AccueilAccueil  SiteSite  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Egeado A. Iannone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Egeado A. Iannone

Membre- GDP
 Membre- GDP


MESSAGES : 129
AGE : 42
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Pousser les gens à bout
HUMEUR : Zen

MessageSujet: Egeado A. Iannone   Lun 13 Juin - 21:35



La vostra identità
NOM;Iannone
PRÉNOMS; Egeado Alessandro (Au cas où, ça se prononce éjado, copyright de Vito sur le prénom <3)
SURNOM; Va trouver un surnom pour Egeado
SEXE; Ben… Masculin je suppose
DATE DE NAISSANCE; 8 janvier 1992, 35 ans
LIEU DE NAISSANCE; Rome
SITUATION SOCIALE; Célibataire, il est trop insupportable.
NATIONALITÉ; Italien


La vostra persona
INTÉRIEUR;
A première vue, Egeado pourrait être ce qu’on peut appeler un adolescent attardé. Un adulescent, un adulte incapable de rester sérieux plus d’une seconde. Un homme qui n’a pas grandi, qui ne veut pas grandir et qui se complait dans une telle attitude. Egeado n’est pas stupide, il le parait juste. Il dit des conneries, des trucs pas marrants, sauf pour lui, il tourne tout en dérision. Il est faussement lourd mais c’est uniquement pour plaisanter, chose qu’il adore faire. Il rie, peut sembler badin serein et juste peinard. Egeado ne semble pas se prendre la tête avec des détails et des fioritures, il adore asticoter son entourage, en particulier son neveu Andrea et son ami Savio. Ca marche du tonnerre avec le premier et pas vraiment sur le second. Mais qu’importe tant que lui s’amuse. Il est ouvert et sympathique, tant qu’on ne prend pas au premier degré ses débilités et ses remarques car il n’est pas méchant pour un sou, il aime juste à embêter et tourner en ridicule les attitudes stupides de certaines personnes.

Il trouve d’ailleurs sa vie terne et guère intéressante, très routinière, alors autant qu’il essaie de l’égayer comme il peut. Le problème avec cette tendance énervante de taquinerie fait que peu de personnes sont proches de lui ou parviennent à le supporter. Chose normale, à 34 ans, on ne se comporte pas de la sorte. On attend forcément une certaine maturité et stabilité. Du sérieux, du travail et certainement pas un look négligé, un sourire moqueur et des remarques acerbes. Mais pourquoi se prendrait-il au sérieux ? Non rentrer dans le rang n’a jamais été le désir d’Egeado qui se plait dans son petit univers, dans cette carapace qui le protège des agressions extérieures. Il n’est pas timide, pas asocial non, il est plutôt bon vivant. Mais pourtant il n’a pas d’ami hormis Savio et ne sort guère autrement que pour les soirées mondaines auquel son rang l’oblige à participer. S’il n’en voit pas l’utilité, c’est surtout qu’il ne peut pas. A quoi bon faire des efforts pour plaire de façon superficielle à quelqu’un ? Pour avoir l’illusion de ne pas être seul ? Non pas vraiment pour lui. Il préfère rester comme il est et si ça ne plait pas, ce n’est pas grave, il se plait dans sa situation actuelle.

Mais on sait qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Et les apparences, ça le connait Egeado. S’il est comme ça, c’est parce que c’est son tempérament d’être souriant, enjoué, déconneur et cela même en grandissant, en vieillissant. Mais est-ce que ça doit empêcher de savoir être sérieux ? Dans son cas, non. Egeado ne fuit pas ses responsabilités, ni les problèmes. Il sait être sérieux, mortellement sérieux parfois, quand le cas est grave. Il sait être mature et sait surtout l’être quand il le faut. Son éducation lui a apprit le comment se comporter et s’il ne l’applique pas toujours, il connait les règles. Egeado n’est gamin que parce qu’il veut être gamin, que parce qu’il aime être décontracté sans se prendre la tête. Mais il peut être réfléchi, surtout quand il est concentré dans son travail. Et derrière cela se cache une vraie fragilité causée par le drame de sa vie. Et même s’il fait tout pour ne pas y penser, pour oublier, il ne peut pas contrôler les cauchemars et les moments de crises d’angoisses qui le prennent à la gorge et à la poitrine en pensant à ce manque. Mais il essaie de ne jamais le montrer, même à Savio c’est encore compliqué d’en parler.

Il n’est pas vraiment paresseux, c’est juste quelqu’un qui adore ne rien faire et glander au bureau, il n’est vraiment pas bourreau de travail mais quand il faut s’y mettre et qu’il n’a pas le choix il le fait, souvent assez rapidement en plus et de façon très consciencieuse. Il peut paraitre à l’ouest et rêveur mais c’est surtout parce qu’il n’a que trop conscience de la réalité, la dure et amère réalité. Alors il évite d’y penser et s’occupe, fait autre chose, va embêter son prochain et passer pour le dernier imbécile. Il n’a pas vraiment d’ambition de pouvoir ou de monter dans sa hiérarchie mais il a toujours été très avide de connaissances. Ce qui l’a grandement aidé dans ses études et il est très autodidacte, toujours savoir et comprendre, un trait commun avec son neveu.

Egeado aime bien faire la fête, il n’est juste pas souvent invité. Et puis dans les fêtes, on peut toujours croire qu’il est bourré et qu’il se comporte ainsi pour cette raison. Il est de nature extravertie et discute facilement en fait, il pourrait facilement avoir des amis. Il n’en éprouve pas le besoin, Savio lui suffit et puis, ce n’est pas si simple de faire confiance et de se confier à la première personne venue. Il revoie rarement quelqu’un avec qui il a bien accroché en sortant le soir, sauf si cette personne en éprouve réellement l’envie. Il n’est pas du genre à envoyer balader sans aucune raison. Il n’est pas contraignant à vrai dire. On l’a mainte fois accusé d’être indifférent mais c’est totalement faux, c’était les cas où à l’origine, il n’était pas intéressé.

On ne pourra pas reprocher à Egeado de ne pas être un homme passionné et amoureux. Quand il aime ce n’est pas à moitié. Il est souvent prêt à faire des tonnes de concessions pour celle qu’il aime, tout sauf changer son caractère. Et c’est souvent ce qui mène à la rupture, ça et les secrets inévitables autour de son travail. Le scientifique n’est pas du genre à s’envoyer en l’air avec la première venue. Non, il connait les sentiments, il connait l’amour et ne veut pas jouer avec. Il aime plaisanter et badiner avec les femmes et a déjà essuyé un nombre conséquent de refus, mais il s’en fiche maintenant, il s’amuse juste à essayer, si ça ne marche pas tant pis, mais s’il sent que ça peut devenir sérieux et qu’il sent que lui-même s’attache, il cesse ses attitudes de dragueurs des plages pour être plus posé, et plus entreprenant. Et il s’investit, peut être trop, dans une relation, c’est souvent lui qui en souffre le plus et lui qui se fait larguer. Il a eu plusieurs copines de durée assez longue comme deux ans, mais il faut croire que sur le plus long terme, ça ne marche pas. Ca fait déjà un moment qu’il n’en a plus eu de nouvelles mais ce n’est pas vraiment ce qui le préoccupe. Et ce n’est pas l’insistance de ses parents voulant de nouveaux petits enfants qui changera la donne.

Pour finir, on pourra dire que ce cher Egeado ne perd pas souvent son sang froid et préfère détourner les sujets fâcheux d’une pirouette ou d’une boutade. Mais il y a des points sensibles. Et les colères froides d’Egeado sont aussi rares qu’elles sont impressionnantes.

EXTÉRIEUR;
Des muscles ? Où ça des muscles ? Si on cherche ceux autrement que pour bouger et marcher, c’est le vide intersidéral alors c’est pour dire. Egeado ne fait pas de sport, il préfère son chez soi, son ordinateur, rester assis à son boulot. S’il devait courir, sur qu’il s’effondrerait au bout de deux minutes. Aucune endurance et aucune envie de faire l’effort d’en avoir. Il n’est pas flasque, juste plat et sans relief au niveau du torse. Egeado est grand mais pas tant que ça non plus, dans les 1m80. Sa peau est plutôt claire pour un italien, normal pour le peu de temps qu’il passe au soleil. Le scientifique a un physique ordinaire a vrai dire. Son style vestimentaire en plutôt classique même s’il affectionne les chemise, le bleu et le violet mauve sont ses couleurs préférées. Son style est décontracté et il est souvent en jean. Au boulot, c’est la blouse blanche de scientifique qui domine, trop souvent tâchée de café dans ses maladresses ou ses grands gestes. Sinon c’est le classique costume lors des réunions importantes ou des soirées. Costumes qui d’ailleurs lui rendent étrangement honneur et qui lui siéent à merveille.

Mais bon, ce n’est pas ça qui l’empêche de plaire. Car à côté d’un corps tout à fait quelconque, ses traits de visage sont très jolis et sa présence, son sourire et son charisme sont très appréciés de la gente féminine. On peut dire qu’il a les cheveux longs pour un garçon. Blond de surcroit et vaguement coiffés le matin vu qu’il est très souvent en retard car trop lent à sortir de son lit. Ses yeux sont marrons et il porte des lunettes pour travailler, lire et quand il est devant un ordinateur. Il a une boucle d’oreille à gauche, une folie de ses jeunes années qu’il n’a jamais laissé se reboucher. Au final ça lui plait bien ce petit côté cool. Il se rase souvent mais laisse pousser de temps à autre un peu sur le menton et la mâchoire. Ce qu’on apprécie c’est très généralement son sourire qui peut passer de bienveillant à moqueur ou juste rieur. Egeado a le don d’exaspérer par son attitude comme de faire rire. Ca dépend grandement du caractère de la personne en face, et aussi de son âge.

Egeado, dans ses attitudes, son physique et ses choix vestimentaires fait passer exactement le message qu’il veut. Quelqu’un de cool, en accord avec son caractère. Pas quelqu’un de discret mais pas non plus tape à l’œil et exubérant, ça, sa voix et son caractère se chargent de le prouver. Ce n’est guère dans son habitude de vouloir à tout prix apparaitre aux yeux des gens. Et pourtant le magnétisme et la sympathie qu’il inspire se chargent d’attirer à lui des personnes.


la vostra vita
HISTOIRE;
Egeado est né dans une riche famille à Rome. Ses parents n’étaient pas des nobles ou des aristocrates et Egeado les a vus batailler toute leur vie pour obtenir un grade équivalent qu’ils ne purent acquérir. De son côté ça ne le gênait guère et il n’eut jamais à manquer dans sa famille. Ses parents étaient présents et l’éduquèrent de façon à ce qu’il puisse évoluer dans le grand monde, pour qu’il ait toutes les clés en main. Il n’y eut jamais de tension entre ses parents et lui. En grandissant il finit par les trouver résolument vieux jeu et plus du tout dans l’air du temps mais les aimait quand même, eux qui l’avaient encouragé dans tous ses choix sans jamais lui en imposer, même si ce n’était pas le chemin qu’ils lui destinaient. Compréhensifs, aimants, intelligents, ce sont en partie eux qui lui donnèrent autant cette envie de savoir et de connaissance. Et avec les ressources dont la famille disposait, il était aisé au jeune Egeado de trouver tout ce qu’il voulait. De plus, il n’eut jamais à faire de tâches ménagères, la famille ayant des domestiques. Cependant, il ne fut jamais trop gâté et garda un caractère plutôt humble, malgré l’argent qui coulait à flot.

Mais si Egeado pouvait aimer et remercier en silence ses parents avec autant de ferveur, ce fut parce qu’avant lui, ils mirent au monde sa grande sœur Stella. Un prénom magnifique, elle qui illuminait ses journées, un prénom qu’il considéra une fois adulte comme maudit. Stella de quatre ans son ainée était une fille absolument parfaite du point de vue d’Egeado. Ouverte, extravertie, gentille, intelligente, jolie, marrante. Il l’admirait et cherchait à lui ressembler. De son côté Stella adorait son petit frère et enfants, ils pouvaient passer des heures à jouer ensembles, elle lui racontait des tonnes de choses, attisant de plus belle l’envie de son frère d’en savoir toujours plus. Il la suivit dans chacun de ses choix, suivant pas à pas la scolarité de sa sœur, lui si frustré de la voir si loin. Quatre ans c’était beaucoup et il ne parvenait pas à la rattraper. Stella était aussi bien scientifique que littéraire, mais son intérêt se porta sur le premier, physique et chimie comme sciences de la vie et de la terre. Connaitre l’origine du monde, rien que ça.

Et plus les années passaient, plus Egeado sentait sa grande sœur adorée devenir inaccessible. Elle se mit à sortir, à avoir des copains, à changer, à grandir. Elle aimait toujours autant son petit frère, mais ne pouvait plus passer le même temps avec lui que quand ils étaient petits. Le fossé de quatre ans se révéla énorme pour Egeado qui eut l’impression de perdre sa sœur, la personne qu’il estimait le plus dans ce monde. Alors il travaillait encore plus d’arrache pied pour ne pas être à la traine, pour avoir des discussions de son niveau avec elle. Chose qui impressionnait particulièrement Stella, et qui faisait le bonheur d’Egeado. Ca lui permettait de rester encore un peu avec elle. Mais les envies de sa grande sœur devinrent de plus en plus grandes et affolantes. Rome était trop petite, elle en avait fait le tour, elle rêvait de voir ailleurs. Et en attendant, elle sortait de plus belle, étudiait les galaxies en passant par la génétique, délaissant quelque peu les livres que son frère aimaient tant.

Elle obtenu son bac avec les félicitations du jury quand son frère passait haut la main en seconde, faisant la fierté de leur parents, si heureux de voir des enfants aussi doués. Stella entra sans difficulté en école d’ingénieur et Egeado se spécialisa déjà dans les matières scientifiques. Grâce à ses apprentissages en autodidacte, il survola sans aucun problème le programme. Mais cela ne l’empêcha pas de dévorer des tonnes de livres, encouragé par ses parents, il pratiqua en plus de l’italien et de l’anglais, le français, une langue que la famille considérait comme raffinée et seyant au monde noble.
A cette époque, Egeado lui ne sortait guère et ne discutait gère avec ses camarades. Il faisait peur par ses notes et son savoir et n’était pas particulièrement avenant. Quelques filles intéressées par le genre avaient bien essayé mais il n’avait juste pas compris leurs intentions, les blessant par inadvertance. La seule fille dans sa vie était sa grande sœur. Chose qui au départ mignonne commença à poser problème et ses parents commencèrent à lui faire remarquer, ainsi que des amis de sa sœur et même des gens de son âge. Et il avait beau faire la sourde oreille, les reproches, voilés ou non, le faisaient souffrir. Il ne voulait pas être une copie de sa sœur, il n’était pas amoureux d’elle non. Il était juste fasciné par son caractère, sa présence et tout le reste. Cependant il commença à se remettre en question sur sa personnalité propre. Oui il aimait la science c’était indéniable, mais était-ce vrai ou jusque un artefact qu’il avait créé à partir des goûts de sa sœur ? Ce questionnement lui fit encore plus mal que les remarques de son entourage. Et malgré les mots de réconfort de Stella, il se sentit perdu et vide. Il ne voulait pas vivre à travers elle, il voulait juste qu’elle reste importante, mais ne voulait pas sacrifier sa propre vie. Egeado commença à avoir les choses autrement.

Et dès lors tout s’accéléra, notamment lors de son entrée en première pour la simple et bonne raison que Stella parti de Rome. Son école ne lui plaisait pas, elle disait ne rien apprendre et s’ennuyer, plus rien n’avait d’attrait ici. Elle devait partir. L’argent n’était pas un problème et elle décida de partir pour Milan, cette ville qui n’avait cessé de croitre ces dernières années et qui bénéficiait d’un enseignement de pointe sur les nouvelles technologies et les sciences. C’était décidé, elle ne voulait pas rester un jour de plus. Elle fit ses bagages et bientôt la maison fut vide de cette présence si indispensable à Egeado. Ce fut une rude épreuve qu’Egeado traversa durant sa quinzième année. Elle, sa grande sœur, était partie comme ça, du haut de ses dix neuf ans pour Milan. Ses parents s’inquiétèrent des répercussions sur Egeado et ainsi pour ne pas les affoler, il décida de faire face. Sa sœur n’était pas morte, elle était juste un peu plus loin. Il lui envoya des emails réguliers dès qu’elle fut installée et cette correspondance bien qu’intermittente, fut ce qui sauva Egeado de la noyade du manque. N’ayant plus ce modèle à suivre, celui qu’il avait suivit des années durant, il fut dans l’obligation de se mettre à vivre par lui-même.

Et Egeado sortit de ses cahiers pour entrer dans des soirées, il se mit à rire, à sourire, à se faire des amis de façade, pour rencontrer d’autres gens. Il s’intéressa aux filles, chose qui était plus ou moins réciproque et connu ses premiers émois, ses premières copines, ses premières désillusions. Mais chaque expérience enrichissait le caractère d’Egeado lui si effacé et si timide. Il se prit au jeu et devint rapidement un bout en train, cassant avec son image d’intello coincé. Il commença à se laisser pousser les cheveux, à s’habiller de façon plus décontracté et se fit même percer l’oreille gauche. Il plaisantait, taquinait et se fit bien vite accepter. A l’instar de sa sœur, cela ne l’empêcha pas de continuer à étudier assidument et il dut reconnaitre que si sa sœur avait été probablement l’élément déclencheur de sa passion, la science demeurait un domaine qui le fascinait au plus haut point. Il s’intéressa à l’informatique et à la recherche ainsi qu’à l’information. Domaines différents de ceux de Stella.

Mais malgré tous ses efforts et sa flagrante volonté de changer, Stella lui manquait et les mails avaient de plus en plus de mal à le satisfaire, ainsi que les coups de téléphone. Plus d’une fois il voulu monter la voir à Milan mais celle-ci insistait pour qu’il termine le lycée avant. Et il n’arrivait pas à obtenir plus de raisons. Ce qui ne fit qu’augmenter son inquiétude et son envie de la revoir au plus vite.
Les deux ans finirent par arriver à leur terme, il termina avec une mention très bien, déçu de ne pas être arrivé au niveau de sa sœur il s’en accommoda car le temps était venu. Cela faisait deux ans qu’il rabattait les oreilles de ses parents avec son projet d’aller à Milan une fois le lycée fini. Il se trouverait un job, une école, n’importe quoi là bas. Un mail disant qu’il arrivait et il était presque déjà devant le portail de l’adresse qu’elle avait donné. Et Egeado en resta bouche bée. Il aurait pu s’attendre à tout sauf à ça. Il était devant un véritable palace, même la maison familiale, déjà conséquente n’était pas à ce niveau. Quand au nom des habitants, il était celui des Vitaly, et non Iannone, comme le nom de Stella. Le petit frère hésita une bonne dizaine de minutes avant de sonner et de demander Stella en se présentant. On lui certifia qu’il était bien au bon endroit et bientôt la porte s’ouvrit laissant apparaitre une Stella de vingt deux ans rayonnante qui lui sauta dans les bras, si ravie de revoir son petit frère adoré.

Egeado avait des centaines de questions lui brûlant les lèvres mais il se retint profitant de cette étreinte qui lui avait tant manqué. Sa sœur était là, toujours la même, souriant avec autant de malice que la dernière fois qu’il l’avait vu. Mais dès qu’il entra cela fut un choc et il comprit que non, sa sœur n’était plus du tout celle qu’il avait quitté, elle avait au contraire changé plus qu’il ne l’aurait cru possible. Car dans l’encadrement de la porte se tenait un homme avec un bébé d’environ un an dans les bras. Et Stella fit les présentations alors que le cœur de son frère se brisait.
Elle avait rencontré Luciano le mois de son arrivée sur Milan. Il était policier mais sa famille était très aisée, un peu moins que les Iannone mais largement de quoi apparaitre en bourgeoisie. Elle lui épargna les détails mais il comprit qu’ils se plurent rapidement. Trop rapidement aux yeux d’Egeado qui sentait un goût de bile remonter dans sa bouche. Il apprit que ses parents avaient financé le mariage et la maison sans que lui n’en sache rien. Stella se justifia qu’elle ne voulait pas le déranger avec ces choses et qu’il était mieux qu’elle se concentre sur ses études. Elle savait très bien le pouvoir que ses décisions avaient sur celles d’Egeado et elle ne voulait pas tout gâcher. Et elle était tombée enceinte. Trop rapidement. Et elle voulu le garder. Evidemment, Stella aurait été incapable du contraire. Et ainsi il se retrouvait oncle d’un petit Andrea Vitaly d’un an. Ce fut trop pour lui et déclinant l’invitation à rester il s’enfuit sans demander son reste. Il prit une chambre dans un hôtel avant d’être prit de nausées et de tremblements. Il se sentit terriblement mal et floué par sa famille qui ne lui avait rien dit. Il avait été mit à l’écart pour les études comme seul prétexte. Et sa sœur, sa Stella lui avait échappé. Cet homme le lui avait prit sans rien connaitre d’elle, sur des critères purement physiques, et maintenant il était oncle !

Les révélations le laissèrent alité une bonne semaine et il ne put répondre aux multiples appels que sa sœur lui passa. Il réfléchi beaucoup, essaya de faire la part des choses. Il essaya tant bien que mal mais la pensée que sa sœur si libre et franche était désormais enchaîné à un homme et un enfant ne put que le rendre plus malade. Sa Stella ne lui reviendrait pas et il ne parvenait pas à se faire à cette idée. Il se décida à prendre son courage à deux mains pour retourner les voir, s’excuser de son comportement, se présenter en bonne et due forme. Stella s’excusa aussi et lui dit qu’il resterait toujours ce petit frère qu’elle aimait tant. Qu’ils pourraient continuer à avoir des discussions comme avant, que rien ne changerait entre eux. Mais Egeado savait que tout avait au contraire déjà changé et malgré son amour pour Stella, il n’arrivait pas à pardonner.
Elle lui proposa un job où Luciano pouvait le présenter. Ce qu’il avait déjà pour elle, qui travaillait à présent dans la recherche à en devenir ivre. Stella n’avait arrêté de vanter les capacités informatiques d’Egeado et un poste dans la police étant libre il l’intégra. Aussi bien pour y travailler que pour être près de sa sœur.
Il put ainsi garder un œil sur elle mais en s’éloignant aussi petit à petit. Il se trouva un appartement un centre ville et commença à vivre sa vie et recommencer à sortir, à se trouver d’autres amis de façade. Comme il avait su si bien le faire à Rome. En parallèle, son travail le passionnait et même si ça lui avait écorché la bouche, il avait remercié Luciano de le lui avoir trouvé. Malgré tous ses efforts il ne put jamais arriver à l’encadrer. Il le traitait de bellâtre, d’homme sans cervelle juste bon à user de ses muscles en tant que policier. Il ne parvenait pas à comprendre comment il avait pu attirer l’attention de sa sœur.

Et alors les années passèrent. Le frère et la sœur évoluèrent dans leurs travails respectifs mais un étrange fossé commença à se creuser entre eux. Tous deux en étaient conscients, mais étaient incapable d’en parler et de dissiper le malaise. Egeado continua de plus belle sur sa lancée mais sans jamais en faire trop. Il ne fut jamais un gros buveur, et après sa première cuite, il jura qu’il ne boirait plus jamais de Gin. Il sorti avec sa première copine de longue durée. Et dans ans après il découvrit une nouvelle blessure, celle du chagrin d’amour. Il ne comprit pas ce qu’il avait fait ou ne pas fait, il ne comprit pas qu’elle ne l’aimait plus. Il ne comprit pas et ça lui fit mal. Et pourtant il s’efforça de rester souriant, blagueur, un peu charmeur aussi. A son âge, ça passait encore largement. Il se forçait à prendre sur lui pour éviter les déprimes. Et puis une suite d’évènements qu’il ne sut que bien plus tard grippa encore plus la relation avec Stella.

Luciano intégra le GDP à vingt huit ans après de multiples preuves dans son travail. Il continua avec de plus en plus d’ardeur flatté de cette reconnaissance qu’on lui accordait. Un an après, Stella fut prié de faire de même, elle avait vingt sept ans, Egeado en avait vingt trois. On ne sut jamais si Luciano avait appuyé ou non cette affectation, il jura jusqu’à la fin qu’il n’en était pas responsable. Mais les talents de Stella n’étaient en tout cas pas passés inaperçus. Elle était brillante, fine et douée. Et devant elle s’offrait un nouvel univers fantastique à étudier. Des pactisants et des poussières d’étoiles portant le même nom qu’elle. Elle était ravie et s’empressa de commencer les recherches et les études. Deux ans plus tard, après une longue réflexion, sa soif de connaissance l’avait poussé au point de non retour et malgré les suppliques de son mari elle fut intraitable sur sa décision et devint un cobaye, une pactisante qui avait fait un vœu en toute connaissance de cause. Et Lea apparut. Un nouveau lien se tissa et les deux jeunes femmes devinrent inséparables. Et Egeado ne parvint pas un instant à lui faire dire une seule chose sur cette nouvelle venue à la dégaine étrange qui ne quittait quasiment jamais sa sœur. La blessure dans son cœur ne faisait que s’agrandir. Il était partagé entre cet amour de toujours pour Stella et cette incompréhension et colère qui grondaient en lui. Andrea avait six ans et ses parents étaient déjà aux abonnés absents, trop occupés par le travail, les responsabilités et Egeado ne pouvait s’empêcher d’éprouver de la pitié pour un petit garçon laissé à lui-même.

Et alors que ses recherches et ses expériences en informatiques commencèrent à porter leurs fruits, ce fut à son tour de rejoindre le Groupe de Destruction de Pactisants. Il avait vingt six ans et l’organisme manquait de chercheurs qui pouvaient également assurer la surveillance informatique et des informations. Et Egeado prit ce rôle par obligation tout en comprenant enfin toute l’histoire de ces dernières années. Et ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase et le clash arriva. Sa sœur et lui eurent une violente dispute. Egeado lui jeta à la figure tous les reproches qu’il avait gardé en lui, son inconscience, son mari, son fils, maintenant laissé à l’abandon, Lea, sa folie. « Tu n’as pas changé Stella, tu es devenu quelqu’un d’autre ». Mais sa grande sœur lui rétorqua que lui aussi avait bien changé, qu’il n’était plus le petit frère dont elle se souvenait. Et qu’elle aussi avait eu peur de le perdre maintenant qu’il était grand, qu’il n’avait plus besoin d’elle, qu’il avait des amis, une copine, un boulot. Et elle était soulagée de pouvoir travailler encore avec lui parce qu’elle l’aimait, son Egeado. Énormément, autant que lui. Ce lien fraternel était bien trop solide mais le mal était fait. Ils recommencèrent à se parler de nouveau, mais avec moins de spontanéité qu’avant. De son côté Stella essaya tant bien que mal d’élever son fils, mais avec Lea ce n’était pas facile et son pouvoir était loin d’aider, lire dans les pensées, tu parles d’une révolution. Même Egeado ne voulait plus rester dans les parages quand les deux étaient ensemble. Ce qui était bien trop souvent. Luciano de son côté était également sollicité sur le terrain. Les pactisants devenant de plus en plus nombreux, tout le GDP était en effervescence.

Les années défilèrent de nouveau, rythmé par le GDP. Le caractère d’Egeado devint de plus en proche de celui qu’il a actuellement. Badin, moqueur, se faisant quelque peu mépriser par ses collègues à cause de ses blagues vaseuses et de sa débilité chronique à son âge. Mais il s’en fichait comme de sa première chemise. Il ne comptait pas rester froid et distant et comptait bien mettre de l’animation. Il n’avait jamais eu bonne réputation alors il se fichait bien de la foutre en l’air encore un peu plus.
De son côté Stella devenait de plus en plus renfermée sur elle-même, surtout entre ses trente quatre et trente six ans. Elle ne communiquait plus trop et ne faisait plus d’effort, restant à parler avec sa stella des heures. Elle commença à s’énerver, elle qui était toujours souriante et calme. Elle devenait nerveuse, ne voulait plus vraiment sortir de la maison. Luciano comme Egeado s’en inquiétèrent mais ne parvinrent pas à la rassurer malgré leurs efforts. Le lien entre pactisant et étoile était en train de consumer sa grande sœur et Egeado devait la regarder impuissant sombrer. Il mena des recherches, essaya des tonnes de choses mais rien n’y fit et Stella commença à plonger dans un mutisme avec le monde extérieur et se mettait à chuchoter des bribes de phrases, qu’elle avait dû entendre dans la tête des gens. Egeado en devenait fou, il aurait voulu tuer Lea pour qu’enfin elle laisse tranquille sa sœur, mais ça aurait été fatal pour celle-ci aussi. Il ne pouvait rien faire, rien.

Et le GDP devint à son tour parano de cette cobaye. Ils perdaient le contrôle et elle savait bien trop de choses pour qu’on puisse la laisser en vie. Et sans la moindre once de délicatesse, au vu de ses excellents états de service, ce fut Luciano qui fut mandaté. Et c’est bien connu qu’on ne peut désobéir à un ordre direct de sa hiérarchie. Luciano tua sa femme avant de mettre fin à ses jours causant de ce fait une perte immense pour un beau frère et un fils. L’enchainement des évènements, Egeado l’apprit par une lettre que Luciano avait laissé à son intention. Elle y contenait aussi une partie écrite par Stella, alors qu’elle se sentait déjà sombrer dans les méandres de Lea. Il devenait le tuteur officiel d’Andrea et reprenait de ce fait les rênes de la famille Vitaly. Gérer la fortune, et le nom, l’obligeant donc à apparaitre dans les soirées mondaines. Ce que ses parents avaient en somme toujours rêvé. Sauf qu’à trente deux ans il ne se sentait pas capable d’une telle chose et porter le deuil de sa sœur dura longtemps, fut très lourd. Et quelque chose fut cassé. Il ne savait pas quoi, il était encore capable de se comporter comme d’habitude mais il savait qu’au fond de lui, ce lien si fort avec cette personne si importante était cassé et ça avait endommagé autre chose. Stella s’excusait dans ses lettres, répétait qu’il était le meilleur petit frère du monde et qu’elle l’aimait, elle s’excusait encore, à lui et à son fils. Et tout un tas de truc sans importance. Ce qu’Egeado voulu cataloguer comme sans importance alors qu’il lisait et relisait cette lettre les yeux brouillés de larmes.

Mais malgré tout il était adulte et pas Andrea alors il devait prendre ses responsabilités en tant qu’oncle et tuteur, lui qui ne s’était jamais occupé d’un enfant, il fut face à des yeux secs à l’enterrement et d’un dédain sans borne. Voila ce qu’il était devenu à être délaissé par ses parents. Un gosse pourri gâté méprisant. Mais malgré ça il avait des traits fins, comme Stella, les mêmes yeux, les mêmes cheveux. Et il était ce qu’il restait d’elle. Alors il allait devoir faire un effort malgré le caractère tout bonnement impossible de ce neveu acerbe. Sauf que niveau acidité, Egeado avait fait ses classes également et le palace Vitaly devint un champ de bataille de répliques entre oncle et neveu de plus en plus âpres. Mais la différence était qu’Egeado s’amusait bien, et qu’il en profitait plus le jauger, essayer de le comprendre l’analyser. Et ça lui permettait de tisser un lien avec ce gamin, même si c’était en négatif, ils étaient proches. Et plus d’une fois Egeado eut envie de le serrer dans ses bras. Mais c’était inconcevable, Andrea était bien trop immature et il aurait perdu la crédibilité qu’il avait eu tant de mal à se forger. Il se força à ne pas avoir l’occasion de ressasser les mauvais souvenirs en sermonnant son neveu pour qu’il change d’attitude. Mais la majorité d’Andrea arriva, et il fallut faire quelque chose pour cette tête de pioche. Il l’envoya ainsi au cœur de Milan pour qu’il fasse la rencontre du monde réel. Sa partie rationnelle savait que c’était la meilleure chose à faire, mais sa partie émotionnelle était terrifiée à l’idée qu’il lui arrive quelque chose et de se retrouver tout seul dans ce palace si grand malgré les domestiques.

En parallèle, il se débrouilla pour se faire affecter en tant que technicien, cherchant juste des informations utiles pour les recherches en labo ou sur le terrain, mais il était incapable de travailler de nouveau comme scientifique. C’était au dessus de ses forces. Il fit la connaissance de Savio qu’il considéra à première vue comme les autres, un ami de façade. Mais il avait eu vent de l’affaire et Savio bien qu’ayant la langue au moins aussi aiguisée qu’Egeado ne fit pas de remarque, au contraire, il l’invita souvent à prendre un café ou déjeuner ensemble. Egeado se laissa porter bien que totalement à l’ouest au début, il finit par comprendre que Savio ne cherchait pas la guerre ou la moquerie malgré ses remarques, il voulait juste être un ami. Chose qu’Egeado accepta avec plaisir dans son état. Il mit plusieurs années avant de réussir à lui parler de Stella mais ce fut là qu’il comprit à quel point Savio pouvait être important pour lui et pour sa santé mentale. Grâce à ses petits gestes et leurs échanges quotidiens, il avait rendu le deuil moins difficile. Savio était peut être un des premiers vrais amis d’Egeado. Ca veut dire qu’ils peuvent tout se dire et même s’en foutre plein la tronche au boulot ou en dehors, mais ils savent qu’ils peuvent compter l’un sur l’autre. Et Egeado ne pourra jamais lui dire à quel point il lui en est reconnaissant, lui qui se sait si singulier.

Trois ans ont passés depuis la mort de Stella mais il en fait encore des cauchemars la nuit et son absence est réellement pesante. Mais il essaie de faire avec de bosser pour oublier, de trainer avec Savio, d’embêter son neveu à l’occasion, ces petites choses anodines mais qui sont devenues d’une grande importance pour éviter de trop cogiter sur ce qui aurait pu être, ce qui aurait pu se passer.


Importante ?
GROUPE; Scientifique.
GRADE; Anciennement scientifique à l’Impiato mais après les évènements avec sa sœur s’est retrouvé Technicien ce qui lui va très bien.
ARME ; Officiellement il n’a pas besoin d’arme, mais sur le principe d’on ne sait jamais, il possède un automatique. Quand à être capable de l’utiliser, c’est une autre histoire.
DATE D'ENTRÉE AU GDP;2018, a 26 ans.
RAISON; Parce qu’on lui a demandé.


voi

Prénom ou pseudo habituel; Loli pour les intimes
Avatar; Je sais pas XD Faut demander à Elio <3 France, Axis Powers: Hetalia
Avez-vous lu le règlement ? Code Validé par Leo (le so sexx) même si ça reste à prouver parce que je mets trois plombes à en manger un car j’enlève chaque grain pas bon à l’intérieur. (Et faut pas oublier que le peau est aussi un obstacle au gout /sort/)
Comment avez-vous connu le forum ? C’est la mode des TC que voulez vous, en particulier la faute à AURELIO ELINOR DELIA ! Et voilà à cause de toi, je fais encore un perso…
Un mot à dire ?Enfin cette fiche est finie ! A moi le rp et Delia ! Désolée pour l’histoire sinon j’ai essayé de pas trop en faire mais j’avais tellement à dire… J’ai vraiment essayé de synthétiser…
Sinon ça serait sympa de changer mon pseudo en Egeado A. Iannone je croyais qu'en entier ça passait mais ça fait vraiment long.



Dernière édition par Egeado Alessandro Iannone le Mar 14 Juin - 9:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Delia Fabriosa

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 128
AGE : 27

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 1:29

Juste envie d'être la première à poster.

/racontage de life ON/
Je me suis levée sans réveil à 6h sans comprendre pourquoi et je m'en suis aperçue quand j'ouvrais UA et en voyant ton post. Ballot. Du coup je me suis dit : allez, pour me donner du courage je commence juste à lire, je savoure un petit peu avant d'aller me recoucher une demi-heure (pas folle la guèpe)
/racontage de life OFF/

Du coup j'ai lu le caractère et le physique : J'adore. T'as repris tout ce dont on avait parlé, je le retrouve trop. De toute façon j'ai tellement l'impression de déjà le connaitre ... J'aime !
(Et le vava je sais pas d'où il vient, et les TC c'est le bien donc voilà :D)

Du coup je lirai l'histoire ce midi je pense et je relirai le tout ce soir pour bien le savourer et en profiter. Donc je redonnerai mon avis sur le passage le plus important plus tard mais voilà, à cause de mon réveil à une heure hallucinante, j'aime.
: love :
Merci d'avoir veillé toute la nuit pour moi et j'espère que ta grasse mat' aura été bonne !

PS/ Savio, good job. Je valide :D

_________________________________________________

> Les enfants commencent par aimer leurs parents ; devenus grands, ils les jugent ; quelquefois, ils leur pardonnent.
[Oscar Wilde]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Leo Accettura

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 733
AGE : 26

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 5:14

Youhou, code validé par moi /émotion/

Pour le nom, faudra demander à notre bon thon de vouloir le faire o/ Et pour l'avatar, c'est France, dans Axis Powers: Hetalia (si si )

Sinon, pour la fiche, j'aime beaucoup Egeado, même si son prénom est difficile à écrire. Il ressemble un peu à Leo. Ca serait drôle de faire un rp avec lui, même si y a Alexis avant : evil :

Tout a l'air de coller. J'ai réussi à voir quelques petites fautes inattention, mais rien de récurent. Profite bien de ta nuit alors, parce que travailler sous le joug de Delia, ça doit faire peur : smile :

_________________________________________________

J'SUIS VERT MWHAHAHAHAHAHA.
Aya Murazaki [Sky] : M'enfin, d'façon,
Léo, il fait toujours ce qu'il veut avec Aya xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Delia Fabriosa

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 128
AGE : 27

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 7:01

J'ai luuuuu. Entre mes deux partiels, une heure de pause, j'en profite (normal) pour venir dévorer le reste de ta fiche. Vu comment je te l'ai réclamée et au vu de l'effort surhumain de l'écrire en une soirée, ça parait logique :D

Leo H. Accettura [Ray] a écrit:

Profite bien de ta nuit alors, parce que travailler sous le joug de Delia, ça doit faire peur : smile :
Mais trop pas. Enfin sous Delia, peut-être. Mais la joueuse fait moins peur que son personnage :D

J'adore l'histoire, y'a pas à tortiller. Vu l'heure à laquelle tu l'as écrite y'a pas mal de fautes d'ortho ou d'oubli de mots mais une relecture et tu rendras le tout parfait <3
J'aime tellement Egeado. Et Savio. Trop hâte de le faire évoluer : cheer : Vivement nos 12 topics de prévus XD
On est des le-fos, je te dis ...

_________________________________________________

> Les enfants commencent par aimer leurs parents ; devenus grands, ils les jugent ; quelquefois, ils leur pardonnent.
[Oscar Wilde]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Egeado A. Iannone

Membre- GDP
 Membre- GDP


MESSAGES : 129
AGE : 42
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Pousser les gens à bout
HUMEUR : Zen

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 7:03

Merci Léoooo : heart :
France t'es sérieux ? C'est la première fois que je le vois dans un fanart comme ça XD Ba de toute façon France est un de mes préférés : blush :

T'inquiète on s'y fait vite à l'écriture :) Ouais hein ! Alexis d'abord * Ébouriffe les cheveux* Genre énorme, d'un coup Egeado il rencontre que des gens du réseau qui sont sensés être l'Ennemi avec un grand e, c'est la fête XD
Pour les fautes je te crois sur parole vu l'heure à laquelle j'ai finis, il faudrait que je relise attentivement dans la journée pour corriger ça.

Deliaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Merci d'avoir commencé à lire ce matin : heart : J'espère que tes partiels ça va ! Au début j'ai trop buté sur le caractère en mode "Tain mais comment je vais tourner et expliquer ça pour que ça colle avec ce dont on a discuté ?"
J'ai pas assez dormi et j'ai beau écarquiller les yeux, je vois flou XD (Savio je t'aime aussiii : heart : ) J'espère que tu aimeras la suite !

Edit : Et tu viens de poster la seconde réponse XD Alors je réitère, ouais il faut que je relise je sais que des fois on doit rien piger XD Les topics, ça va trop déboîter je te le dis XD Merci beaucoup <3 Pour le mal que je me suis donné ça valait le coup !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Delia Fabriosa

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 128
AGE : 27

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 7:08

Tu sais bien que j'arriverai à te comprendre même si t'écrivais un mot sur trois. Faut pas déconner Egeado c'est mon bébé aussi tellement je le connais et tellement je t'ai poussé à sa conception. XD

Premier partiel : Rogers, j'ai géré. A voir cet aprém mais en fait le plus relou c'est que sur les 3h j'ai plus d'une heure où je m'emmerde. J'ai pensé à Egeado toute la matinée *.* Au taquet du rp, j'ai les doigts qui me démangent !
Et t'inquiète le caractère rend hyper bien je l'ai tout à fait retrouvé <3 Et contente d'avoir enfin pu lire son histoire. Et "lol" le physique :p

J'avoue, je vais te consacrer un autel. J'ai créé tous mes persos & leur fiche en un jour à peu près donc je compatis et je comprends.
Sieste cet aprém pour toi, tu l'as bien mérité :D

_________________________________________________

> Les enfants commencent par aimer leurs parents ; devenus grands, ils les jugent ; quelquefois, ils leur pardonnent.
[Oscar Wilde]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Egeado A. Iannone

Membre- GDP
 Membre- GDP


MESSAGES : 129
AGE : 42
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Pousser les gens à bout
HUMEUR : Zen

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 9:48

Relu et corrigé pas mal de truc, je pense qu'il reste des fautes mais j'ai du enlever le plus gros :)

Courage pour cet aprèm ! Ahaha le physique XD

On va faire un autel à nos persos et à tu-sais-qui XD Sérieux c'est crevant de faire ça, je ferais pas la même chose toutes les semaines XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Cassidi Natale [Othello]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 144
AGE : 27

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 13:17

COPYRIGHT! COPYRIGHT! : heart :: heart :
(Et, malgré tout, ce matin, j'ai eu une attaque en voyant le prénom traîner sur le forum ... Pis Leo-mytho, c'est pas si dur que ça à écrire, je t'assure. : smile :)
Et moi j'avais pas reconnu France parce que j'y connais rien 8D. Tout ça pour dire que je vais pas encore te souhaiter la bienvenue, ça paraîtrait un peu crétin.

Juste: "les moments de crises d’angoisses qui le prennent à la gorge et à la poitrine" C'est très relevant anatomiquement parlant ça. Mais j'ajouterai rien, je suis un enfant, je dois protéger ma sensibilité d'enfant.
Pis ça va sembler con, mais j'ai l'impression de voir un peu un double de Barthélémy de Oh boy! dans tes descriptions d'Egeado, dans l'histoire ... Genre quand il devient tuteur ; là j'ai Murail en filigrane dans la tête haha!

Pseudo changé. Au passage, utiliser l'adresse de sa petite soeur pour se faire un TC sur un forum, c'est moche 8D.

Et ... validée, sans problème aucun! J'ai beaucoup aimé ta fiche, et pas uniquement à cause du copyright. Le perso est intéressant, ça va donner lieu à des jolis rp's même si je crains un peu pour la relation Egeado/Delia, et j'ai adoré le rythme narratif dans l'histoire. Bon rp, bonne fiche de relations, et tout le tralala ♪

Edit: Ah si, tiens: bienvenue au GDP, que même!
Edit de Leo: Si c'est compliqué à écrire quand tu viens tout juste de te réveiller : cry :

_________________________________________________



Dernière édition par Cassidi Natale [Othello] le Mar 14 Juin - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://n-a-y-a.deviantart.com/
avatar

Delia Fabriosa

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 128
AGE : 27

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 13:19

D'où tu crains pour notre relation ?
ça va être un apothéose. Un truc génial, jouissif, bavant ! Et ça commence maintenant XD

_________________________________________________

> Les enfants commencent par aimer leurs parents ; devenus grands, ils les jugent ; quelquefois, ils leur pardonnent.
[Oscar Wilde]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Cassidi Natale [Othello]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 144
AGE : 27

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 13:20

Oh, je sais pas, j'attends des étincelles ; et pas qu'au sens positif du terme. Genre:

« Tiens, t'es du Réseau?
—Tiens, t'es du GDP?
—... 8D
—... 8D »

_________________________________________________



Dernière édition par Cassidi Natale [Othello] le Mar 14 Juin - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://n-a-y-a.deviantart.com/
avatar

Egeado A. Iannone

Membre- GDP
 Membre- GDP


MESSAGES : 129
AGE : 42
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Pousser les gens à bout
HUMEUR : Zen

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mar 14 Juin - 13:24

T'es crétine de toute façon !

Tain j'avais pas DU TOUT pensé à Barth ! Mais maintenant que tu le dis, c'est hypersex.

Et chut ! J'allais pas créer encore une adresse différente !

Mais sinon si tu savais comme ça me fait plaisir ce que tu me dis sur le rythme narratif de l'histoire, c'était ça que je redoutais le plus, j'ai l'impression qu'à trop faire de rp, je ne sais pas raconter quelque chose d'autre >.<

Merci pour le bienvenue au GDP XD Je te réserve un futur rp avec Vito, tu le cales dans un coin de ton agenda quand on aura du temps mais je t'oblige !

Et Ahahahaha pour le dialogue je kiffe XD A un moment ça va être presque ça XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Milo Vasco

Admin-human
Admin-human


MESSAGES : 861
AGE : 26
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Râler.
HUMEUR : Je suis MECHANT.

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mer 15 Juin - 12:24

Moi je reviens de 6h de route donc j'ai qu'une chose à dire: Comme surnom, je proposé Gégé. Je sais d'ors et déjà qu'il sera adopté à l'unanimité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Egeado A. Iannone

Membre- GDP
 Membre- GDP


MESSAGES : 129
AGE : 42
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Pousser les gens à bout
HUMEUR : Zen

MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   Mer 15 Juin - 12:28

*Etouffe dans un oreiller*

CHUT !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Egeado A. Iannone   

Revenir en haut Aller en bas
 

Egeado A. Iannone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Prima Storia.

 :: Ce que nous devons savoir :: Siete accettati. :: GDP
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com