Partagez | 
 

 Frankenstein [Défi Rp] [I+N]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Leo Accettura

Membre- Reseau
 Membre- Reseau


MESSAGES : 733
AGE : 25

MessageSujet: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Dim 16 Oct - 19:45

Frankenstein


Sujet ; L’éclair frappa, parcourant le métal et mordant la chair. Il n’y eut rien. Que le souffle du docteur pour se rassurer de son erreur. Fou. Fou. Ce n’était qu’un fou. Et l’index bougea. Furtivement. Ensuite ce fut d’autres doigts. Et la Chose se leva. Les yeux jaunes, la peau grise. Sa voix, rauque, raisonna. « Que voulez-vous, maitre ? ». Plus tard, il n’y aura que des actes vengeurs, d’une Chose blessée, haïe. Et d’un médecin dérangé, perturbé.

Vous êtes libres de commencer votre rp à tout moment de l’histoire, inspiré de l’univers Shelley ou du vôtre, que cela se passe aujourd’hui, ou il y a bien longtemps en arrière. Vous êtes les écrivains de leur décadence. Choisissez si la chute sera lente, ou agonisante.
Participants ; Ilana & Numa VS Ares & Noemi
Arbitre ;Milo Vasco
Date limite premier rp ; 24 Octobre 2011
Rappel des règles ;
- Chaque post rp devra comprendre entre 300 et 500 mots.
- Autant de réponses que possible. Seules les 15 premières seront prises en compte pour le concours.
- Vous pouvez prendre vos dispositions avec votre partenaire pour arranger le rp de quelconque manière que ce soit, vous y êtes plus qu'invités.

_________________________________________________

J'SUIS VERT MWHAHAHAHAHAHA.
Aya Murazaki [Sky] : M'enfin, d'façon,
Léo, il fait toujours ce qu'il veut avec Aya xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Numa [Zôon]

Numa
Numa


MESSAGES : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Lun 17 Oct - 14:14

« Horreur ! Monstre ! Tuez-la ! Tuez-la ! »

La Chose, de son corps gris et difforme chavira. Elle s’appuya sur les briques froides et humides de la bâtisse dans laquelle elle s’était réfugié. Les points de sutures de ses bras la faisaient souffrir, poussant un râle rauque dans l’espoir de faire taire le cri de sa chair de cadavre. Les voix résonnaient dans son crâne, dissipant la logique que son créateur lui avait doté à sa naissance. Elle fut prise de mouvements nerveux, balançant ses poings fermés contre la paroi sale, en espérant se faire mal, briser ses os, sa souffrance. Tout ce qui fut détruit, ce ne fut que les briques qui volèrent en éclats. La Chose releva ses yeux jaunes dans l’obscurité de la pièce. Ça ne pouvait durer. La Chose devait la retrouver. Elle. Son Créateur. Frankenstein. Ilana.

La brume enrobait les rues assoupies de Milan. Elle en avait profité pour se faufiler dans les artères de la ville, volant des vêtements à un mendiant assoupis, couvrant les ecchymoses, les cicatrices de son corps sous un pull troué et puant. Mais la Chose s’en moquait. Le ciel, lui aussi, se cachait sous un manteau de nuage gris. L’ambiance était lourde. La Créature, déterminée.

Soudain, sa main agrippa le coude d’une silhouette tanguant. Ses yeux d’or transpercèrent le noir, rencontrant des brides d’un vert marqué dans l’origine de sa création. Ses yeux d’or luisaient d’un air malfaisant. Ses yeux d’or luisaient, alors que la Chose ne le désirait point.

« Mère… »

Comme on attrape une coccinelle au vol, sans s’y attendre. Créature avait humé l’odeur d’Ilana, la reconnaissant mieux que n’importe quelle autre. C’était la première connue.

« Mère… Je vous cherchais. Je n’en peux plus. S’il-vous-plait, tuez-moi. »

Supplice d’un animal à l’agonie. Créature ne supportait guère les regards d’effrois, les cris des désespoirs. Eux qui n’étaient portés que sur son apparence, que sur l’image de ce corps soudé, membres après membres en des couleurs dissonantes. Alors que son esprit saignait de n’être apprécier pour ce qu’il connaissait, appréciait, désirait.

Mais à présent, son cœur était noir. Noir de ce qu’il subissait, de ce que les autres, les humains sains, lui prodiguait. La Chose était à bout de souffle. La Chose ne désirait que la fin. La sienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ilana E. Acciari

Admin-GDP
Admin-GDP


MESSAGES : 300
AGE : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Mar 18 Oct - 9:58

Sous le reflet blafard d’une lune, un sourire étrange se reflétait dans une flaque sombre. Une mimique tordue sous un air frais qui fit claquer les pans du manteau en cuir du Docteur. Docteur Ilana Frankenstein, où la décadence d’une âme qui chercha trop loin.
Elle avait voulu savoir, chercher à comprendre l’essence même de sa vie, de son existence, et comme Icare s’était brulée les ailes, s’était brulée la raison. Elle avait été brillante, reconnue … et tout s’était effondré face à cette ambition trop grande, face à cette passion qui l’avait menée trop loin, à cet acte irréversible.
Ilana n’était à présent que l’ombre d’elle-même, le Joker de son existence.

La jeune femme releva la tête, émit un rire dont la pointe vint se perdre dans un sifflement rauque, le vent jouant avec ses mèches de cheveux à la longueur erratique. Elle était sortie, résolue à la trouver, la traquer, la tuer. Elle. Et seule dans la nuit de Milan, tout vacillait. Sa résolution, comme son esprit. Dans ses mains trônait toujours un Colt chargé, que ses doigts serraient jusqu’à ce que ses phalanges en blanchissent.
Ilana tournait les talons lorsqu’une main puissante lui saisit le coude dans un mouvement vif si bien qu’elle se retourna dans un souffle, le canon de l’arme pointée sur le vide.

« Mère… »
Ce son. Cette voix rocailleuse, caverneuse et pourtant si familière. Cette silhouette dont l’ombre avait joué avec les éclairs cette fameuse nuit, et tant d’autres, sanglantes. Un frisson déchira l’échine du Docteur, une cassure résonna dans son esprit, elle pencha la tête sur le côté, fixant l’obscurité.

« Mère… Je vous cherchais. Je n’en peux plus. S’il-vous-plait, tuez-moi. »
La lueur mauvaise des prunelles de la Chose se reflétait dans les yeux d’Ilana. Éclats de jade qui avaient perdu leur luminosité joyeuse. Éclats où se mélangeaient des teintes de tristesse et de folie dévorante. Culpabilité grignotant sa raison à chaque seconde filante.

« Numa … ? »
Prénom donné dans la douceur, douleur d’une naissance immorale, interdite. Qu’elle était belle, qu’elle était immonde dans son humanité.
C’était comme si elle n’avait pas entendu la fin de la phrase de la Créature alors que les mots s’enfonçaient pourtant dans son esprit tendu sur la corde de sa raison qui s’effilochait. Le ton de sa voix hésitait entre le murmure et la cassure.

« Numa ….Qu’as-tu fait ? »
Pourquoi as-tu tué Carlotta ? Pourquoi !
Pourquoi tant de violence et d’horreur dans ses yeux jaunes qui fixaient les lueurs folles de sa créatrice ? L’esprit d’Ilana hurlait.
Son bras se leva, tremblant. Un rire sinistre resta coincé dans sa gorge tandis que le coin de ses lèvres se baissait en une grimace mi-sourire, mi- amère. Folie dessinée d’un trait.
Qu’espérait-elle faire avec cette main qui tremblait si violemment sur la crosse du Colt ?


_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Numa [Zôon]

Numa
Numa


MESSAGES : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Mar 18 Oct - 10:50

« Numa. »

Le nom résonne de manière lointaine dans sa tête, réveillant une douleur assoupie. Ses doigts relâchent Ilana, fin de l’étreinte de fer qui la retenait pour capture son crâne, le serrer avec véhémence. Espoir incertain de faire taire des souvenirs remontant à la surface de sa conscience. Les premiers de sa vie, les premiers que Créature voulait oublier. Et malgré elle, la Chose se souvint. De ces yeux verts qui se jetèrent sur elle pour la première fois, alors que l’or teintait ses yeux lors du premier souffle de sa création. La Chose recule brusquement. Ce nom, elle ne peut l’accepter. Il n’est que le représentant d’une époque révolue. Avant que la folie n’assaillît les deux individus. Un vivant, l’autre mort. Et la folie, qui sait combien elle peut être dangereuse pour un être qui n’a plus de raison de vivre ? Ce serait une destruction. Mais de qui ?

Un grognement monte de sa gorge, sort par sa bouche. Ce bruit, c’est celui d’un chien qui l’interdit de passer dans une ruelle. Le monde, même animal ne voulait pas de sa présence. Mais Créature apprend tout ce qu’elle voit. Vide, elle ne peut qu’imiter ce qu’elle rencontre. Je vous laisse deviner ce que c’était.

« Ce... Ce n’était. »

Et tu te cherches des excuses. Petit Enfant perdu dans un monde cruel d’adultes. La Chose sait, à qui Frankenstein fait référence. Carlotta. Des cheveux blonds. Des yeux bleus qui t’insulte. De Bleu et du Jaune qui donne de Vert. Indéniablement, cette peste, comme les autres, lui en voulait. C’est le coup de bâton qui lui avait fait perdre la raison. Créature est sensible. Créature répond à ce qu’elle reçoit. Créature tue, baigne ses mains dans le sang qui n’est pas le sien. Créature pleure cette violence qu’elle ne maitrise pas. Créature se hait. Créature veut mourir. Tout le monde le veut. Pourquoi ne le peut-elle ?

La Chose cesse de reculer. Ses iris de tigre qui s’étaient posées sur les dalles neuves de Milan remontent sur le corps de son créateur, sa mère. Vous êtes la pire mère que j’aurais pu avoir. Rien que me donner la vie m’exhorte. La Chose ne fuira pas. Elle n’est pas Ilana. Un temps, elle s’appelait Numa. Autant honorer ce qui a été fait. Ce que Frankenstein voulait lui inculquer, malgré l’échec qui s’en suivit.

« Je l’ai tué. J’ai. J’ai serré mes doigts autour de sa gorge. Jusqu’à lui rompre la nuque. La faire saigner. Elle. Elle ne voulait pas se taire ! »

Créature perd son sang-froid. Sa voix qui change, devient presque aigue. Ces frissons de frustration qui s’emparent de son corps. Dis-moi, petite Chose, entends-tu encore son cri dans ta tête ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ilana E. Acciari

Admin-GDP
Admin-GDP


MESSAGES : 300
AGE : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Jeu 20 Oct - 13:24

La nuit de Milan s’était déchirée. Leurs existences s’étaient écharpées, et dans la danse macabre de leur destin, nulle impasse, nulle happy end non plus n’étaient programmés. Juste une descente aux Enfers qui avait commencé dans un éclair, dans ce sang sur les mains d’Ilana, sous le corps de Carlotta. Dans les yeux de cette Chose. Cet être difforme et inhumain qu’elle avait crée. Numa.
Numa qui se prenait la tête entre ses immenses mains décharnées. Pensées folles, prunelles écarlates de cette rage refoulée contre sa créatrice.
Ilana recula légèrement, secoua légèrement son bras sorti de l’étau puissant de la créature.
Leurs prunelles s’affrontèrent. Encore une fois. Toujours. Toujours ce combat de folies, de regrets, de colère. Rien de doux. Jamais.

Et il a fallu qu’il arrive le geste de trop. Pendant une fraction de secondes, le Docteur revit le corps sans vie de sa compagne, celle qui lui susurrait qu’elle réussirait, qui se moquait d’elle aussi parfois, dans un rire sans méchanceté. Carlotta avait été le pan affectif de la vie d’Ilana, son pied à terre quand il fallait sortir la tête des recherches au risque de s’y perdre définitivement. Carlotta moqueuse, Carlotta rieuse, qui passait doucement ses mains sur les épaules d’Ilana pour lui signifier qu’elle était là. Qu’il était temps d’arrêter.
Deux âmes irrémédiablement attirées l’une par l’autre… Un attachement qu’elles payèrent au prix fort.
La passion pour la science était la vie du Docteur, plus encore que la jeune femme. Une passion dévorante, excessivement meurtrière, qui l’avait menée à l’irréparable acte. Quelque part, Ilana se sentait responsable de la mort de Carlotta, mais une haine viscérale lui dévorait l’esprit quand au geste de Numa.
Perdue dans des pensées lointaines, elle restait tout de même attentive à la Chose. La regardait de ses prunelles étranges, où perçaient une curiosité scientifique et une colère ruminée depuis quelques temps. Ilana ne voulait pas comprendre ce qui a motivé Numa à tuer Carlotta. Elle ne pouvait pas comprendre… l’accepter. Jamais.
Elle lui en voulait, plus encore qu’elle regrettait tout ça. La culpabilité la rongeait, grignotant petit à petit les pans encore sains de son esprit.
Et la colère de son âme folle est le reflet des prunelles jaunes de Numa, prête à exploser.

« Je l’ai tué. J’ai. J’ai serré mes doigts autour de sa gorge. Jusqu’à lui rompre la nuque. La faire saigner. Elle. Elle ne voulait pas se taire ! »

Le canon du Colt toujours pointé vers la créature, Ilana frémit, glacée sous les mots de Numa.
Elle vit rouge. Rouge sang. Le coup partit, la balle se plantant dans l’épaule de la Chose. Cet être qui n’en était pas un, crée de toute pièce par un esprit perdu. La jeune femme la regarda. Dégout d’elle-même, de la créature.

« Tu n’avais pas le droit ! Je … Je l’aimais ! Je t’aimais aussi ! » Malgré tout, sa forme, sa rage, son humanité si sensible qu’elle en avait été avalée par le monde. Tout.

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Numa [Zôon]

Numa
Numa


MESSAGES : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Ven 21 Oct - 11:22

Numa ne le contrôla pas. Ce pic de satisfaction qui monta. Elle avait raison. La Chose, malgré l’horreur qu’elle était, avait toujours raison. De se comporter dans des chemins que l’éthique n’acceptait pas. Créature défiait tout. La logique, la morale. Le bien, le mal. La limite entre chaque théorie humaine n’existait pas. La Chose ne connaissait rien de ce genre, relié à l’idéalisme de l’évolution de l’homme.

La balle perça l’air, se logeant dans la chair de son épaule. Numa ne bougea pas, gardant toujours le dos droit, sans qu’elle ne recule, ne penche en arrière ou perde le souffle. La Créature n’était pas humaine. Comment une chose aussi ridicule qu’une arme à feu pourrait la faire tomber ? C’était ridicule. Et la Chose, une seconde, fut déçue. Que Frankenstein ne pense qu’à un moyen aussi faible pour se débarrasser d’elle.

« Tu n’avais pas le droit ! Je … Je l’aimais ! Je t’aimais aussi ! »

Ses yeux d’or dévisagèrent Ilana. Il approche, malgré la douleur de ses points de sutures, de son crâne. Elle porte ses doigts à son épaule, y déloge la balle.

« C’est intéressant de voir ce que vous faites aux gens que vous aimiez. »

Ironie. Créateur aimait son créateur. Avant. Avant que cette vie poisseuse ne la rattrape, l’embourbant dans des aventures qu’elle ne contrôlait pas. Ni Ilana. Elle relâcha le projectile, tombant dans la rigole sale de la rue. Le cliquetis du métal sur les dalles remonta dans ses oreilles. La lueur malsaine de son regard se fit plus intense. Créature avait raison. Ilana serait capable de l’arrêter. De mettre fin à cette histoire d’horreur dans laquelle elle jouait le monstre principale. Monstre Malheureux. A nouveau, Numa semble perdue, égarée dans ce flot d’émotions qu’elle ne contrôle pas. Cette haine qui lui ronge le corps. Haine contre le monde. Haine contre elle-même.

« Empêchez-moi… Empêchez-moi de recommencer. S’il-vous-plait. »

La Chose tangue, son équilibre se jouant d’elle. Si la balle n’avait aucune action sur elle, ce que Créature ressentait valait toutes les détonations à bout pourtant que son corps ne subirait jamais. Numa chavire, tombe sur le sol froid de Milan.

« Vous voulez-me tuez, tuez-moi. Ainsi vous mettrez fin à votre errer. A moi. »

Goût apre de la réalité qui se noie dans sa bouche. Ca doit se passer ainsi. A présent qu’elle t’a donné une raison de lui en vouloir. Assez. Assez pour faire ce qui sera juste. Censé… Mais la folie peut-elle le percevoir ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ilana E. Acciari

Admin-GDP
Admin-GDP


MESSAGES : 300
AGE : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Lun 24 Oct - 18:09


« C’est intéressant de voir ce que vous faites aux gens que vous aimiez »

La déflagration sonna comme un coup de fouet dans l’esprit du Docteur, l’impact la forçant à se reculer malgré la petitesse de son arme. Son bras avait cessé de trembler sous les mots moqueurs de la Chose. Un rire sinistre s’échappa des lèvres de l’humaine. Bien sur que cela ne suffisait pas à abattre une telle créature. A quoi avait bien pu penser Ilana en sortant le révolver ? Réflexe ancré d’une enfance bien trop lointaine à s’entrainer à tirer sur des canettes en métal. Époque révolue qui ne signifiait plus rien dans ses yeux fous.
Fous de douleur.
Fous de sa propre erreur
Fous d’une langue de feu qui lui dévore le cœur.
La vengeance d’un cœur qui aura tout perdu, jusqu’à la moindre parcelle de sa raison d’être. Le docteur Frankenstein était une ombre humaine, un regard rougeoyant de démence dans l’obscurité de celle qu’elle avait crée. Elle avait perdu, perdu sa plus belle création, et pire encore, la personne la plus chère à son cœur, elle en prenait conscience. Ici, dans cette ruelle crasseuse. Deux fois.

Et la cause. C’était Elle. Cette Chose, inhumanité sans conscience, qui riait face aux larmes de douleurs invisibles du docteur. Cet être qui pourtant lui demandait de la supprimer. Illogisme.

« Empêchez-moi… Empêchez-moi de recommencer. S’il-vous-plait. »

« C’est drôle comme tu te moques des morts que tu causes, et ensuite tu viens pleurer pour ta clémence.. »

Le ton d’Ilana suintait de rancœur, de colère froide et pourtant au fond, il y avait cette petite interrogation scientifique, folie de chiffres et de données qui revenait des tréfonds de son âme ravagée. Quelle était réellement la part d’humanité chez Numa, ressentait-elle véritablement des remords ?
La rage et la curiosité se disputaient dans le regard de la scientifique. L’ombre de la Chose chuta sur les pavés, dans un bruit sourd. Ilana la regarda, ses yeux ne semblant plus qu’être des fentes acérées tandis qu’un drôle de sourire frôla ses lèvres.

« Vous voulez-me tuez, tuez-moi. Ainsi vous mettrez fin à votre errer. A moi. »

Elle le désirait, de toutes les parcelles de sa peau, de son être tourmenté.

« Non ».

Souffres.
Mot contraire de son cœur. Négation de sa peine, de son envie et plus encore. Ilana voulait que la Créature souffre autant qu’elle ; dix, cent fois plus même. Qu’elle ressente le désarroi encore longtemps, la cruauté d’un monde que Numa avait détruit. La folie qui s’emparait de nouveau de son esprit la fit sourire puis rire. Désespérée.
Laquelle des deux était-elle le véritable monstre ?

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Numa [Zôon]

Numa
Numa


MESSAGES : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Lun 24 Oct - 18:50

Le brouillard devenait plus dense, recouvrant les rues d’une humidité peu commune pour Milan, mêlée à la fraicheur des nuits d’hiver. Numa ressentait. L’odeur de la pluie au loin. Le froid gravissant son derme, le manteau trop grand pour elle posé sur son dos. Et cependant, elle n’en était point accommodée de ces sensations humaines. L’impact sur son épaule ne lui laissait qu’un picotement diffus. C’était ainsi. La Chose avait été créée à la perfection par Frankenstein, merveille du vivant rencontrant le mort. Outre le corps de la Créature, qu’en était-il du reste ?

La Chose aimait sentir le monde s’incruster dans les sensations nerveuses. Contact physique, réponse électrique. Des réactions liées à de simples équations que Frankenstein avait déjà écrites sur des tableaux pour lui expliquer. Le pourquoi. Le comment. Et il y avait des éléments inexplicables. Comme sa laideur, cette horreur qu’avaient les gens en la croisant. Cette envie de mettre fin à son existence. Pauvres humains si limités, effrayés par ce qu’ils ne comprenaient pas. Etranger.

La Chose se sentit bien seule, sous le regard d’enfer de son créateur. Au final, Ilana la regardait comme n’importe quel passant, comme n’importe quel ignorant. Elle. Elle avait cru que ça n’aurait pas été le cas. Cependant, Créature devait se rendre à l’évidence : si sa mère l’avait chassée une première fois, ça n’était pas pour la serrer dans ses bras. Certainement pas après que ses doigts gelés aient serrés avec tellement de force une nuque si fragile, si détestable.

« C’est drôle comme tu te moques des morts que tu causes, et ensuite tu viens pleurer pour ta clémence.. »
« Je ne me moques guère de celle que j’ai tué. Sa perte vous hante ? Il en va de même pour moi. Ces actes que j’ai commis. Ceux qui je me pensais incapable de commettre. Je ne pleure point pour ma clémence, mère. Je pleure pour mon châtiment. »

La Chose sait. Connait les bases de jugement de ces humaines, bien que Numa ne rentre dans de tels critères. Mais pour quelques temps, elle désire s’y plonger, répondre aux mêmes stimuli que ces tas de cellules vivants. Etre un simple corps de chair, qu’une simple balle suffirait à tuer, comme celle qu’elle chassa à nouveau de ses doigts une fois assise sur les dalles mouillées de la rue.

La réponse sonne comme un gong pour elle. Tort. Elle avait tort. L’idée lui fit mal, serra sa gorge. Ou fut-ce à cause de la réponse de son créateur. Elle aurait voulu se lever, s’opposer à cet avis indignes de son créateur. N’était-elle donc pas capable de prendre en main ses responsabilités ? Le début d’un rire s’élève de sa gorge, soumission à cette folie contagieuse. Rire étrange, apeurant. Au reflet de son corps. Au reflet de son âme.

« Alors finalement, vous êtes exactement comme les autres, mère. Vous. Je suis. »

La Chose se tait. Elle voudrait pleurer, ne le peut. Soit. Créature subira. En silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ilana E. Acciari

Admin-GDP
Admin-GDP


MESSAGES : 300
AGE : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Mar 25 Oct - 8:45

Elle avait été lâche. Lâche, couarde et tremblante devant ce qu’elle avait crée. Effrayée, tétanisée par une vérité qui s’était frayé un chemin brûlant dans son esprit. Jamais le docteur Frankenstein n’aurait dû franchir les limites, de sa conscience, de son ambition trop grande pour son être. Ilana le savait.
Mouvement de recul à la « naissance » de Numa. Les maudissant toutes deux d’un destin sans fin. Ce n’était pas qu’elle ne l’aimait pas, sa création, sa Chose. C’était instinctif, comme une conscience qui reprend connaissance et constate avec effroi ce qu’elle a fait.
Mais c’était avant, avant la chute de sa raison dans un flot de vengeance acerbe, poison de sa vie. Avant le corps étendu de Carlotta sur le sol ensanglanté.

Si la jeune femme lui manquait ? Ilana planta ses yeux décadents dans les gouffres électriques de Numa. Comment cela pourrait en être autrement ? Le vide que son absence avait crée dans son existence était un gouffre purulent de rancœur et de douleur. De solitude aussi.
Un châtiment ? L’expression du Docteur se fit plus sévère, plus agressive. Oui c’était ça, elle méritait une punition, mais la mort était bien trop belle, trop clémente pour satisfaire le besoin de vengeance de la jeune femme. Perversité désespérée, purement humaine d’un être qui veut que l’autre se noie dans les abimes d’un désespoir encore plus grand.

« Alors finalement, vous êtes exactement comme les autres, mère. Vous. Je suis. »

Le rire étouffé de Numa provoqua un écho jumeau chez Ilana.

« Une mère ? »

La voix de Frankenstein était montée dans les aigus.
Vraiment ? Numa la considérait-elle réellement ainsi ? Le mot écorchait la jeune femme d’un statut qu’elle ne pourrait jamais avoir. Stérile, elle était stérile. Elle l’avait découvert à 19 ans, et n’y avait plus repensé depuis, noyée dans une foule de pensées éloignées de ce mal. Volontairement.

« Tu es quoi !? Quoi pour moi ? Une erreur ! Si … si j’avais réellement été ta mère, je ne t’aurais pas donné la vie. »

Elle crachait ces mots comme du venin lui lacérant les lèvres, des tremolos de désespoir et de folie dans sa voix éraillée. La vision de cette Créature la rendait folle de douleur. Ilana tombait, chutait. Elle perdait pied avec un pan de sa réalité. De plus en plus profond, dans ce puits sans fond, obscurité indéfinie.
Une pensée mesquine lui soufflait que si ça avait été possible, l’horreur de Numa était bien le reflet du Docteur.
Une grimace barrait son visage, démence sous un sourire triste.

« Je… J’aurais pu te pardonner. »

Une mère pardonne tout, même le pire. Mais Ilana n’était pas cela, ne le serait jamais, juste un esprit trop fou d’intelligence, pour son propre bien.
Celui des autres, de Numa aussi.

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Numa [Zôon]

Numa
Numa


MESSAGES : 30

MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   Ven 28 Oct - 18:12

Numa ne releva pas les yeux. Ses forces, celles qu’elle tirait de la pierre philosophale, morceau de pierre à la place de son cœur, se trouvait soudainement vide à tout besoin d’énergie. Elle ramena ses genoux vers elle, y portant ses coudes. La lamentation. C’était un de ces tableaux qui font de la peine à voir, que l’on évite du regard. Le monde n’avait même pas assez de pitié pour elle. Chose. Créature immonde que l’esprit fou d’un être détraqué, malsain, avait créé. La Chose. Tu es la pire chose que le monde pouvait faire naitre.

« Tu es quoi !? Quoi pour moi ? Une erreur ! Si … si j’avais réellement été ta mère, je ne t’aurais pas donné la vie. »

Chaque mot se heurtait à la surface impalpable de sa sensibilité. Ce genre de parole, elle y avait été nourrie, tous les jours depuis que le Frankenstein l’avait mise à la porte. Une question lui vint alors en tête. Pourquoi. Pourquoi est-ce que ceux-ci la faisaient souffrir plus ? Plus que l’acide des promesses de douleur que des inconnus lui avaient balancée dans la figure, armés d’objets contondants ou d’autres. Pourquoi sa tête se penchant un peu plus un avant ? Pourquoi ferma-t-elle plus fort ses yeux d’ambre sur le froid de la nuit ? Il y eut un feulement étrange qui s’échappa de fond de sa gorge. Les voiles de la brume s’épaissirent, enrobant les deux actrices dans un univers d’horreur. Le leur.

« Je… J’aurais pu te pardonner. »

Et l’or perce le brouillard, luisant plus intensément encore dans cette nouvelle obscurité. Son bras gris se tend jusqu’à la manche de son créateur, serre de ses doigts puissants le morceau d’imperméable qu’elle a capturé. Elle tire Ilana vers elle, l’affronte de ses iris.

« Non. Vous ne le pourrez pas. Et ça nous détruira. Toutes les deux. »

Leur destruction avait déjà commencé. Dès que l’éclair eut frappé son corps malade, son corps de cadavre. Ce fut les prémices de leur fin propre. Et Créature ne lâche plus son créateur. Bien qu’elle tenta de s’en extirper du meilleur moyen possible. En réalité, Numa ne savait plus quoi faire. Elle aurait pu se montrer encore plus odieuse. Cependant, ce dégout qui n’avait cessé de gonfler, ce dégout envers elle-même, celui dont elle ne pouvait se détacher, l’en empêchait vivement. La Chose ne voulait pas devenir comme eux, comme tous ces humains. Comme Ilana.

« Que ferez-vous, alors, pour rattraper l’erreur que je suis, mère ? »

La question put paraitre naïve. Il n’y avait plus ce venin de leur parole. Juste cette créature qu’elle avait créé, désirant découvrir un monde plein de merveilles, d’enchantement. Que tu avais tort, Créature.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Frankenstein [Défi Rp] [I+N]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Frankenstein [Défi Rp] [I+N]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Alluvione :: 

Ultima Deconne

 :: Space Monkey
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit