Partagez | 
 

 Samuel K. Vasquez - You know it's never too late

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 1:54

La vostra identità

NOM; Vasquez
PRÉNOM; Samuel Kamil
SURNOM; Sam, Sami, Vasquez
SEXE; Masculin
DATE DE NAISSANCE; 13 juin 2002 – 25 ans
LIEU DE NAISSANCE; Madrid - Espagne
SITUATION SOCIALE; Célibataire
MÉTIER; Sportif – Joueur de foot
NATIONALITÉ; Espagnole


La vostra persona

INTÉRIEUR;
« … Non, mais franchement, des types canons comme ça, on ne les laisse pas filer ! Mais vous savez ce qui est mieux qu’un sportif ? Un sportif qui a un cerveau. Ouais, je vous le jure, ça existe ! »

Il ne faut pas se méprendre sur une chose. Ce n’est pas parce qu’on a un corps bien sculpté et qu’on passe sa vie à taper dans un ballon que ça veut dire qu’on a un petit pois au lieu d’un cerveau, ou bien la capacité émotionnelle d’un fromage. Ça non. Enfin, il y en a, évidemment, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Sam fait partie de cette catégorie, de ceux qui possèdent un bien bon cerveau heureusement. Même s’il passait son temps à s’entraîner pour les championnats de foot et à s’entraîner pour être à la hauteur, il a également passé des heures, des jours entiers à bosser pour ses études. C’est un jeune homme qui était – et qui est toujours – plutôt studieux, très curieux. Il aime en apprendre davantage sur les choses, sur le monde. La curiosité est un vilain défaut ? Sans doute, mais pas si on s’en sert avec modération. Il n’est pas du genre à harceler les gens pour obtenir une information, il prendra ce que vous voudrez bien lui donner. Bonne culture, bien élevé, c’est un peu un enfant modèle.

De première vue, Samuel est un jeune homme sympathique. Et bien vous avez raison, c’est tout à fait le cas. Un a-m-o-u-r, diraient ses ami(e)s (les filles, naturellement). Cette facette de lui le présente sous un jour des plus agréables, aussi gentil et serviable qu’un vendeur, il vous envoûtera avec son sourire et ses paroles plaisantes sans la moindre difficulté. Et ce n’est pas de l’arnaque ! C’est par pure gentillesse. Il sera à votre écoute en tout temps, prêt à vous aidez à n'importe quelle heure de la nuit ou de la journée, une vraie épaule sur qui on peut compter. Un cœur d’ange ? Ouaip. D’ailleurs, les gens de bons cœurs comme celui-là sont plutôt rares. Toujours souriant, un air agréable sur le visage, il est impossible de le détester en le regardant du premier coup d’œil. M’enfin, sauf si vous n’aimez pas le genre de personnes souriantes et gentilles, effectivement cela risque de poser problèmes. N’ayant pas du tout du mal à se faire des ami(e), Sam est plus considéré comme un aimant ; les gens sont attirés vers lui, pas pour son physique spécialement, mais parce qu’il dégage un grand charisme charmant, poli, calme. Une sorte de magnétisme autour de lui, une aura. Un gars cool, populaire qui aime plaisanter à tout moment. Il aime l’action, il aime bouger, si vous cherchez un bon compagnon de route ou bien quelqu’un pour faire la fête sans perdre la tête, c’est la bonne porte. Très sociale, le joueur de foot. Un caractère léger ? Tout à fait, ce n’est pas du tout le genre de gars qui se prend la tête pour un rien, préférant laisser les choses aller d’elles-mêmes.

Décontracté, il semble être un garçon plutôt calme, voire même timide. C’est un peu le cas. Sam est en fait le genre de gars quelque peu réservé vers qui on doit faire les premiers pas, sinon il restera là à vous observer avec un petit sourire en coin. Mystérieux ? Peut-être, surtout amical. Pas nécessairement timide, même si de temps en temps il pourra rougir pour un rien, dépendamment du caractère de la personne devant lui ou de la situation. C’est également un jeune homme attentionné, qui n’a pas peur de se salir les mains pour aider les autres. Il aime faire plaisir aux gens, les voir sourire à leur tour. Généreux ? Bien entendu. C’est également une personne des plus respectueuses, surtout en ce qui concerne les femmes. Depuis qu’il est jeune, sa mère n’a pas cessé de lui répéter de lui enseigner le respect. Il faut traiter les femmes avec douceur, avec gentillesse. Un peu romantique, même. Évidemment, il est respectueux avec tout le monde au final. Même si son air lui donne parfois un air effronté, sachez que ce n’est pas du tout le cas … sauf quand il plaisante. Oh, oui. Côté humour, il est bien aisé. Disons qu’il est d’un naturel taquin et qui aime bien faire de petites remarques plus ou moins sarcastiques et amusantes. C’est un plaisantin, un jeune homme rempli d’humour qui adore rigoler et faire des conneries avec ses potes. Rien de bien méchant, mais histoire de décompresser. Rire c’est bon pour la santé, n’est-ce pas ? Lui, il est en santé, et puis la joie de vivre, il connaît bien. Sam aime bien également jouer de petits tours aux autres, il est du genre à faire n’importe quoi pour redonner le sourire à quelqu’un. Jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il a l’air d’un parfait idiot et qu’il rougisse un peu.

C’est une personne très facile à prendre d’affection, car, heureusement pour vous, son caractère n’est pas très compliqué à déchiffrer, mais sa simplicité ne le rend pas pour autant « ennuyeux » et « ordinaire ». Sam est ce qu’on appelle un « jeune homme à un visage et demi ». Non, il ne cache pas un petit jeu côté attitude, il reste toujours fidèle à lui-même. Mais comme tout le monde, il peut lui arriver de se montrer sous une autre légère facette… différente de ce qu’il est au départ. Sam est adorable, c’est plus qu’évident. Il n’a pas que des qualités évidemment, ce n’est pas un enfant « parfait » comme ceux qui pourraient le croire. Il est tête en l’air. Concentration de poisson quand il n’a pas la tête à se concentrer sur quelque chose de précis, ne soyez pas surpris qu’il ait du mal à se souvenir de votre prénom la première soirée qu’il vous rencontrera. Sa mémoire lui joue des tours parfois, également ~. Sa ponctualité elle aussi lui fait défaut. En effet, Sam a un grand problème en ce qui concerne être ponctuel. Il essaie, oui, il essaie d’être à l’heure et de ne pas oublier … Mais ce n’est pas toujours évident de sa part. Comme tout le monde, il a un petit côté naïf ; si vous lui racontez une histoire qui est superbement convaincante, il va boire vos paroles et vous regarder avec de grands yeux l’air de dire « ah ouais !? » … pour finalement qu’on se paie sa tête. C’est pas toujours sympa, mais qu’est-ce qu’il est mignon quand il vous regarde comme ça.

Malgré tout, toute personne à une limite, et même si Sam possède un grand sang-froid, il ne faut pas pousser le bouchon un peu trop loin. Si vous avez l’audace de franchir la ligne, alors là … Vaut mieux ne pas se trouver sur son chemin. Il n’est pas violent, rassurez-vous – encore heureux, vu sa grandeur. D'ailleurs, il fera tout pour éviter une confrontation physique, trouvant ça trop stupide d’en venir au poing. À la limite, s’il est vraiment en colère, il ira se défouler en cognant dans un punching-bag ou courir. Loin. Peut-être vous repousser avec ses mains, sinon éviter un contact. Mais sa langue n’aura pas de pitié. Si d’habitude il se retient de dire des trucs vexants ou juste trop personnels, alors là il ne se gênera pas. Il vous blessera avec ses mots ? Tant pis pour vous, vous l’avez bien mérité. S’il évite d’être trop franc généralement pour ne pas vous blesser ou culpabiliser – parce que c’est le cas – alors là il ne se privera pas. C’est pareil si vous osez vous attaquez aux gens qu’il aime, même qu’il n’hésitera pas cette fois à se mettre en travers de votre chemin en croisant les bras, vous fusillant du regard. C’est bien dommage de faire disparaître la douce lueur dans ses yeux bleus pour la remplacer par un froid glacial. Il risque d’y avoir revirement de situation, par exemple : ton très cassant, voir glacial et ripostes féroces. Heureusement que c’est rare. Ne lui cassez pas les pieds, c’est mieux ainsi. C’est mieux pour vous.

EXTÉRIEUR;
« Les joueurs de foot, c’est sexy. Surtout ceux qui sont musclés, mais pas comme des bœufs ! Je parle de ceux qui sont juste … bah vous comprenez ce que je veux dire : bien fait. Bien sculpté. Des jolis cœurs. Non, mais vous avez vu les nouvelles recrues comment ils sont sexy !? »

Vous savez les clichés en ce qui concerne les beaux gars aux yeux bleus azurés, des cheveux blonds comme le blé aux corps bien sculptés que l’on voit bien souvent sur les premières pages des magazines ? Et bien … ils existent. Si vous croisez le chemin de Samuel, vous comprendrez pourquoi. Avec son allure athlétique, sa démarche assurée et décontractée, ce sourire sympa toujours affiché sur ses lèvres ; c’est quoi, un fantasme sorti tout droit d’un conte de fée ? En effet, il faut avouer qu’il a pratiquement l’air du prince charmant si ce n’est qu’il ne chante pas comme dans les comédies musicales.

Comme vous l’avez sans doute deviné, Sam fait partie de la catégorie « joli cœur ». Gâté par mère Nature, sans aucun doute. Il faudra penser à remercier son père également. Retenant de celui-ci, le jeune homme fait 1m88 tout rond pour un poids qui lui correspond tout à fait. Il est grand et ça lui va très bien. Ayant fait beaucoup de sport depuis qu’il est tout jeune, pas étonnant que vous ne trouviez pas de masse graisseuse sur lui mais une fine musculature bien présente -quoique pas extrême, juste parfaite sur lui. Une musculature qui lui va comme un gant, qui souligne sa silhouette exquise, ses années de sports lui ayant formé un torse plutôt sculptural. Disons que les lignes de sa masse musculaire sont des plus… agréables à regarder, tout en étant douces et fines ~. Un corps très bien proportionné – de partout, avec de bonnes épaules bien définis qui donne envie de s’y accrocher, de s’y blottir, soutenant des bras puissants sans être trop imposantes, bien bâtis mais en évitant de paraître une armoire à glace. Il est mince, athlétique. Un vrai sportif. Des membres solides, de jolis et non-exagérés abdominaux suivis par un ventre plat et ferme, un bassin étroit campé sur des jambes solides et finement musclées de joueur de foot, de jolies fesses... Pas une crevette, pas un monsieur muscle. De grandes mains chaudes et étonnamment douces malgré toutes ces années de travail et d’activités rudes. En plus de savoir s’en servir ~… Disons qu’il a tout pour plaire.

De ses épaules fermes jusqu’aux orteils, il en fait rager plus d’un malgré lui – ce n’est pas volontaire, il a travaillé fort quand même pour en arriver là. Ce n’est pas venu naturellement, sauf la grandeur. Une gorge masculine qui donne envie – quand même - d’y glisser ses lèvres féminines, d’humer son odeur masculine. Un visage tout aussi masculin avec des traits mâles sans pour autant manquer de douceur qui ne gâche absolument rien au portrait. Des lèvres minces et bien définies toujours étirées dans un sourire charmeur, adorable. Des lèvres qui cachent un sourire éclatant digne d’une publicité de dentifrice. Le charme espagnol ? Sans aucun doute. Un nez légèrement pointu, une jolie mâchoire… Imaginez-le au petit matin, avec cette imperceptible barbe naissante blonde naissante sur son visage tandis qu’il dort, les cheveux dans tous les sens, les bras relevés par dessus son oreiller. Miam. Ses cheveux sont aussi blonds que le blé, de jolis reflets miel dans ceux-ci les rendant chatoyant et chauds sous les rayons du soleil. Ils sont courts, environ 5 à 7 centimètres de long, et ne sont pas domptables. Ils partent dans tous les sens, soyeux comme tout sans qu’il ne puisse vraiment les coiffer. Ce petit côté ébouriffé lui donne un air de rebelle sans qu’il ne manque de classe ou malpropre, juste un peu … énergique comme chevelure. Ils vont bien à leur proprio ~. Des cheveux dans lesquels il est bien agréable de glisser les doigts, de s’amuser dedans.

Ses sourcils blonds également – non pas typique à la mode Italienne, malheureusement les sourcils épais ne lui vont pas bien – plutôt minces au dessus de ses yeux. Ah, ses yeux. Des grands et beaux yeux d’un bleu clair, un bleu azur profond. Vous savez, comme les plages en Jamaïque ou comme sur toutes les plages brûlantes des pays du sud ? Et bien c’est exactement ça. Un bleu dans lequel on a envie d’y plonger, un bleu brillant et chaud. Son regard n’est nullement froid, au contraire, et si doux, si charmant quand il le pose sur vous qu’il vous fera fondre en deux temps trois mouvements. D’autant plus qu’il est tout simplement adorable lorsqu’il témoigne de la surprise dans ceux-ci. Des cils plutôt longs pour un gars viennent les décorer, lui donnant un aspect presque angélique. Presque. Sa blondeur donne l’impression également qu’il est imberbe, mais ce n’est pas le cas. Un fin duvet sur ses bras et sur ses jambes, aucun poil sur le torse par contre, ni sur le ventre. Aucune marque ne vint marquer sa peau, s’en est presque surprenant. C’est, comme par exemple, la douceur de sa peau. Il a beau être un sportif et un homme, il est surprenant de constater à quel point sa peau est douce. Comme celle d’un bébé, toute fraiche. Le peu de cicatrices qu’il s’est fait à cause de ses blessures de guerre d’enfant qui terrassait des dragons ont disparu avec le temps, laissant place à un épiderme finement doré. Sous les rayons du soleil, il devint d’une jolie teinte dorée foncée, mais sans jamais devenir blanc en hiver. Merci, origines espagnoles.

Il ne porte aucun tatouage sur son corps, ni aucun perçage. Il ne déteste pas, mais ce n’est pas son genre de faire ce genre de trucs. Il préfère les voir sur les gens et non sur lui. Une marque étrange sillonne son corps, soit une tache de naissance sur son flanc du côté droit en forme d’hirondelle avec laquelle ses ami(e) aimaient bien le taquiner, le traitant de petit moineau qui ne tient pas en place. Bref. En ce qui concerne le choix vestimentaire de Sam, il n’est pas très compliqué non plus. Un t-shirt bien simple fera l’affaire, d’une couleur unie ou bien de temps en temps avec des logos. Des hauts pas trop amples, mais sans paraître comme une seconde peau. Qui dévoile sa silhouette, c’est parfait. Sam porte le plus souvent des jeans pas trop amples une fois de plus, mais parfaits pour qu’il soit à l’aise. Évidemment, comme il est encore jeune – surtout dans sa tête -, ses jeans tombent parfaitement un peu plus bas que ses hanches, ce qui ne fait que rendre la vue meilleure sur son postérieur. De temps en temps, il va avoir la flemme de s’habiller et se balader avec un pull gris tout simple, ou même avec ses fringues de sports. Lorsqu’il va faire son jogging, c’est camisole au corps – ou rien du tout – avec short de sport pour hommes, amples… ou non. ~ Pour ce qui est des soirées chics : chemises propres ajustées au corps, pantalons propres qui lui tombent bien sur le corps et chaussures italiennes. Les chemises de ce genre, il lui arrive de temps en temps de les mettre comme ça, surtout pour aller manger au resto. Un style simple, mais une fois sur lui : qui peuvent faire toute la différence. Des vans, des converses et des souliers de modèle italiens, pour être confortable. Ce n’est pas un adepte de la mode, mais il aime bien avoir son originalité.





Dernière édition par Samuel K. Vasquez le Dim 21 Aoû - 3:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 1:55

la vostra vita

HISTOIRE;


- Attention mesdames et messieurs, ici le capitaine Vasquez qui vous parle en directe de la cabine du … beh du capitaine ! Nous allons bientôt atterrir à destination, veuillez boucler votre ceinture et évitez d’écraser les doigts de vos voisins parce que c’est très désagréable ! Merciiiii ! BIP !



« Si le plaisir existe, et si on peut en jouir qu'en vie, la vie est donc un bonheur. »

- VRRRRRRRRRR ! Nous amorçons la descente ! Des zones de turbulences en vues ! ACCROCHEZ-VOUS ! GNIIIHHH VRRRR WOUUUH ! Bravo Jasper ! Vous les avez évités avec succès ! Nos vous devons la vie, mon ami ! Vous avez sauvé nos vacances !
- Saaaaaaaam !
- Il fait présentement 35 degrés, chaleur tropicale, j’espère que vous avez bien mis en place vos maillots de bain !
- Saaaaam !
- Quooooi !?
- Il est temps de rentrer ! Ton père arrive dans une demi-heure !
- J’ARRIVE ! Allez, viens Jasper !

Un gamin blond s’élança dans les champs, sautant en bas d’un vieux tronc étendu sur le sol qui avait l’étrange forme d’une fusée, courant, sautillant. Vivant. Ses cheveux brillaient comme le blé sous les rayons du soleil, sa peau tâchée de sable et d’herbe par endroits prouvant qu’il était un véritable explorateur de cambrousse – du moins, du champ derrière sa maison. Un chien noir et blanc courait à ses côtés, aboyant joyeusement en suivant son jeune maître qui ne cessait de parler fortement, racontant des aventures imaginaires à son compagnon poilu tout en courant vers la maison un peu plus loin. On pouvait y apercevoir une jeune femme vêtue d’une jolie robe blanche flottante légèrement au vent, ses longs cheveux blonds bouclés caressant la courbe de son cou avant de se perdre dans les courants d’air. Une douce et jeune maman qui avait mis au monde un petit garçon bien chanceux. Un enfant destiné un avenir plutôt brillant, un avenir plein de rebondissements et de surprises sans pousser les limites de l’aventure. Un avenir ordinaire pour un enfant ordinaire.

---

Samuel Vasquez vit le jour à Madrid un jour bien chaud d’une canicule d’été, au cours du mois de juin. Sa mère, qui avait à peine vingt ans le jour de sa naissance, était une jeune hôtesse de l’air en formation le jour où elle fit la connaissance de l’homme qui allait lui donner cet enfant. Malia, qu’elle se nommait. Elle était bien douce, bien gentille et très attentionnée envers tous les passagers, même les plus malpolis. Une personne adorable qui ne ferait pas de mal à une mouche, qui se préoccupait des autres avant sa propre personne. C’est bien ce qui arriva lorsqu’elle rencontra l’amour de sa vie, un homme qui allait tout changer dans sa routine quotidienne. Cela se passa à l’aéroport, dans l’avion même, lors d’un débarquement. S’il ne l’avait pas remarqué, elle, elle ne pouvait détacher ses yeux de cet homme : commandant de bord d’un énorme Boeing, Cesare Vasquez était un homme respecté, droit et fier. Grand et fort, il n’en restait pas moins un personnage au visage doux et compatissant, digne d’un vrai meneur. Ce jour-là ne fut pas comme les autres, non seulement parce qu’il allait rencontrer une jeune femme remarquable, mais également, car il allait se rendre compte que certains passagers ne respectaient pas toujours les règles, ou bien qu’ils ignoraient comment garder leur calme.

- Monsieur, gardez votre calme s’il vous plait--…
- NON JE NE GARDERAIS PAS MON CALME ! JE VEUX DESCENDRE IMMÉDIATEMENT DE CET AVION !
- Calmez-vous ! Vous devez attendre que les passagers de première classe sor--…
- JE M’EN CONTREFICHE DE CES IDIOTS EN PREMIÈRE CLASSE !

Un homme bien gras tentait désespérément de passer, bousculant les autres passagers, les écrasant presque contre leur siège. La sueur perlait sur son front, ses vêtements trop serrés laissaient entrevoir des cercles humides sous ses aisselles, au niveau du nombril et même au col de sa chemise. Devant lui ? Malia, qui devait faire à peine le un quart de tout son poids, essayant fortement de le calmer. Elle était petite et si jolie avec ses cheveux blonds rattachés en chignon, elle ne faisait pas du tout le poids contre ce mastodonte déodorant. Les crises de panique dans les avions, ça arrivait, mais si on n’arrivait pas à se contrôler, il était préférable de ne pas prendre l’avion. C’était fortement conseillé. Fronçant les sourcils, la jeune femme posa ses mains sur les épaules de l’homme comme si elle tentait de le repousser, l’arrêter dans son élan.

- Monsieur, vous allez finir par blesser quelqu’un !

Faisant la sourde oreille, il la repoussa brutalement vers l’arrière, la jeune femme basculant … pour se percuter contre le torse d’un homme qui devait bien faire près de 1m90. Oh, ça ne rigolait plus, le commandant avait quitté sa cabine pour venir régler la situation. Jetant un regard à la jeune femme pour s’assurer qu’elle allait bien, il la fit se glisser derrière lui et s’approcha du gros monsieur frustré, l’attrapant solidement par les bras.

- Ça suffit maintenant.
- LÂCHEZ-MOI ! JE VEUX DESCEEEENDRE !

Sur ce, il poussa violemment le commandant vers les sièges, lui faisant se cogner la tête contre les portes-bagages du dessus. Lancer comme un taureau, le gros bonhomme termina sa course … pour réussir à sortir de l’avion, se faisant arrêter par la sécurité non loin dans le couloir de sortie. Grimaçant en tentant de se redresser, ce fut la jeune femme qui accourut vers lui, lui attrapant le bras pour l’aider à se relever. Ce touché, ce premier contact. Dès lors, ce fut le début d’une nouvelle aventure. Un coup de foudre ? Possible. C’était surtout un coup de chance.

---

Un an plus tard, un bébé naquit. Un jeune garçon aux cheveux aussi blonds que sa mère et aux yeux aussi bleus que son père. Un enfant qui allait devenir aussi costaud que son père, espérait-on, mais qui allait avoir le caractère doux de sa mère. C’est un peu ce qui arriva, heureusement pour eux. Étant donné son état, Malia dut rester sur terre ferme à partir de ses quatre mois de grossesse, d’autant plus que sa constitution fragile l’obligeait à avoir un congé de maternité plus long que la normale. Dès la naissance de Samuel, elle resta au lit durant un mois complet pour pouvoir retrouver de son énergie. L’enfant qu’elle avait mis au monde était un vrai miracle disait les docteurs, vu la force qu’il témoignait déjà. Et c’est avec cette force autant physique que de caractère qu’il continua sa croissance, fit ses premiers pas et dit ses premiers mots. Un bambin qui avait toujours un sourire aux lèvres et qui ne pleurait pas pour rien. Tandis que sa mère restait à la maison avec lui, son père, qui devait subvenir aux besoins de sa famille, continua de piloter les avions, faisant de grands voyages pratiquement tout le temps. Malgré tout, la chance leur avait souri. À peine Samuel avait cinq ans que son père grimpa les échelons et devint pilote pour des jets privés, un salaire plus haut et moins d’heures de travail. En grandissant, le gamin avait développé une grande admiration pour son père, lui qui le voyait comme un super héros capable de traverser l’océan à toute vitesse, le prenant comme exemple, voulant être comme lui. « Quand je serai grand, je serai pilote ! » Quel père n’aurait pas aimé entendre ça de la part de son enfant ?

Mais le destin avait d’autres projets pour le petit garçon blond et curieux qu’il était. À chaque été dès l’âge de sept ans, le gamin était envoyé dans des camps où il partait à l’aventure avec les autres enfants, découvraient des choses. C’est également là qu’il rencontra sa passion, développant son envie à dépenser son énergie dans une chose toute simple : donner un coup de pied dans un ballon. En effet, c’est ainsi qu’il découvrit le foot, qui débuta par un jeu avec les enfants pour finalement découvrir un talent caché. Car aussi jeune fût-il, le jeune Samuel était déjà bien habile pour un novice dans ce domaine. Le petit homme avait beaucoup d’énergie à dépenser et ce sport était une façon pour lui de le faire. Il adorait ça. Courir. Sentir l’adrénaline dans ses veines malgré son jeune âge. C’était exquis, c’était incroyable, mais surtout : c’était amusant. Malia, voyant l’engouement de son enfant pour ce sport, ne put que l’encourager dans sa passion en l’inscrivant dans les petites ligues pour enfants. Si la semaine il s’amusait à s’entraîner à jouer au pilote après les cours, la fin de semaine il dépensait toute son énergie en jouant au foot. Et si son père ne pouvait pas toujours être présent lors des petits matches amicaux, sa mère n’en ratait pas un seul.

La vie continuait son cours bien tranquillement, rien d’extraordinaire ne survint dans sa vie. Il grandit, et grand, et grandit, faisant facilement le 1m75 dès l’âge de quatorze ans, un corps solide malgré son jeune âge. Un jeune gaillard qui avait bien retenu de son père, il fallait l’avouer. Non seulement son corps grandissait, mais son potentiel également. Il avait de très bonnes notes à l’école, il était un enfant respectueux et en plus, il jouait dans des ligues de foot déjà plus sérieuses avec son jeune âge. Jouer au foot sous le soleil, s’entraîner dans l’énorme champ derrière lui, juste se défouler en courant et sentir ses muscles rouler sous sa peau, la brûlure de l’effort qui déclenchait l’adrénaline pour ensuite se jeter dans la piscine du voisin. La vie à Madrid n’avait jamais été aussi belle. Pourtant, il y a cette expression qui dit « Mais toutes bonnes choses à une fin » qui prendra un sens dans sa vie. Pour certaine personne, il s’agit la fin de tout, l’apocalypse, un drame. Pour d'autres, il s’agit d’un élément déclencheur. La vie n’arrête pas de tourner, il suffit juste d’y trouver un sens, une porte de sortie. C’est ce que fit Sam l’année de ses seize ans. Il jouait un matche plutôt important dans la ligue de son collège contre une autre école, il s’agissait des éliminations et même qu’il y avait des « managers » dans les gradins, qu’on lui avait dit. C’était sa chance, il fallait faire de son mieux et faire sa place. Ce jour-là, il se fit remarquer en effet. Ce jour-là qu’on lui proposa de passer à un niveau supérieur. Ce jour-là, sa mère comprit que ce n’était plus un enfant lorsqu’il souleva le trophée que son équipe avait gagné. Ce fut également ce jour-là que des policiers débarquèrent à la maison pour leur annoncer que l’avion de son père s’était écrasé.

Rien n’arrive pour rien dans la vie, il faut se souvenir de ça lui disait souvent sa mère. On ne peut pas empêcher le destin d’agir, il fait ce qu’il veut, quand il veut, comme un enfant capricieux. Lorsqu’on leur avait annoncé, à sa mère et lui, que son père avait eu un accident, il avait crû que la terre avait arrêté de tourner. Comment cela pouvait-il être possible ? Son père, un pilote de son genre, perdre le contrôle de l’appareil ? « Problème avec les moteurs » qu’on leur avait dit. « … Il est présentement au bloc opératoire, en urgence. Ses chances sont minces, mais les médecins font leur possible », avait-on rajouté. C’était déjà ça. Ce n’est qu’une nuit blanche plus tard que les médecins et chirurgiens réussirent à stabiliser quelque peu son état, et une semaine plus tard on put affirmer qu’il allait survivre. Non sans séquelles. Ce vol fut le dernier qu’il put diriger, car même si la vie lui fut accordée, ses jambes lui furent enlevées. Paralysé à partir de la taille jusqu’à la pointe de ses orteils. Il avait eu beaucoup de chances de s’en sortir vivant, et Sam avait beaucoup de chances que son père ne soit pas parti pour toujours. Bien des gens auraient renoncé à leur vie pour pouvoir rester au chevet de leurs proches dans un tel état, car son père ne pouvait pas s’occuper de lui par lui-même, ce qui était une chose bien normale … Au contraire. Sam en décida autrement, préférant poursuivre son rêve non seulement pour lui, mais pour son père. Lui montrer qu’il pouvait arriver au bout de ses efforts. On ne pouvait pas prévoir comment la vie pouvait se terminer, ni ce qui allait arriver au cours de celle-ci, alors autant en profiter au maximum quoiqu’il arrive. Ce fut une promesse qu’il lui fit.

Et cette promesse, il la tint.

Deux ans plus tard après l’incident, Sam mettait les pieds pour la première fois dans un véritable stade de foot. Barcelone. Ils y avaient emménagé pour suivre le jeune homme dans son parcours d’athlète après que celui-ci eut finalement signé avec un agent sportif. Si jeune et déjà dans le monde des adultes, c’en était effrayant même pour lui. Non seulement il travaillait avec acharnements pour devenir encore plus fort au foot, mais grâce à ses études, il avait même obtenu une bourse sportive. Évidemment, il bossait dur, le jour autant comme de soir, en plus de devoir aider son père à la maison lorsque sa mère était absente. Ses efforts en valaient le coup, car durant cinq années il continua de graveler les échelons au foot. Entre-temps, il s’était également trouvé un boulot, histoire de ne plus dépendre de ses parents monétairement en plus de jouer des matches qui lui rapportaient déjà de jolies sommes.

Et si on poussait le rêve encore un peu plus loin ?

---

Le t-shirt collé au corps à cause de la sueur, une serviette autour du cou et un ballon sous le bras, le jeune homme marchait d’un pas tranquille jusqu’à la maison. La soirée était douce, pas trop fraiche, pas trop chaude, juste parfaite après un entrainement intensif sur le terrain municipal. C’était un peu son moment de la semaine, cela pouvait sembler primaire de passer son temps à taper dans un ballon, mais c’était pareil que lorsqu’il était petit. La sensation de courir était délicieuse. Entrant dans la maison silencieusement, il se rendit à la cuisine et attrapa la bouteille de jus d’orange dans le frigo, ne prenant même pas la peine de se trouver un verre. Un vrai gars malgré tout … Sa mère le fit sursauter légèrement lorsqu’elle passa sa tête dans l’entrebâillement de la porte, y entrant par la suite.

- Sam ? C’est toi ?
- Ouais, pardon, je suis en retard, j’ai pas vu le temps passé …
- Oh, ce n’est rien t’inquiète. Tu as terminé ton entrainement ?
- Hm-hm. J’suis complètement crevé ! Je crois que je vais manger, prendre une douche et me coucher direct.
- …
- … Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ?
- … On a téléphoné pour toi aujourd’hui. C’était ton agent.
- Carles ? Je croyais qu’il était en voyage d’affaires à Milan …
- Oui, il téléphonait de là-bas.
- Et qu’est-ce qu’il voulait ?
- Il … Il a parlé de toi à une ligue sportive professionnelle nationale, là-bas. Ils sont intéressés.
- … Hein !?
- Ils te veulent dans leur équipe de foot.

La surprise était bien visible dans ses beaux yeux bleus. Grands, écarquillés, ses cheveux dans tout les sens, on aurait presque dit qu’on venait de lui annoncer qu’il était adopté.

- Et… Et...?!
- Et qu’est-ce que je lui ai dit? Que c’était ta décision et que tu allais décider de ce que tu allais faire.
- …
- … Alors ? Tu en penses quoi ?
- Je …

Oh. Mon. Dieu. Comment…!? Il se laissa tomber sur une chaise, glissant ses mains dans ses cheveux, n’y croyant pas ses oreilles. Ils le voulaient, lui ! LUI ! Son cœur battait si vite dans son torse. Ça y est, son rêve devenait réalité ! Il avait envie d’hurler de joie. Dans une équipe professionnelle ! Nationale ! Après ça allait être l’internationale ! À Milan ! … Ouais, à Milan, en Italie. Bon, ce n’était pas à l’autre bout du globe, mais ce n’était pas non plus la porte d’à côté. Comme si elle lisait ses pensées, Malia s’approcha de lui et lui prit la main, relevant son menton pour qu’il la regarde droit dans les yeux. La lueur qui brillait dans les siens était la fierté maternelle, mais la tristesse de voir son enfant prêt à quitter le nid.

- Sam, je crois que c’est ta chance. Tu as passé ton adolescence à faire tout ce qu’on te demande, tu es resté au chevet de ton père même quand tu étais mort de fatigue et tu m’as apporté plus d’aide que j’en ai demandé. Je crois sérieusement que tu devrais dire oui.
- Mais--…
- Ne t’inquiète pas pour ton père, il est déjà au courant et il est d’accord avec moi. Il veut te voir vivre ton rêve et tenir ta promesse. Évidemment, il ne pourra que t’encourager par la télé puisque son état ne lui permet pas vraiment de voyager…
- …
- Ne fais pas cette tête, ton père et moi avons bien réfléchis à tout ça. Et je crois qu’il est grand temps pour toi de quitter le nid !
- Hmpf !
- Ha ha !

Sa mère rigola en le voyant faire la moue. C’est vrai qu’à 23 ans, il était temps pour lui de s’éclipser. S’il vivait toujours chez ses parents, c’étaient surtout pour donner un coup de main à sa mère, et son père également. Il était encore un peu réticent, il se sentait mal de les laisser derrière lui comme ça, si soudainement… Un sourire s’étira sur ses lèvres, comme un enfant, tandis qu’il poussa un cri de joie, se levant d’un bond en soulevant sa mère dans ses bras, tournant sur lui-même avec sa mère. Attention mesdames et messieurs, ceci est un départ pour Milan.

---

Cela fait deux ans qu’il est maintenant établi à Milan. Après avoir obtenu un contrat avec la ligue, il avait déménagé dans cette ville italienne qui lui était totalement inconnue. Heureusement que sa mère était Italienne, il avait pu se débrouiller avec la langue qu’il avait perfectionnée – bon, pas complètement évidemment – au fil de ses deux dernières années. Tout va pour le mieux de son côté, son agent lui a déniché un appartement plutôt bien pour un jeune de son genre – disons que ce n’était pas énorme, mais assez moderne, appartement dont il n’avait même pas la charge et le besoin de payer. Tout était réglé dans le contrat, tout ce qu’il avait à faire était de devenir une étoile montante dans le football. Sa passion. Il faisait souvent des allées retour entre Milan et Barcelone, histoire de rendre visite à ses parents, sa mère venant parfois le voir. C’était un peu chiant, car l’appartement pour lui et sa mère… ce n’était pas toujours évident. C’est pourquoi que sa mère prit la liberté d’acheter une maison, un peu comme un chalet dans les alpes, mais … à Milan, dans laquelle elle venait vivre le plus souvent possible. Avec tout l’argent qu’ils avaient amassé durant leurs années de services, ses parents pouvaient se le permettre. Pour son père, c’était plus délicat de se déplacer, mais il lui arrivait de venir de temps en temps dans sa chaise roulante. Cela faisait toujours plaisir à Sam de le voir puisqu’avec le temps, c’était plus compliqué pour lui de se déplacer.

Que demander de plus ?


Il futuro

RUMEURS, RUMEURS; Non, pas du tout. S’il devait être mis au courant … il trouverait ça complètement fou. Pas effrayant, mais fou. Curieux ? Evidemment.

NON ? OUI ? ; S’il avait le choix, sans doute … que oui. Seulement, il lui faudrait une bonne raison. En ce moment, il n’aurait pas vraiment l’idée de faire un vœu, il n’en verrait pas l’utilité. Mais si quelques années auparavant il avait décidé d’en faire un, si la vie de son père était toujours en jeu, alors oui il aurait fait un vœu.

voi

Prénom ou pseudo habituel; ~
Avatar; Denmark - APH
Avez-vous lu le règlement ? Validé ~ /Tape/ Va au lit! è_é
Comment avez-vous connu le forum ? Déjà dessus.
Un mot à dire ? Nop.



Dernière édition par Samuel K. Vasquez le Dim 21 Aoû - 4:00, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 3:28

Fiche terminée o/ fuhfuhfuh.

: cool :


EDIT : NAN J'irais jamais au lit è_é MUHAHAHA o/ /pan
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aya Murazaki [Sky]

Admin- Pactisant
Admin- Pactisant


MESSAGES : 1089
AGE : 30
LOCALISATION : derrière toi
HUMEUR : massacrante xD

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 4:24

Whaouu, de bon matin je suis soufflée ! xD
( Et re-re-rebienvenue au passage ;))
/ va lire tout ça/

_________________________________________________

  Hopeless...
Léo, fidèle tornado 3000: Multifonction, fait la vaisselle, range votre linge, vous sauve la vie, vous fait rire, Waterproof, vous attrape contre un mur ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aya Murazaki [Sky]

Admin- Pactisant
Admin- Pactisant


MESSAGES : 1089
AGE : 30
LOCALISATION : derrière toi
HUMEUR : massacrante xD

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 5:02

Fiche Validée !




Une bien belle fiche pour une bouille d'ange. J'ai adoré certaines descriptions ( le coup d'un Samuel qui gobe l'histoire, les yeux écarquillés par ex) et l'histoire. Simple, d'un réalisme poignant tout de même. Il y a une juste une légère incohérence dans l'explication de la timidité de Samuel mais ce n'est pas bien grave ^^ l'essentiel est là o/ comme d'hab', n'oublies pas de créer ta fiche de liens, ainsi que de faire recenser ton avatar. Éclates-toi bien avec, à toi les rp !


_________________________________________________

  Hopeless...
Léo, fidèle tornado 3000: Multifonction, fait la vaisselle, range votre linge, vous sauve la vie, vous fait rire, Waterproof, vous attrape contre un mur ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 5:06

Gwih o/

Merci ** : heart : Ahn ouais ? Ahn pardon x3 c'est possible, je me perd dans mes explications parfois XD /pan
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexis Lorenzo [Hily]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 146
AGE : 28
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : La vitesse et la musique
HUMEUR : De bonne humeur

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 5:35

Je veux lire ! o.o Mais j'ai pas le temps.
Mais je veux lire.
Aaaaaaaaah ! Je lis ce soir promis ! : heart :
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Milo Vasco

Admin-human
Admin-human


MESSAGES : 861
AGE : 25
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : Râler.
HUMEUR : Je suis MECHANT.

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 6:15

Ta motivation a vaincu, fils. : cool :
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ares Galla [Nemo]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 345
AGE : 20
LOCALISATION : Dans le dos de Gérard41ans.
HOBBIES : Lecture, Rp, graphisme, dessin, cours ;_;.
HUMEUR : Hi Hi Hi.

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 7:44

    Bienvenue BG 8D.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 13:19

Alexis : Gniiih : heart : éwè

Milo : Ouais tavu ? 8D Comment je suis trop classe quoi. J'ai même fais plus que ce je pensais /moiquipensaitfinirdemain/

Ares : Merci >D !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raffaele [Miguel Velasco]

Membre- stella
 Membre- stella


MESSAGES : 174

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 13:27

c'est trop stressant, je peux pas regarder cet avatar sans l'associer à Ian sur I² @_@

N'empêche, ça devrait pas être permis de faire une fiche comme ça en aussi peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 14:00

Jalouse, va. T'as juste à suivre mon exemple 8D ~.

: evil :
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Raffaele [Miguel Velasco]

Membre- stella
 Membre- stella


MESSAGES : 174

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 14:05

C'est étrange, je sens comme une sorte de message subliminal dans ton post... ;D
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 14:06

Je vois paaaaaaaas de quoi tu parles. 8'D

Vive le flood o/ Pas taper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexis Lorenzo [Hily]

Membre- pactisant
 Membre- pactisant


MESSAGES : 146
AGE : 28
LOCALISATION : Milan
HOBBIES : La vitesse et la musique
HUMEUR : De bonne humeur

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 17:16

*Va faire son petit décès d'hystérie dans un coin et reviens*
Bordel c'est biiiiiiiiiien : cheer :
Non mais Samuel, c'est juste trop un beau gosse quoi, c'est juste trop le beau gosse d'Alexis ! Gniiiiiiiiiii Ca va être trop bien, il est tellement parfait que c'est inconvenant !

Samueeeeeeel : heart :
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel K. Vasquez

Membre- humain
 Membre- humain


MESSAGES : 10
AGE : 26
HUMEUR : Décontractée

MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   Dim 21 Aoû - 18:00

: heart :: heart :: heart :

Tout parfait pour toi, gniiiiih o/ <3
*bisoute*
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Samuel K. Vasquez - You know it's never too late   

Revenir en haut Aller en bas
 

Samuel K. Vasquez - You know it's never too late

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Prima Storia.

 :: Ce que nous devons savoir :: Siete accettati. :: Simples Humains
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit