a mordu un chien de la police. Deux petites formes blanches, l’une vaguement en forme de croix, imprimées sur sa peau. Sa vie n’est pas assez trépidante pour avoir d’autres blessures de guerre, du style balle ou couteau à crans. Et une fugace tache de naissance dans le bas de l’épaule gauche.

Voilà à quoi ressemble Milo Vasco. On est quand même loin du modèle du début, non ? De toute manière, son aspect extérieur est totalement en symbiose avec son aspect intérieur. Après, tout dépend de la façon dont on le regarde. Les lycéennes l’ont toujours trouvé à leurs goûts. C’est bien d’être accompagnée d’un triste sire qui foudroie du regard les impudents qui osent le déranger. Peu expressif, il affiche en général toujours la même tête, que ça soit quand vous lui racontez comment votre chat s’est fait écrasé, quand il enregistre des dépositions ou arrête quelqu’un. Il est rarement surpris, encore moins souriant. Par contre, vous avez beaucoup plus de chance de le voir s’énerver, ainsi que tout ce qui amène à avoir les sourcils froncés. Mais si, mais si, vous arriverez à le dérider.



la vostra vita

HISTOIRE;
Alors. Avant d’aborder le moment le plus palpitant d’une fiche, prévenons tout de suite qu’ici, cela sera relativement court du fait qu’il n’y a rien, disons pas grand-chose, à raconter. On pourrait énumérer chaque Noël, chaque anniversaire, chaque année scolaire écoulés, en détaillant les quelques passages clés de la vie de Milo. Mais vous vous ennuierez. Or donc, nous allons nous contenter du minimum.

Milo est né en Sicile, où ses parents ont séjournés deux ans, en raison du métier pratiqué par son paternel : militaire, plus exactement chef d’équipe plongeur, mais ce détail nous importe peu. Il s’appelait Silvio Vasco et son épouse portait le doux nom d’Emma. Elle avait déjà un autre fils, Raffaele, qui avait trois ans de plus que Milo. Deux ans plus tard, ils auraient ensemble une Antonia. Après huit ans de mutations diverses et variées, suivant la naissance de Milo, la petite famille s’installa définitivement à Foggia, dans le Sud-Est de l’Italie. La maison était en centre-ville –c’était plus commode pour emmener Untel au foot, Machin à la piscine et Truc à la danse et faire les courses-, étalée en hauteur, avec une chambre pour chacun, deux salles de bain, une grande cuisine et un salon pour jouer, endroit de prédilection de Raffaele pour tirer les cheveux d’Antonia. Un petit jardin intérieur leur permettait de posséder un Berger Blanc Suisse, un gros chien donc, qui répondait au nom de Matteo. Ce fidèle compagnon resta de longues années à leurs côtés avant de s’éteindre.

D’une façon générale, Milo s’entendait bien avec toute sa famille, au sens strict comme au sens large. Il grognait sur sa sœur à l’occasion, se bagarrait avec son frère, faisait avec eux de vastes jeux dans la maison à grand renfort de tout ce qu’ils pouvaient trouver. Il chahutait parfois Matteo, mentait à sa mère quant à savoir s’il avait bien fait son shampooing et allait parfois piquer des carreaux de chocolat dans le placard familial. Elève studieux, il réussit brillamment son école primaire et ce fut sur lui qu’échoua la tâche de faire les devoirs de lecture à sa sœur. A l’adolescence, il cessa de suivre son frère comme un poussin et préféra s’enfermer dans sa chambre pour cliqueter sur Internet, bidouiller paisiblement et jouer en réseau. Il s’énervait quand on venait le dérangeait pour tout et pour rien, renâclait à faire son lit et passer l’aspirateur et se prit de passion pour la lecture, notamment les romans policiers –Agatha Christie, Maurice Leblanc, Conan Doyle, tous ces classiques, il n’en fit qu’une bouchée-. Poussé par le sens du devoir et son éducation, il s’efforça toujours d’être en tête de classe, bien qu’il n’ait pas de prédispositions particulières pour ça. Du coup, il devait travailler pas mal derrière, ce qui lui forgea son côté pointilleux et sérieux. Il sortait de temps en temps avec ses amis, cinéma, fast-food, achats divers, comme un adolescent normal. Malgré son pseudo-dégoût des petites sœurs, il se montra très attentionné envers Antonia quand elle se brisa une jambe dans une chute de cheval. Il sortit avec quelques filles, plus par curiosité que par véritable goût, soucieux de ne pas avoir de prises de tête avec ces prétendantes.

Nourri par les séries télévisées et les romans, il décida de faire carrière dans la police et s’y appliqua dès lors, après quelques années en fac de droit où il rencontra ceux qui composent aujourd’hui, à peu de chose près, son cercle d’amis, des gens comme Nicola, Marica, Chiara, Ruben, Amarilli… Ils s’amusaient à passer leurs vacances à Paris, à se balader en Suisse et en Croatie, une fois même aux Etats-Unis et une autre en Egypte. Cela leur donna l’occasion de tisser des liens un brin plus profond. Amarilli étant passionnée de vidéo, elle s’amusa beaucoup à faire des souvenirs de ces voyages et à réaliser quelques films amateurs, de courte durée, avec les pauvres acteurs qu’elle avait sous la main. Milo fut embarqué dedans sans qu’on lui demande véritablement son avis, mais bon…

Vous vous doutez bien que là-dedans, il y avait de quoi faire un remake des Feux de l’Amour, et il fut fait. On ne va pas détailler les passionnantes péripéties de cette histoire d’amour, qui de toute façon, à l’avis de Milo, ne vous regarde pas. Disons simplement, dans la plus grande simplicité, que Milo et Ruben aimaient Amarilli et qu’au final, après quelques hésitations, Amarilli préféra Ruben. Traumatisme de la vie de Milo ? Non, pas vraiment. Certes, ça fait mal, mais ça contribua juste à lui donner un peu plus mauvais caractère et à refroidir leur amitié. Cette guerre fraîche se solda par une trêve à la mort de Chiara, qui se noya lors de vacances au bord de la mer. Le groupe se sépara un peu au fil des années, empruntant des chemins différents, ses membres s’éloignant des uns des autres. Par exemple, Milo et Nicola, son meilleur ami, cessèrent peu à peu de se voir, peu à peu de se parler. Comme ça, doucement, comme si Nicola sortait de la vie de Milo en empruntant la petite porte au fond. Au final, Milo et Marica se mirent ensemble, et cela n’a pas changé depuis. C’était il y a trois ans de cela. Le temps fait vite changer les choses, et sans que l’on s’en rende compte, plus rien n’est comme avant.

Entré dans la police, Milo emménagea avec Marica à Milan. Et comme le jeune homme avait toujours vécu avec un cabot, c’est tout naturellement qu’il en prit un chez sa sœur Antonia, devenue maître-chien. Un berger allemand, avec une bonne partie de la fourrure de couleur noire, au départ éduqué pour la gendarmerie. Milo hésita quelque peu avant de le baptiser, entre le nom Vito et celui de Lorenzo. Après un long débat intérieur, Lorenzo –Renzo pour les intimes- l’emporta, et il prit l’habitude de l’amener au commissariat, sans pour autant être spécialisé dans les binômes bipède-ouafouaf.

Enfin, abordons ce qu’il en est maintenant. Récemment, Milo a énormément travaillé pour préparer le concours pour devenir lieutenant de police, ce qui l’a rendu particulièrement irritable et irritant ces deux derniers mois. Il vient juste de le passer et attend ses résultats. En attendant, il passe ses soirées à jouer avec Marica à « Qui-ignore-le-mieux-l’autre » et la journée à être désagréable avec les stagiaires.

« Eh, va chercher un double café-noisette au distributeur, toi. »


Il futuro

RUMEURS, RUMEURS; Milo, de par son métier, a bien sûr entendu parler d’histoires extravagantes et d’autres billevesées. Et puis, il a eu l’occasion de constater des dégâts assez étranges sur des lieux où il enquêtait. De toute façon, avant qu’il ne fouille le problème, on lui a dit qu’un autre service s’occupait des dossiers et on lui a gentiment demandé de se remettre à la mafia et à la prostitution.

NON ? OUI ? ; Ouais. Par ambition, histoire d’arrêter d’escorter des femmes très peu vêtues de la gare au commissariat. Pis pour voir.


voi

Prénom ou pseudo habituel; Lùthien
Avatar; Je connais paaas et j'ai oublié, j'ai trouvé au pif. Pis d’ailleurs, là j’ai pris cette image parce que je trouvais que ça allait bien, mais pour les autres du même personnage, ça ne va pas forcément, donc si je change un jour d’avatar, c’est pas dit que je prenne lui… Donc je ne sais pas si c’est vraiment la peine de le réserver.
Avez-vous lu le règlement ? Finalement, les raisins, c’est mieux.
Comment avez-vous connu le forum ? DC de Toto. Voici mon BGCTTM !
Un mot à dire ? Un mec, enfin *serre Milo dans ses bras* Et faites pas attention à l’histoire, c’est une grosse blague de non-inspiration pour vie parfaitement normale. xD Mon seul regret: Encore un simple humain, buhuhu : cry : Et désolée s'il y a des fautes, j'en ai tellement soupé de cette fiche et j'avais tellement envie de poster que je n'ai pas relu... TwT



Dernière édition par Milo Vasco le Sam 30 Oct - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vito Vargas

Membre- GDP
 Membre- GDP


MESSAGES : 363
AGE : 26
LOCALISATION : Lyon.
HOBBIES : Me piquer à la nitro'.

MessageSujet: Re: Milo Vasco   Sam 30 Oct - 15:32

"tête d'aristo"
xDD, méchaaante! Et bravo pour le chien, j'y ai quasi cru, mine de rien XD

J'aime ton Milo! Il est mignon à sa façon, et le côté homme des cavernes un peu abruti, évidemment, je kiffe. Pis jerry sur ta fiche, entre tes histoires de "il a la rage" et de "côté obscur de la force". Pis pour le café, sur la fin, aussi. Même si je sais pas si c'est du café moulu ou pas moulu mais BREF 8D
J'ajoute que certes, c'est un simple humain pour le moment, mais dans le rp il peut vachement évoluer. Genre apprendre tout plein de trucs sur les Stellas, voire finir par bosser avec un agent du GDP, ou grapiller au hasard une info sur la brigade... bref il a du potentiel le petit Grincheux!

Fiche parfaite, donc. Congrats, t'écris vraiment super bien. C'est prenant, ça coule, ça accroche, ça donne envie de continuer, c'est rigolo, c'est joli ; et au final ça fait plaisir de lire ça. Validé le Milo.
Quant aux fautes, j'ai rien vu de bien choquant. Sauf un "et se fut sur lui qu’échoua la tâche" à un endroit, avec un "se" malheureux mais on passe dessus sans problème. Et je veux un lien aque Mimi.

(Ayé, tu m'as donné envie de revoir Atlantide avec ton Milo.)

_________________________________________________



Dernière édition par Vito Vargas le Sam 30 Oct - 15:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maddox. [Tinkerbell]

Fondatrices
Fondatrices


MESSAGES : 145

MessageSujet: Re: Milo Vasco   Sam 30 Oct - 15:33

Tellement de truc à dire que je vais en oublier la moitié, c'est certain !

Alors euh.... Doyle = +20 ; Foggia = +100 ; UN HUMAIN TOUT CE QU'IL Y A DE NORMAL MAIS SUPRA INTERESSANT = +10 000 !!!!

En fait j'aime tout dans ta fiche ! Le psyche hyper détaillé, l'histoire bien comme il faut, la postage déjà fini ! (Comme Elio, mes amours !)
J'avais vu qu'un passage où t'as du oublier une majuscule ou mettre un point là où y'en avait pas mais je retrouve plus. Et puis franchement, OSEF !

Et je te réserve un Link avec mon futur perso (oui, un jour je le pondrais !) parce qu'ils pourraient bien s'entendre ! 8D Enfin, on verra ça le moment venu !




EDIT : VITO JE TE HAIE, CASSE TOI DE LÀ, C'EST MOI QUI LA VALIDE !!!!


Edit Vito : Nunuh ♥

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Milo Vasco

Admin-human
Admin-human


MESSAGES : 861
AGE : 25
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Râler.
HUMEUR : Je suis MECHANT.

MessageSujet: Re: Milo Vasco   Sam 30 Oct - 15:56

Merci mon Vito, merci mon Maddie! : heart : Ca me fait plaisir de savoir que sacrifier mes devoirs n'a pas été inutile xD Et puis vous faites trop de commentaires gentils : mad :

*Iiiirk, va corriger l'horrible fauuute*

Et oui oui pour le lien avec vos persos : cheer : J'ai hâte de voir ça!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Milo Vasco   

Revenir en haut Aller en bas
 

Milo Vasco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Prima Storia.

 :: Ce que nous devons savoir :: Siete accettati. :: Simples Humains
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit